Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Rentrée des classes en France : le système éducatif français est-il mauvais élève ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Un accord pour rétablir le Parlement du Lesotho

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Affaire Kayumba : quatre accusés reconnus coupables de tentative de meurtre

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Abbas Araghchi, vice-ministre iranien des Affaires étrangères

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Sarkozy le retour?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Le meilleur des Observateurs cette année !

En savoir plus

FOCUS

L'État islamique déclare la guerre de l'eau en Irak

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Peine perdue" d'Olivier Adam, la trentaine à la dérive

En savoir plus

REPORTERS

Pakistan : Imran Khan, des terrains de cricket à la politique

En savoir plus

  • Steven Sotloff, un passionné du monde arabe tombé entre les griffes de l'EI

    En savoir plus

  • Vidéo : un convoi de l'armée ukrainienne détruit dans l'est de l'Ukraine

    En savoir plus

  • Europe : Moscovici, un sous-commissaire pour la France ?

    En savoir plus

  • Pôle emploi : Rebsamen se défend de vouloir "stigmatiser" les chômeurs

    En savoir plus

  • L'EI revendique dans une vidéo la décapitation d'un second journaliste américain

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Falcao fait ses valises, à quoi joue Monaco?

    En savoir plus

  • Les photos volées de Jennifer Lawrence sont aussi gênantes pour Apple

    En savoir plus

  • Nord-Mali : quatre casques bleus tués par l'explosion d'une mine près de Kidal

    En savoir plus

  • En images : Falcao, James, Di Maria, Suarez... les plus gros transferts de l’été

    En savoir plus

  • "Peine perdue" d'Olivier Adam, la trentaine à la dérive

    En savoir plus

  • Un député tunisien échappe à une tentative d'assassinat

    En savoir plus

  • Le président du Yémen annonce un "gouvernement d'union nationale"

    En savoir plus

  • L'Otan menace de déployer une force de réaction rapide en Europe de l'Est

    En savoir plus

  • VTC : la justice interdit à Uber d'exercer en Allemagne

    En savoir plus

  • L’armée irakienne poursuit son offensive, l’EI recule

    En savoir plus

  • À Saint-Nazaire, les Mistral voguent vers leur destin russe

    En savoir plus

Amériques

Barack Obama soutient l'interdiction des armes d'assaut

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Ségolène ALLEMANDOU , Jon FROSCH

Dernière modification : 19/12/2012

Selon Robert Spitzer, spécialiste du contrôle des armes aux États-Unis, Obama a l'opportunité de renforcer la législation sur les armes. Le président américain soutient d'ailleurs une proposition de loi visant à bannir les armes d'assaut.

Depuis le massacre dans une école primaire du Connecticut au cours duquel 26 personnes ont été tuées, dont 20 enfants, les appels en faveur d'un contrôle plus strict sur les armes à feu se multiplient aux États-Unis. En quelques jours, plus de 175 000 personnes ont signé une pétition sur la section "We the People" du site Internet de la Maison Blanche pour demander au président Barack Obama d'œuvrer à un contrôle de la circulation des armes.

D'après un sondage réalisé pour ABC News et le Washington Post, 54 % des Américains interrogés se déclarent favorables à un durcissement de la législation générale en matière du contrôle des armes. Ils sont aussi 59 % à vouloir limiter les chargeurs des munitions à forte capacité.

En réponse à cette tragédie, le président américain s'est dit favorable, ce mardi, à un projet de loi visant à interdire les fusils d'assaut, alors que les écoles rouvraient pour la première fois à Newtown (nord-est) après le massacre de 20 enfants dans l'école de Sandy Hook, vendredi dernier.

Le président "soutient activement" les efforts menés au Congrès pour ré-imposer une loi en ce sens, a déclaré son porte-parole Jay Carney, en référence à la proposition que compte introduire en janvier au Congrès la sénatrice démocrate de Californie Dianne Feinstein.

