Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

TECH 24

Sex-tech : les technologies de l'intime

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Maudite courbe : comment faire baisser le chômage en France ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Clinton vs Trump : le match des programmes économiques

En savoir plus

#ActuElles

Laurence Rossignol : "Tout sexisme est insupportable"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses de la Fashion Week parisienne

En savoir plus

FOCUS

Venezuela : État déliquescent et lynchages de rue

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Jean Todt : "Être compétitif, c'est aussi être responsable"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le "Grand jeu" de Céline Minard pour échapper au désordre du monde

En savoir plus

REPORTERS

Vidéo : Colombie, les derniers jours des Farc

En savoir plus

Economie

Scandale du Libor : la banque suisse UBS accepte de payer plus d'un milliard d'euros

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 19/12/2012

Le scandale de la manipulation des taux interbancaires Libor a rattrapé le géant bancaire suisse UBS. Ce dernier a accepté, mercredi, de verser une amende de 1,1 milliard d'euros aux autorités bancaires américaines, suisses et britanniques.

Le géant bancaire suisse UBS a conclu, mercredi 19 décembre, un accord avec les autorités bancaires suisses, américaines et britanniques qui va lui coûter cher. Il a décidé de payer une amende de 1,1 milliard d'euros et plaide coupable des accusations de manipulation de divers taux interbancaires.

C'est pour l'heure, la plus importante amende infligée à une institution financière dans le cadre du scandale du Libor. Cet acronyme désigne le London Interbank Offered Rate, un ensemble de taux d'intérêt entre les banques qui servent de base à des milliers de milliards de dollars de transactions de par le monde et à toute une batterie de taux, allant des cartes de crédit à de complexes dérivés financiers.

45 personnes dans le collimateur

"Au cours de notre enquête interne, nous avons découvert des comportements qui sont inacceptables", a affirmé Sergio Ermotti, PDG d'UBS dans un communiqué. Il a précisé qu'ils "ne reflètent ni les valeurs d'UBS ni les hauts standards éthiques que nous exigeons de tous nos employés".

Les comportements incriminés semblent concerner essentiellement la filiale japonaise d'UBS dont des employés auraient, de 2005 à 2010, manipulé les données transmises aux autorités bancaires afin d'influencer le taux du Libor. D'infimes variations de ce taux peuvent permettre de gagner des millions de dollars.

Avant UBS, la banque britannique Barclays a été condamnée pour des faits similaires. Elle a accepté, en juin 2012, de payer une amende de 362 millions d'euros.

D'autres institutions financières sont également dans le collimateur de la justice. Selon la FSA, l'autorité financière britannique, 45 personnes au moins ont participé aux manipulations de taux. Des négociations seraient ainsi en cours avec la Royal Bank of Scotland et aussi la Deutsche Bank.

FRANCE 24 avec dépêches

Première publication : 19/12/2012

  • FINANCE

    Scandale du Libor : deux banques françaises sous le coup d'une enquête

    En savoir plus

  • FINANCE

    Royaume-Uni : quand le Libor ébranle la City

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)