Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

7 JOURS EN FRANCE

Une rentrée politique sous tension

En savoir plus

#ActuElles

Réfugiés de Centrafrique: préserver son honneur et sa dignité

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC : L'opposant Tshisekedi en convalescence à Bruxelles

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : manifestations contre la France au PK5

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Émeutes de Ferguson : Obama face à la question raciale

En savoir plus

TECH 24

Transports du futur : quand la réalité dépasse la fiction

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Philippe Ramette fait son éloge de la contemplation

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

James Foley : la victime d'une profession exploitée à ses risques et périls

En savoir plus

  • Ahmet Davutoglu, l'homme qui ne fait pas d'ombre à Erdogan

    En savoir plus

  • Un nouveau gouvernement de large ouverture formé en Centrafrique

    En savoir plus

  • Doublé historique des Français au 100 m libre, Manaudou décroche l'or

    En savoir plus

  • Irak : une trentaine de morts dans l'attaque d'une mosquée sunnite

    En savoir plus

  • Les éliminatoires de la CAN-2015 perturbées par le virus Ebola

    En savoir plus

  • Le Hamas exécute des "collaborateurs" présumés d'Israël à Gaza

    En savoir plus

  • Yémen : "Si la transition est abandonnée, alors le pays se disloquera"

    En savoir plus

  • Le "convoi humanitaire" russe est passé en territoire ukrainien

    En savoir plus

  • Mélenchon prend du recul mais ne quitte pas la vie politique

    En savoir plus

  • RD Congo : interrogations après des décès dus à une fièvre hémorragique

    En savoir plus

  • 22 août 1914 : le jour le plus meurtrier de l'histoire de France

    En savoir plus

  • Selon le Pentagone, neutraliser l'EI passe par une intervention en Syrie

    En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

  • Vol MH17 : les victimes malaisiennes rapatriées à Kuala Lumpur

    En savoir plus

  • Riposte contre l’EI en Irak : "On assiste à un jeu très cynique"

    En savoir plus

Asie - pacifique

Le poète Mohamed al-Ajami dans le collimateur du Qatar

Texte par Priscille LAFITTE

Dernière modification : 26/12/2012

Mohamed al-Ajami, condamné à la prison à perpétuité par un tribunal qatari pour ses poèmes, attend derrière les barreaux son procès en appel. Seule la France et plusieurs ONG ont mentionné son cas devant le Qatar.

Le poète qatari Mohamed al-Ajami attend toujours en prison que la justice de son pays décide de son sort. Derrière les barreaux depuis novembre 2011, l’homme, âgé de 36 ans, a été condamné à une peine de prison à perpétuité lors d’un procès à huis clos qui s’est tenu le 29 novembre dernier, sans possibilité ni pour lui ni pour son avocat de défendre sa cause.

Son tort : avoir rédigé et publié sur YouTube - en juillet 2010 alors qu’il était étudiant au Caire - un poème qui s’en prend à l’entourage de l’émir Cheikh Hamad bin Khalifa al-Thani et se moque des "cheikhs qui jouent sur leur Playstation". Ses écrits en arabe dialectal du Golfe, notamment le poème qui proclame "nous sommes tous la Tunisie face à une élite répressive", seraient également en ligne de mire. Dans l’acte d’accusation figure l’atteinte à la Constitution, l’insulte de l’émir et la diffamation envers le prince héritier.

"Ceci n’a pas de sens", a déclaré Mohamed al-Ajami dans un entretien à Reuters fin novembre. "Vous ne pouvez pas, dans un même pays, héberger et financer la chaîne Al-Jazeera et me jeter en prison en raison de ma poésie." Le poète déclare n’avoir jamais critiquer nommément l’émir du Qatar qu’il estime être un "homme bon".

Spéculations sur une éventuelle amnistie

Depuis, des rumeurs circulent sur son amnistie. Un responsable de l’administration qatarie, joint au téléphone par FRANCE 24, estime que l’émir finira par gracier l’écrivain, ou du moins par ne pas appliquer sa peine. Mais pour l’instant, la seule information certaine est que Mohamed al-Ajami attend la date de son procès en appel et que d’ici là, il est tenu reclus dans des conditions extrêmes. "Les rumeurs d’amnistie sont de pures spéculations, il n’y a rien de tangible", explique Dina el-Mamoun, spécialiste des pays du Golfe pour Amnesty International.

En dehors des communiqués publiés par Human Rights Watch et Amnesty International, ainsi que les pétitions lancées par des collectifs de poètes, aucune véritable pression ne s’exerce sur le Qatar pour l’inciter à revenir sur cette décision de justice. "Amnesty International a soulevé la question en novembre dernier, quand le Qatar faisait son compte-rendu devant le Comité internationale contre la torture, sous l’égide des Nations unies", mentionne Dina el-Mamoun.

A sa connaissance, la France est le seul pays à avoir émis des réserves officielles. "S'en prendre à des poètes, ce n'est évidemment pas ni ce que souhaite ni ce qu'admet la démocratie française", a ainsi déclaré le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius le 9 décembre, interrogé lors de l'émission Le grand jury RTL-Le Figaro-LCI. Le ministre a affirmé en avoir parlé avec les autorités qataries : "J'en parle et quand j'en parle j'espère être entendu".

Première publication : 21/12/2012

  • POLITIQUE FRANÇAISE

    Au Qatar, Nicolas Sarkozy fait son retour sur la scène publique

    En savoir plus

  • ENVIRONNEMENT

    Une ferme 100 % verte, vitrine écologique du Qatar

    En savoir plus

  • ÉDUCATION

    Quand le régime qatari fait le ménage au lycée français

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)