Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Le retour de "Ça" sur grand écran

En savoir plus

FACE À FACE

Emmanuel Macron à l'ONU : le président français face au monde

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Trump à l'ONU : "irresponsable et infantile"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Chine : vers une interdiction des voitures à essence d'ici 2040

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Devenez citoyen des îles Poubelle !"

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Produits chimiques : la nouvelle réglementation européenne

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Baptême du feu pour Donald Trump et Emmanuel Macron devant l'ONU

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Rwanda : l’opposante Diane Rwigara sort du silence

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Florian Philippot : "La refondation du FN se passe assez mal"

En savoir plus

Moyen-orient

Victime d’une attaque cérébrale, le président irakien a été hospitalisé

© AFP

Texte par Dépêche

Dernière modification : 18/12/2012

Jalal Talabani (photo), âgé de 79 ans, a été admis en urgence, dans la nuit de lundi à mardi, dans un hôpital de Bagdad. Plusieurs sources gouvernementales affirment que son état est critique mais stable.

Victime d'une attaque cérébrale, le président irakien Djalal Talabani, un Kurde qui joue un rôle central entre les différentes communautés du pays, a été hospitalisé en urgence à Bagdad, ont annoncé mardi ses services.

Son état est jugé critique mais stable, selon trois sources gouvernementales interrogées par Reuters.

"Il a été transféré à l'hôpital tard la nuit dernière après avoir subi une attaque", a dit un haut responsable kurde.

Un cadre de son parti, l'Union patriotique du Kurdistan (UPK), avait auparavant expliqué son hospitalisation par un état de fatigue générale.

Talabani est âgé de 79 ans.

Le Premier ministre Nouri al Maliki, qui appartient à la majorité chiite irakienne, s'est rendu mardi à son chevet.

Depuis la chute du régime de Saddam Hussein et l'édification d'un nouvel Etat, Djalal Talabani s'est révélé un négociateur influent dont l'intervention a permis d'apaiser les tensions dans un pouvoir aux équilibres confessionnels fragiles.

D'une sante fragile, il a suivi à plusieurs reprises des traitements médicaux à l'étranger ces deux dernières années.

Reuters

Première publication : 18/12/2012

  • IRAK

    Plusieurs dizaines de morts dans une série d'attentats dans le nord du pays

    En savoir plus

  • IRAK

    Par crainte de corruption, Bagdad annule une commande d'armes russes

    En savoir plus

  • IRAK

    Le vice-président irakien condamné à mort par contumace

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)