Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les "MarocLeaks" inquiètent le pouvoir marocain

En savoir plus

#ActuElles

Jouets sexistes : le marketing des fabricants en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Joyeux Noël... laïc !

En savoir plus

REPORTERS

Argentine : le bilan Kirchner

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Cuba - États-Unis : la fin de la guerre froide ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La Grèce fait trembler les marchés

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La personnalité tourmentée de "Mr. Turner"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : colère à Peshawar lors des funérailles des écoliers assassinés

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande, un recentrage à gauche ?

En savoir plus

Afrique

Le trois-mâts argentin "Libertad" a quitté le Ghana

© AFP

Texte par Dépêche

Dernière modification : 19/12/2012

Le navire argentin retenu au Ghana depuis le 2 octobre en raison d'un contentieux financier avec un fonds d'investissement a quitté le port de Tema. Le Tribunal international du droit de la mer a ordonné sa libération.

Le navire militaire argentin détenu au Ghana depuis plus de deux mois en raison d'un contentieux financier a quitté mercredi le principal port du pays, le Tribunal international du droit de la mer ayant ordonné sa libération, a constaté un journaliste de l'AFP.

Le trois mâts argentin était retenu depuis le 2 octobre par les autorités ghanéennes suite à une plainte du fonds d'investissement NML Capital Limited qui réclame à Buenos Aires plus de 370 millions de dollars (283 millions d'euros).

Un délégation ghanéenne était à quai, mercredi, dans le port de Tema, pour assister au départ du Libertad, qui a largué les amarres vers 16h30 GMT. Une centaines de marins envoyés par Buenos Aires pour ramener la frégate en Argentine avaient auparavant atterri à Accra.

Le porte-parole du port, Lawrence Atumbine, a dit à l'AFP que le bateau-école avait passé une partie de la journée à faire le plein de carburant et des réserves pour préparer sa traversée transatlantique.

Le Tribunal international du droit de la mer, organe judiciaire indépendant créé sous l'égide des Nations unies et siègeant à Hambourg (Allemagne), avait décidé samedi que les autorités du Ghana devaient libérer "immédiatement et sans condition" la frégate.

AFP

Première publication : 19/12/2012

  • ARGENTINE

    Bras de fer entre Buenos Aires et des fonds "vautours"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)