Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le référendum écossais, sujet sensible pour les médias britanniques

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : s'allier avec l'Iran ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée-Bissau : le président Vaz limoge le chef de l'armée

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : la force de l'ONU prend le relais de la force africaine

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Vote de confiance : une victoire à l'arrachée pour Manuel Valls ?

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Une coalition internationale contre les jihadistes

En savoir plus

FOCUS

Référendum en Écosse : le poids des indécis

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Mange tes morts", une plongée dans l’univers des gitans

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Organisation de l’État islamique : la guerre des mots

En savoir plus

  • Ukraine - Russie : Vladimir Poutine a-t-il remporté son bras de fer ?

    En savoir plus

  • Ligue des champions : le PSG neutralisé par l'Ajax

    En savoir plus

  • Une volontaire française de MSF contaminée par Ebola au Liberia

    En savoir plus

  • Une saison en exil pour les footballeurs ukrainiens de Donetsk

    En savoir plus

  • Élections en Tunisie : et revoilà les "amis" de Ben Ali

    En savoir plus

  • Des jihadistes enlèvent un soldat libanais près de la frontière syrienne

    En savoir plus

  • Jack Ma et son Alibaba superstars de Wall Street

    En savoir plus

  • Nigeria : au moins dix morts dans une attaque contre une université

    En savoir plus

  • Un rapport dissèque les sommes records mises de côté par les entreprises

    En savoir plus

  • Ebola : l'épidémie pourrait avoir un impact économique "catastrophique"

    En savoir plus

  • Vidéo : l'épidémie d'Ebola menace la Centrafrique

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : six personnes interpellées près de Lyon, des armes saisies

    En savoir plus

  • Vidéo : dernier jour pour mobiliser les indécis sur le référendum en Écosse

    En savoir plus

  • Loi anti-jihad : l’interdiction de sortie du territoire adoptée

    En savoir plus

  • Barack Obama appelle le monde à "agir vite" face à Ebola

    En savoir plus

  • La première tranche de l'impôt sur le revenu bientôt supprimée ?

    En savoir plus

  • Premières élections démocratiques aux îles Fidji depuis 2006

    En savoir plus

  • Valls obtient la confiance des députés malgré l'abstention des "frondeurs"

    En savoir plus

FRANCE

Marc Machin acquitté à l'issue de son procès en révision

Texte par Dépêche

Dernière modification : 20/12/2012

Après avoir passé sept ans en prison pour un meurtre qu'il n'a pas commis, Marc Machin a été acquitté jeudi par la cour d'assises de Paris. Il devient ainsi la huitième personne réhabilitée en France à l'issue de son procès en révision.

Marc Machin, victime d'une erreur judiciaire qui lui a valu près de sept ans de prison pour rien, a été acquitté jeudi par la cour d'assises de Paris lors du huitième procès en révision criminel de l'histoire judiciaire du pays.

Après quatre jours d'audience et un court délibéré de trois heures, la cour a suivi le ministère public qui avait admis l'innocence de l'accusé tout en prenant la défense de l'institution judiciaire.

"Redonnez-lui sa dignité. Pour l'Histoire peut-être, pour son histoire sûrement, acquittez Marc Machin", avait dit l'avocate générale Maryvonne Caillibotte en conclusion de son réquisitoire.

"C'est avec honneur, l'honneur de faire partie d'une cour qui pourra faire réparation de la souffrance, des années de jeunesse perdues, (...) que je requiers le prononcé de
l'innocence de M. Marc Machin", avait-elle ajouté.

L'avocate générale n'en a pas moins défendu la pertinence de la procédure car pour elle, "l'erreur est humaine" et "il n'y a pas d'autisme de la justice". La procédure de révision est là pour résoudre l'erreur, a-t-elle estimé.

Marc Machin a déclaré aux journalistes après l'arrêt qu'il demanderait réparation financière de l'erreur, ce qui devra faire l'objet d'une nouvelle procédure.

"C'est un soulagement. Maintenant la vie continue, et elle est toujours difficile. J'ai besoin de me reconstruire et de me projeter sur l'avenir", a-t-il dit. "Comme tout le monde, j'espère trouver un travail, avoir une épouse (...) J'ai plein d'énergie pour aller de l'avant."

L'acquittement de cet homme de 30 ans a été rendu possible par le fait que le vrai coupable, David Sagno, s'est livré à la police en mars 2008. Son ADN a été découvert sur les restes de la victime et il a été condamné à 30 ans de réclusion en février 2012 pour les mêmes faits. Toute co-action a été exclue.

Pour le meurtre de Marie-Agnès Bedot le 1er décembre 2001 sous le pont de Neuilly (Hauts-de-Seine), Marc Machin, âgé au moment des faits de 19 ans, avait été condamné à 18 ans de réclusion en première instance comme en appel, en 2004 et 2005.

Pas de mise en cause de la police

Menant une vie de marginal, avec des antécédents d'abus sexuels, il était mis en cause sur le fondement d'un témoignage indirect, de rapprochements, et d'aveux très partiels devant les enquêteurs lors de sa garde à vue, rétractés par la suite.

L'avocate générale s'est abstenue dans son réquisitoire de toute mise en cause de l'institution, soulignant que l'enquête concernant Marc Machin avait été honnête et sincère et que les magistrats et les policiers étaient de bonne foi.

"Cette décision que l'on sait maintenant fausse était sérieuse et fondée sur les éléments d'un dossier qui lui-même était sérieux", a-t-elle dit.

Elle est passé rapidement sur les "aveux" devant la brigade criminelle qui apparaissent aujourd'hui comme extorqués. Marc Machin ne disait pas être l'auteur du crime mais disait s'être réveillé à côté du corps de la victime avec un couteau.

Il a dit à l'audience avoir fait ces aveux pour se décharger de la pression psychologique et a déclaré donc s'en considérer comme à moitié responsable. Le ministère public n'y voit donc pas un problème et a repris à son compte cette phrase de l'accusé : "Mes aveux, j'en suis à 50% responsable".

Maryvonne Caillibotte voit comme inhérent au fonctionnement judiciaire le fait qu'un nouveau meurtre d'une femme, Maria-Judith Araujo, commis sous le pont de Neuilly six mois après celui de Marie-Agnès Bedot, alors que Marc Machin était en détention, n'ait pas conduit à un nouvel examen de son dossier.

Le dossier était instruit par un autre juge et un autre groupe de la brigade criminelle, et aucun lien n'a été fait. David Sagno a finalement été condamné pour cet autre crime.

Les avocats des parties civiles avaient auparavant recommandé au système judiciaire d'enseigner cette affaire dans les écoles pour tenter d'en tirer des leçons.

Les révisions criminelles se font plus fréquentes depuis une réforme de 1989 les rendant possibles en cas d'éléments nouveaux jetant un doute sur une culpabilité, et non plus uniquement lorsqu'est apportée la preuve de l'innocence d'un condamné.
 

Reuters

Première publication : 20/12/2012

  • FRANCE

    Double révision historique pour Marc Machin et Loïc Sécher

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)