Mais Barack Obama a-t-il les moyens d’agir ? Oui, estime Robert Spitzer, professeur de sciences politiques à l’université de New York et auteur de “The Politics of Gun Control” ("Les politiques du contrôle des armes").

FRANCE 24 : Le président américain s'est engagé à faire en sorte que les États-Unis protègent mieux leurs enfants. A-t-il la possibilité de légiférer ?

Robert Spitzer, auteur de "“The Politics of Gun Control”.

Robert Spitzer : Obama a toujours eu la volonté de renouveler l’interdiction sur les armes semi-automatiques [le Federal Assault Weapons Ban a interdit, de 1994 à 2004, la vente et la détention de fusils d’assaut à destination de la population civile, NDLR]. Au cours de son précédent mandat, il n’a toutefois jamais proposé de mesure sur le sujet, mais une proposition pourrait être faite en janvier au Congrès [la sénatrice démocrate de Californie Dianne Feinstein, à l’origine la loi en 1994, veut la soumettre à nouveau au Congrès, NDLR]. Et Barack Obama pourrait la soutenir.

Le locataire de la Maison Blanche pourrait également demander au Congrès de restreindre la possession de munitions pour la population civile, une interdiction qui avait également été appliquée entre 1994 et 2004. Barack Obama souhaiterait limiter à dix le nombre de balles par chargeur. Cette mesure devrait être plus facile à faire passer au Congrès que de renouveler l’interdiction des armes de guerre.

Peut-il contourner le Congrès ?

R. S. : Barack Obama dispose d’une faible marge de manœuvre sur le plan législatif. Il peut toutefois mettre en place un certain nombre de mesures, comme s’assurer que la Loi Brady de 1993, qui rend obligatoire les vérifications d'antécédents criminels et psychiatriques avant la vente d'armes, soit mieux appliquée [la vente sur Internet, notamment entre particuliers, ou sur les salons d'expositions, qui rassemblent 40 % des ventes, échappe à tout contrôle, NDLR]. Il faudrait que l’acquisition d’armes soit mieux enregistrée auprès des agences fédérales qui pourront ainsi mieux repérer les individus ayant des antécédents psychiatriques. La plupart des auteurs de tuerie ont fait état de problèmes psychiatriques connus de leur famille et de leurs amis. Et pourtant, des études ont montré que 80 % d’entre eux avaient obtenu des armes de manière tout à fait légale.

L’administration Obama a déjà travaillé sur ce type de projets mais a fini par les mettre de côté. Elle pourrait les remettre sur la table des négociations. Ce serait en tous cas un moment opportun pour le faire. Surtout que cela pourrait être entériné sans passer par le Congrès car la loi existe déjà.

Est-ce que le puissant lobby des armes à feu, la National Rifle Association (NRA), qui compte quatre millions de membres, peut empêcher Obama d’agir ?

R. S. : Le Parti républicain est depuis toujours sous l’emprise de la NRA. Une emprise qui est de plus en plus importante à mesure que le parti se radicalise, comme c’est le cas depuis plusieurs années. Mais le poids de la NRA est mis à mal à chaque fois qu’une tuerie se produit et que l’opinion publique évolue. Cela a été le cas par le passé, notamment lors de la tuerie de Columbine [en 1999, où il y avait eu 15 morts].

Et c’est le cas en ce moment : la tuerie de Newtown a suscité tant d’émotion et de désarroi. Les Américains sont vraiment en colère et scandalisés. Renforcé par sa réélection, Obama devrait profiter de la situation pour agir. Il y a clairement une opportunité à saisir. Si Obama veut relever le défi, c’est le bon moment politique pour le faire. Cela ne signifie pas pour autant qu’il y arrivera…

Première publication : 18/12/2012

  • ÉTATS-UNIS

    Fusillade de Newtown : vive émotion aux funérailles des premières victimes

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Fusillade de Newtown : sous le feu des tweets, la NRA choisit le silence

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Les opposants au port d'arme se mobilisent après la tuerie de Newtown

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)