Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La Caravane, l'autre Tour de France

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Tidjane Thiam, PDG de Prudential

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : accord signé pour la fin des hostilités

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Bartabas, le seigneur des chevaux

En savoir plus

FOCUS

Crimée : un été pas comme les autres

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gwendal Rouillard, Secrétaire de la commission de la Défense et des forces armées

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Bolivie : au travail dès l'âge de 10 ans

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Andy Serkis : l'homme à l'origine du singe

En savoir plus

  • Crash du vol AH5017 : "Il est exclu de retrouver des survivants"

    En savoir plus

  • Cisjordanie : un Palestinien tué par l'armée israélienne

    En savoir plus

  • BNP Paribas écope de 60 millions d'euros d'amende aux États-Unis

    En savoir plus

  • Vol AH5017 : l'hypothèse d'un tir de missile sol-air "quasiment impossible"

    En savoir plus

  • Ce que l'on sait sur la disparition du vol AH5017 d’Air Algérie

    En savoir plus

  • Gaza : 15 Palestiniens tués dans une école de l'ONU

    En savoir plus

  • Washington accable la Russie, l’UE renforce ses sanctions contre Moscou

    En savoir plus

  • Tour de France : le Chinois Cheng Ji, lanterne rouge et fier de l'être

    En savoir plus

  • Vol AH5017 d'Air Algérie : Paris n'exclut "aucune hypothèse"

    En savoir plus

  • Gaza : Israël et le Hamas loin d’être prêts à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • En images : à Alep, les cratères d'obus deviennent des piscines pour enfants

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Un match entre Lille et le Maccabi Haifa interrompu par des pro-palestiniens

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains et européenns vers Tel-Aviv

    En savoir plus

  • Tour de France : ces forçats qui ont forgé la réputation du Tourmalet

    En savoir plus

EUROPE

Législatives : Monti ne sera probablement pas candidat

© AFP

Vidéo par Sonia LOGRE-GREZZI

Texte par Dépêche

Dernière modification : 23/12/2012

Dans une interview accordée au quotidien La Repubblica, le président sortant du Conseil italien a laissé entendre qu’il ne serait probablement pas candidat aux législatives des 24 et 25 février. Il doit s'exprimer dimanche en fin de matinée.

Le président sortant du Conseil italien Mario Monti a laissé entendre qu'il ne serait probablement pas candidat lors des élections législatives anticipées du 24 et 25 février, dans un entretien publié dimanche par le quotidien La Repubblica.

Mario Monti, qui s'exprimera au cours d'une conférence de presse prévue à 10h00 GMT, a cependant déclaré au journal qu'il essaierait de convaincre le vainqueur du scrutin de continuer à mettre en oeuvre le programme de réformes entamé depuis son arrivée à la présidence du Conseil.

"Quelque chose à l'intérieur de moi dit 'non'", a répondu Mario Monti, interrogé sur une éventuelle candidature, en précisant n'avoir "toujours pas" pris de décision, mais que le président Giorgio Napolitano préférait qu'il ne se présente pas.

Après 13 mois passés au palais Chigi, l'ancien commissaire européen a démissionné vendredi après le vote du budget 2013 par le Parlement comme il s'y était engagé après la fronde menée par les élus du Peuple de la Liberté (PDL, centre-droit) de son prédécesseur Silvio Berlusconi.

Mario Monti, nommé en novembre 2011 à la tête d'un gouvernement de techniciens pour aider l'Italie à sortir de la crise financière, a annoncé à la Repubblica qu'il présenterait dimanche matin un programme de réformes à mettre en oeuvre, selon lui "pendant les 100 premiers jours du prochain gouvernement".

Le président du Conseil sortant a ajouté que son programme préconiserait de nouvelles lois contre la corruption, une dérégulation de l'économie afin de favoriser la concurrence et "par-dessus tout" des investissements dans l'éducation et la recherche.

Impopularité

Mario Monti a par ailleurs dit craindre que la plate-formedu Parti démocrate (PD, centre-gauche), grand favori de l'élection, penche trop à gauche, mais a affirmé qu'il ne soutiendrait "jamais" Silvio Berlusconi et que les formations centristes ne le convainquaient pas.

Certains observateurs envisagent pourtant que Mario Monti apporte son soutien à une nouvelle formation centriste créée par le président du groupe Ferrari, Luca Cordero di Montezemolo ou encore soutienne plusieurs petits partis qui s'engageraient à poursuivre sa politique de rigueur budgétaire.

Mario Monti est plébiscité par de nombreux chefs d'Etat et de gouvernement en Europe mais la politique d'austérité qu'il a menée ne l'a pas rendu populaire dans son pays - 61% des électeurs interrogés par l'institut de sondage SWG ne souhaitent pas qu'il entre dans la campagne.

Certains observateurs n'excluent toutefois pas que le 'Professore" puisse décider de revenir sur la scène politique plus tard dans la campagne, si les sondages se font plus cléments.

L'Italie, troisième économie de la zone euro, est entrée en récession mi-2011 et le taux de chômage a atteint un niveau record de 11% de la population active.

Malgré la politique d'austérité menée par Mario Monti, la dette de l'Italie a franchi en octobre pour la première fois le seuil symbolique des 2.000 milliards d'euros et devrait continuer à augmenter en 2013.

 

REUTERS

Première publication : 23/12/2012

COMMENTAIRE(S)