Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCO

L'Italie entre dans une zone d'incertitude

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'échec de Renzi: avoir sous-estimé la brutalité sociale de sa politique"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La "castritude" selon Ségolène Royal"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Pierre Conesa : "L’Arabie saoudite a une diplomatie à deux facettes"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

"La Turquie ne peut pas se passer de l'Europe"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

UE : les populistes s'enracinent

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Brexit : bras de fer entre le gouvernement et la Haute Cour

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Présidentielle-2017 : Macron fait cavalier seul

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : le président sortant Yahya Jammeh reconnaît sa défaite

En savoir plus

Afrique

Souvenir d'Algérie : deux chevaux en cadeau pour la France

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 19/12/2012

Il est un exercice de style délicat, celui des cadeaux entre chefs d'État. Si pour l'heure, le présent de François Hollande à son homologue algérien n'a pas été révélé, celui d'Abdelaziz Bouteflika est tout trouvé : deux chevaux de la race Barbe.

Le président François Hollande se rend avec plusieurs de ses ministres à Alger les 19 et 20 décembre. Une visite attendue de longue date et qui devrait être riche en symboles, dont les présents que devraient s’offrir les deux chefs d’États, comme le prévoient la tradition et le protocole.

Côté algérien, plus besoin de chercher : le cadeau est prêt. Et ils trottent sur l’hippodrome d’Alger. Le président Abdelaziz Bouteflika a en effet prévu d’offrir à François Hollande deux chevaux, un étalon et une jument du haras national de Tiaret. . "Le mâle s’appelle Samy et est né en 2011, la femelle porte le nom de Sedja", raconte Saïd ben Abdelmoumen, le directeur du haras.

Ils ne s’agit pas de n’importe quelles bêtes. Elles sont de la race des chevaux Barbe, en référence à Berbère, à ne pas confondre avec le pur-sang arabe. "Il a la particularité d’avoir une vertèbre en moins par rapport aux autres chevaux, ce qui fait que son dos est court", explique à FRANCE 24 Mohamed Cheraoui, éleveur de barbes en Algérie. "Nous l’avons utilisé pour les transhumances, ou pour transporter des marchandises : c’est un cheval qui a fait la gloire de nos ancêtres", poursuit-il avec fierté.

L’histoire de ce cheval remonte aux origines du Magrheb, selon les historiens dont certains affirment que les rois français en étaient eux-mêmes friands.

Comme tous les cadeaux offerts au président, ils appartiendront à la France et devraient rejoindre les haras nationaux.
 

Première publication : 19/12/2012

  • DIPLOMATIE

    Repentance : Alger espère un geste symbolique de la France sur la colonisation

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    "En Algérie, Hollande est moins populaire que Chirac, mais plus que Sarkozy"

    En savoir plus

  • ENTRETIEN

    "Nous souhaitons faire de la France le premier partenaire de l'Algérie"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)