Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Ces réseaux salafistes qui inquiètent les autorités allemandes

En savoir plus

DÉBAT

Afghanistan : collaborer avec les États-unis... et les Taliban ?

En savoir plus

DÉBAT

Hong Kong se révolte : le pouvoir de Pékin face au défi démocratique

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Instituer l'Etat de droit en Chine"

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Guerre pour un barrage en Colombie et la sanglante chasse aux dauphins des Îles Feroé

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Turquie : quelle stratégie face à l'organisation de l'État islamique ?

En savoir plus

SUR LE NET

Hong Kong : les manifestants soutenus à l'étranger

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

France : un budget 2015 sur des œufs

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Himalayesque"

En savoir plus

  • Rentrée des classes meurtrière à Donetsk

    En savoir plus

  • Les musées français les plus visités bientôt ouverts sept jours sur sept

    En savoir plus

  • Budget 2015 : la baisse des dépenses à pas feutrés

    En savoir plus

  • Ces réseaux salafistes qui inquiètent les autorités allemandes

    En savoir plus

  • Foot américain : un joueur musulman sanctionné pour une prière

    En savoir plus

  • En images : Hong Kong sous haute tension pour la fête nationale chinoise

    En savoir plus

  • Commission européenne : un oral difficile pour certains candidats

    En savoir plus

  • Ebola : le premier cas hors d’Afrique localisé aux États-Unis

    En savoir plus

  • Ligue des champions : "On a montré que Paris peut être une grande équipe"

    En savoir plus

  • Londres a mené ses premières frappes aériennes contre l’EI en Irak

    En savoir plus

  • Des ravisseurs d'Hervé Gourdel, assassiné en Algérie, ont été identifiés

    En savoir plus

  • Barack Obama salue un accord de sécurité "historique" avec Kaboul

    En savoir plus

  • Ebola : l'expérience "désespérée" d'un médecin libérien

    En savoir plus

  • Terrorisme : pour Marine Le Pen, les Français musulmans sont "pris au piège"

    En savoir plus

Moyen-orient

Le vice-président syrien prend ses distances avec le régime

© AFP | Bachar al-Assad et Farouk al-Chareh

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 18/12/2012

Farouk al-Chareh (photo) s’est dit en faveur du dialogue pour résoudre la crise syrienne tandis que Bachar al-Assad ne jurerait que par une solution militaire. Sur le terrain, les combats continuent à Damas et se sont intensifiés au centre du pays.

L’un prônerait la force, l’autre le dialogue. Le vice-président syrien Farouk al-Chareh a ouvertement pris ses distances avec Bachar al-Assad dans une interview à un quotidien libanais pro-syrien, lundi 17 décembre. Il regrette que le président syrien privilégie, selon lui, l’option militaire pour mettre fin au conflit entamé depuis mars 2011 et qui a fait 43 000 morts selon l'OSDH. Le vice-président sunnite penche, pour sa part, en faveur d’une solution négociée.

al-Chareh soutenu par l'Iran

Âgé de 73 ans, M. Chareh a été pendant 22 ans le chef de la diplomatie syrienne. Selon un expert de la Syrie sous couvert d'anonymat, il jouit d'un soutien total de l'Iran, allié de la Syrie.

Téhéran a d'ailleurs présenté lundi les détails d'un "plan de sortie" de crise en six points, comprenant l'"arrêt des violences" et un "dialogue national" entre le régime et l'opposition en vue de former un "gouvernement de transition".

"Ce gouvernement sera chargé d'organiser des élections libres pour le Parlement, l'Assemblé constituante, et la présidence", selon les médias iraniens.

"Il [Assad] ne cache pas sa volonté d'aboutir militairement jusqu'à la victoire finale et [il croit qu'] après, le dialogue politique sera réellement possible", a-t-il déclaré estimant qu’aucune partie n’était en mesure de l'emporter par les seules armes.

Évoqué pour remplacer Bachar al-Assad en cas de transition négociée, Farouk al-Chareh a appelé à un accord "historique" entre les parties.

Affirmant toutefois que sa position ne relevait "pas de dissensions profondes" avec le président, Farouk al-Chareh ne fait état que d'"opinions et des points de vues différents dans le commandement du pays." C'est la première fois qu'un haut dirigeant syrien s’exprime sur de telles divergences au sommet de l'État. Une confiance affichée qui laisse présager que, dans un pays autocratique comme la Syrie, il doit très probablement bénéficier d'appuis importants.

Mouvement de panique au camp de réfugiés de Yarmouk

Sur le terrain, les affrontements ont quelque peu baissé d'intensité à Alep, où le Premier ministre Waël al-Halaqi s’est rendu pour la première fois depuis que la grande métropole du Nord est secouée par des combats lancés en juillet, a rapporté la télévision d'État syrienne.

En revanche, dans le camp de réfugiés palestiniens de Yarmouk à Damas, des violences entre rebelles et combattants palestiniens pro-régime du FPLP-CG ont provoqué, lundi, "un grand mouvement de panique" et la fuite massive de ses habitants, selon l’un d’entre eux. L’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH) fait état de 150 000 Palestiniens installés dans ce camp qui avait déjà été la cible, dimanche 16 décembre, d'un raid aérien, et ce pour la première fois en 21 mois de combats. Yarmouk est situé sur la ligne de confrontation entre les forces du régime et les insurgés.

Dans la province de Hama, au centre de la Syrie, la rébellion aurait lancé, lundi, une offensive généralisée contre les postes de l'armée régulière. "Il s'agit des combats les plus violents dans cette province depuis des mois", a affirmé à l'AFP Rami Abdel Rahmane, directeur de l'OSDH.

Par ailleurs, deux Russes qui travaillaient dans une aciérie du port de Lattaquié ont été enlevés avec leur collègue, un ingénieur italien, a déclaré mardi le porte-parole de l'ambassade de Russie en Syrie, Sergueï Markov.

L'ex-ministre libanais Michel Samaha déclaré "terroriste international"


Sur le front diplomatique, les États-Unis ont décidé de considérer comme "terroriste international" l'ancien ministre libanais pro-syrien Michel Samaha, accusé d'avoir préparé des attentats au Liban, en affirmant réagir ainsi aux "tentatives menées par le régime Assad pour s'immiscer dans les affaires de ses voisins et déstabiliser davantage la région".

Par ailleurs, le ministère autrichien des Affaires étrangères a demandé lundi à Damas de s'expliquer après l'arrestation d'un Autrichien d'origine syrienne, Jamal Orabi, qui distribuait apparemment de l'aide humanitaire en Syrie.

FRANCE 24 avec dépêches

Première publication : 18/12/2012

  • SYRIE

    L'aviation syrienne bombarde le camp de réfugiés palestiniens de Yarmouk

    En savoir plus

  • SYRIE - REPORTAGE

    Les djihadistes d'al-Nosra tentent de mobiliser la population d'Alep

    En savoir plus

  • SYRIE

    À Deir Ezzor, la situation humanitaire inquiète Médecins sans frontières

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)