Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Le cessez-le-feu en Ukraine n’a encore rien d’effectif, selon l'Otan

    En savoir plus

  • Les candidats à la présidentielle afghane acceptent de partager le pouvoir

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Yémen : couvre-feu à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

Afrique

François Hollande : "Je ne viens pas ici faire repentance"

Vidéo par France 3 , Ludovic de Foucaud

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 19/12/2012

Au premier jour de sa très attendue visite en Algérie, François Hollande a fait part, ce mercredi, de son intention de redessiner les relations franco-algériennes, en prônant la coopération et la vérité.

“Un nouvel âge.” Le président français a fait, ce mercredi, une “déclaration d’amitié” à l’Algérie, au premier jour de sa visite de 36 heures dans le pays, lors d’une conférence de presse à Alger.

Ce voyage "était attendu parce que c'est le premier que je fais comme président de la République, parce que c'est le premier dans cette région, parce que c'est un voyage qui vient en 2012, à un moment forcément symbolique, 50 ans après l'indépendance de l'Algérie", a-t-il déclaré.

Affichant une volonté de coopération entre les deux pays, François Hollande a évoqué un futur “document cadre [de] partenariat”, “un programme de travail sur cinq ans dans les domaines économiques, financiers, culturels, agricoles et même de défense".

“Vérité sur le passé”

À l’heure où l’Algérie célèbre le 50e anniversaire de son indépendance, le président français, attendu sur le sujet de la colonisation, a également tenu à préciser que la raison de sa visite n’était pas de faire acte de repentance. "Je ne viens pas ici - puisque ça n'est ni ce qui m'est demandé, ni ce que je veux faire - pour faire repentance ou excuse. (…) Je viens dire ce qu'est la vérité, ce qu'est l'Histoire", a-t-il expliqué. "Vérité sur le passé, vérité sur la colonisation, vérité sur la guerre avec ses drames, ses tragédies, vérité sur les mémoires blessées."

Autre sujet au centre des attentes, l'enquête sur l'assassinat, en 1996, des sept moines de Tibhirine, a été évoquée lors de la rencontre entre les deux chefs d’État, a indiqué François Hollande, sans donner plus de détails. Également interrogé par les journalistes sur les 17 essais nucléaires français effectués entre 1960 et 1966 dans le Sahara algérien, le chef de l'État a déclaré que la loi d'indemnisation des victimes devait être appliquée "pleinement".

Liesse

À son arrivée, François Hollande a été acclamé par une foule en liesse, sur le boulevard du front de mer d’Alger - habillé pour l’occasion aux couleurs des deux nations - qu’il a en partie arpenté à pieds. Des milliers d’Algériens se sont rassemblés sur le passage du cortège présidentiel, sous une pluie de riz. Groupes de musique folklorique et garde d'honneur traditionnelle à cheval effectuant des tirs à blanc étaient également présents pour l’évènement, organisé sous haute sécurité. Pour le journal El-Watan, plus gros tirage francophone du pays, cette visite est censée apaiser "enfin, les mémoires encore douloureuses".

Venu accompagné d’une importante délégation composée, notamment, de neuf ministres et de sa compagne Valérie Trierweiler, le président français - dont la côte de popularité auprès des Algériens est plus forte que celle de son prédécesseur - s’est par la suite entretenu avec son homologue algérien, Abdelaziz Bouteflika, dans la résidence d'État de Zéralda.

"Les mots de François Hollande sont écoutés de très près ici"

Après la conférence de presse, le chef de l’État devait se prêter à une cérémonie de signature d'une quinzaine d'accords commerciaux et industriels. L'un d'eux porte sur la construction, près d'Oran, d'une usine de montage de Renault susceptible de produire, à compter de 2014, au moins 25 000 véhicules par an.

Jeudi, point d’orgue de son déplacement, François Hollande doit prononcer un discours devant les sénateurs et députés algériens. Le président français se rendra également place Maurice Audin, pour un hommage au militant communiste et indépendantiste mort, selon sa famille, entre les mains de l'armée française. Un épisode obscur de la période coloniale sur lequel François Hollande a promis de faire toute la lumière.
 

 


FRANCE 24 avec dépêches

 

Première publication : 19/12/2012

  • FRANCE - ALGÉRIE

    "L'Algérie n’a pas fait de demande officielle d'excuses"

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    "En Algérie, Hollande est moins populaire que Chirac, mais plus que Sarkozy"

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Repentance : Alger espère un geste symbolique de la France sur la colonisation

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)