Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Le "vendredi noir" débarque en France

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Dix viols par jour au travail : on fait quoi ?"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Libye : "je ne suis pas à vendre"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Morgan Tsvangirai met en garde contre une extension du système Mugabe

En savoir plus

LE DÉBAT

Migrants esclaves en Libye : l'Europe coupable ?

En savoir plus

POLITIQUE

Emmanuel Macron face aux maires : jacobin ou girondin?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Seal : "C’est un honneur pour moi de chanter des classiques du jazz"

En savoir plus

FOCUS

Pakistan : une ouverture au tourisme sans danger?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Poutine, maître du jeu en Syrie"

En savoir plus

Moyen-orient

À Alep, la faim attise les tensions

© FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 19/12/2012

Secouée depuis plusieurs mois par des combats meurtriers entre forces régulières et membres de l'Armée syrienne libre, Alep, deuxième ville de Syrie, voit sa population souffrir de plus en plus de la faim en raison du manque de pain. Reportage.

L’hiver s’annonce rude pour les Aleppins qui n’ont pas fui leur ville. Après cinq mois de combats, la misère a envahi les rues de la capitale économique du pays et les habitants font désormais face au risque de crise humanitaire. Trouver du pain, nourriture de base des Syriens, est devenu un véritable défi, notamment à cause de la pénurie de farine.

La population lutte désormais contre la faim, tandis qu’aucune aide humanitaire, ou presque, ne semble atteindre la ville.

"Tout ça est de la faute de Bachar al-Assad et du régime", crie, devant les caméras de FRANCE 24, un habitant d’Alep, éreinté par les longues heures d’attente devant une boulangerie de la ville. "Il nous a coupé le pétrole et la farine, l’eau et l’électricité. Il a créé cette crise ! Il bombarde même nos moulins !", poursuit-il.

Comme lui, plusieurs dizaines de personnes se pressent aux portes des boulangeries chaque matin dans l’espoir de rapporter de quoi nourrir leur famille. Dans la queue, chacun se voit remettre un numéro et patiente ainsi dans un climat tendu, sous l’œil des rebelles de l’armée syrienne libre (ASL). Ce sont eux qui tentent, tant bien que mal, d’organiser équitablement la répartition des vivres. S’ils assurent faire leur possible pour épargner les civils, parmi ces derniers, la colère monte, certains accusant les combattants de privilégier leurs propres intérêts.

"Moi je n’ai pas mangé de pain depuis cinq jours !", affirme un combattant, se défendant de tirer profit de la situation. "On est en temps de guerre, il y aura des périodes difficiles. On doit être prêts à jeûner", affirme un autre, pour tenter de réconforter des Aleppins qui se sentent de plus en plus pris au piège dans leur propre ville.

Première publication : 18/12/2012

  • SYRIE

    Le vice-président syrien prend ses distances avec le régime

    En savoir plus

  • SYRIE - REPORTAGE

    Les djihadistes d'al-Nosra tentent de mobiliser la population d'Alep

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)