Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Enlèvement en Algérie

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : à quel jeu joue la Turquie ?

En savoir plus

DÉBAT

Manuel Valls à Berlin : prendre exemple sur le modèle allemand ?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : Catherine Samba Panza en quête de soutien à l'ONU

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : "nous avons devant nous l’une des pires épidémies", dit Douste-Blazy

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Les nouveaux road trip

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Le succès du high-tech "made in France"

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Réchauffement climatique : la planète bientôt sous l'eau?

En savoir plus

  • Qui est Hervé Gourdel, l’otage français aux mains des jihadistes algériens ?

    En savoir plus

  • Menaces contre la France : "l’EI a décidé d’exporter le conflit en Occident"

    En savoir plus

  • Présidentielle tunisienne : le point sur les candidats

    En savoir plus

  • Un million de bébés européens nés grâce à Erasmus

    En savoir plus

  • Le Mondial-2022 ne se jouera pas au Qatar, selon un membre de la Fifa

    En savoir plus

  • Apple bat des records de ventes avec ses nouveaux iPhone

    En savoir plus

  • Face aux jihadistes de l'EI, "on ne comprend pas l'attitude d'Ankara"

    En savoir plus

  • À Berlin, Manuel Valls promet des réformes à Angela Merkel

    En savoir plus

  • Mort d’Albert Ebossé : la JS Kabylie suspendue deux ans par la CAF

    En savoir plus

  • Hong Kong : les étudiants en grève pour dénoncer la mainmise de Pékin

    En savoir plus

  • Selon Bernard Cazeneuve, "la France n’a pas peur" face à la menace jihadiste

    En savoir plus

  • Ebola : sept questions sur le virus

    En savoir plus

  • Le report du projet de Transavia Europe ne suffit pas aux pilotes d'Air France

    En savoir plus

  • Préservatifs trop petits : un problème de taille pour les Ougandais

    En savoir plus

Amériques

John Kerry succède à Hillary Clinton à la tête du département d'État

© AFP

Vidéo par Stéphanie DE SILGUY

Texte par Dépêche

Dernière modification : 17/07/2013

Barack Obama a nommé vendredi l'ancien candidat à la présidentielle John Kerry au département d'État, selon un responsable de la Maison Blanche. Il succède à Hillary Clinton, qui a annoncé vouloir quitter le poste de chef de la diplomatie.

Le président des Etats-Unis Barack Obama a nommé vendredi John Kerry pour prendre la succession de Hillary Clinton à la tête du département d'Etat, saluant en lui un "candidat parfait" pour diriger la diplomatie de la première puissance mondiale.
              
"Je sais que vous allez être un formidable secrétaire d'Etat", a affirmé M. Obama aux côtés de M. Kerry lors d'une courte allocution à la Maison Blanche, après avoir assuré que la vie entière du sénateur du Massachusetts (nord-est), 69 ans, l'avait préparé à de telles fonctions.
              
M. Kerry, ancien candidat malheureux du parti démocrate à la présidentielle de 2004 contre George W. Bush, dirige depuis quatre ans la prestigieuse commission des Affaires étrangères au Sénat.
              
"On peut dire sans se tromper que peu de personnes connaissent autant de présidents ou de Premiers ministres, ou ont une maîtrise aussi ferme de la politique étrangère que John Kerry, et cela fait de lui un candidat parfait pour guider la diplomatie américaine dans les années à venir", a assuré M. Obama.
              
"Je vous suis reconnaissant d'avoir accepté cette mission et je suis certain que le Sénat confirmera votre nomination rapidement", a indiqué le président.
              
M. Obama a aussi souligné que M. Kerry lui avait donné sa première tribune au plan national, en le chargeant de prononcer un grand discours lors de la convention présidentielle démocrate de Boston (Massachusetts) qui l'avait adoubé en 2004. Dernièrement, le sénateur a aussi entraîné M. Obama à ses débats télévisés avec son adversaire Mitt Romney pendant la campagne présidentielle.

Réaction positive de républicains

M. Obama a aussi rendu hommage à Mme Clinton, qui avait dit ne pas souhaiter rester à son poste au delà de la fin du premier mandat de M. Obama, prévue le 20 janvier. En convalescence depuis deux semaines après une commotion cérébrale due à une chute, elle n'était pas présente à la Maison Blanche vendredi.
              
Mais dans un communiqué, elle a félicité son successeur désigné, "un homme d'Etat respecté à travers le monde", en affirmant qu'il avait "la diplomatie dans le sang" et "apporterait à notre pays des décennies d'expérience dans les relations internationales".
              
La décision de M. Obama de nommer M. Kerry était attendue depuis que l'ambassadrice à l'ONU Susan Rice avait annoncé la semaine dernière qu'elle renonçait à briguer le département d'Etat.
              
Cette proche de M. Obama avait été visée par des critiques acerbes d'élus républicains pour ses prises de position après l'attentat de Benghazi (Libye) qui avait coûté la vie le 11 septembre dernier à quatre Américains, dont l'ambassadeur. Les élus soupçonnaient Mme Rice et la Maison Blanche d'avoir cherché à tromper les Américains sur le caractère terroriste de cette attaque.
              
Parmi ces responsables figuraient les sénateurs John McCain et Lindsey Graham, d'influents parlementaires qui avaient le pouvoir de bloquer la nomination de Mme Rice.
              
Les nominations aux postes gouvernementaux américains sont en effet soumises à la confirmation du Sénat, chambre où les alliés démocrates de M. Obama disposent d'une majorité simple, mais pas de la majorité qualifiée nécessaire pour empêcher une obstruction éventuelle de l'opposition.
              
A ce titre, M. Kerry, avec sa longue expérience au Capitole, est considéré comme un candidat bien plus consensuel que Mme Rice. Cette dernière a estimé vendredi sur son compte Twitter que le sénateur Kerry avait "oeuvré sans relâche et efficacement à l'avancement des intérêts et des valeurs dans le monde entier".
              
MM. McCain et Graham ont tous deux réagi positivement à l'annonce de la nomination de M. Kerry, M. McCain se disant "confiant dans la capacité de John Kerry à assumer ces fonctions", tandis que son collègue saluait un "candidat très solide".

AFP

Première publication : 21/12/2012

  • ÉTATS-UNIS

    John Kerry devrait prendre la succession d'Hillary Clinton

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    La délicate succession d'Hillary Clinton au secrétariat d'État américain

    En savoir plus

  • ETATS-UNIS

    Hillary Clinton bientôt entendue au Congrès sur l'attaque de Benghazi

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)