Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Hollande face à la presse : le chef de l'État a tenu sa conférence semestrielle

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

La stratégie des États-Unis face à l'organisation de l'EI

En savoir plus

FOCUS

Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Niki de Saint-Phalle, une "nana" militante et engagée

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Les incertitudes économiques d'une Écosse indépendante

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"DDay"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Kilt ou double"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : une volontaire française de MSF contaminée

En savoir plus

SUR LE NET

Iran : les jeunes internautes contournent la censure

En savoir plus

  • Écosse : "Quel que soit le résultat, il va y avoir beaucoup de mécontents"

    En savoir plus

  • Frappes en Irak, croissance, Europe : les principales annonces de Hollande

    En savoir plus

  • Cinq casques bleus tchadiens tués dans le nord du Mali

    En savoir plus

  • Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

    En savoir plus

  • Alex Salmond, le visage d'une Écosse qui rêve d'indépendance

    En savoir plus

  • L'Australie, une cible de choix pour l'organisation de l'EI ?

    En savoir plus

  • Yacine Brahimi, la pépite algérienne révélée par Porto

    En savoir plus

  • Belgique : l'euthanasie d'un violeur inquiète les partisans de la mort assistée

    En savoir plus

  • Peu importe l’issue du référendum, "l’Écosse ne sera plus jamais la même"

    En savoir plus

  • Livraison d'armes aux rebelles syriens : le Congrès américain doit se prononcer

    En savoir plus

  • Vladimir Evtouchenkov, le nouvel oligarque dans le viseur du Kremlin

    En savoir plus

  • Parcours sans-faute des Bleues vers le Mondial-2015

    En savoir plus

  • Une star de la Silicon Valley rachète le château de Pommard

    En savoir plus

  • Le sulfureux maire de Toronto atteint d'un cancer rare et agressif

    En savoir plus

  • "Hollande renvoie l’image de quelqu’un de trop optimiste"

    En savoir plus

Asie - pacifique

Une policière afghane abat un conseiller de l’Otan à Kaboul

Texte par Dépêche

Dernière modification : 24/12/2012

Une policière a tiré sur un conseiller de la mission de l'Otan en Afghanistan, au QG de la police à Kaboul. En 2012, près de 60 soldats occidentaux sont morts après des attaques similaires dites "de l’intérieur".

Une policière afghane a tué par balle à la veille de Noël un conseiller civil de l'Otan au quartier général de la police en plein coeur de Kaboul, une première "attaque de l'intérieur", de forces locales sur leurs alliés occidentaux, signée au féminin.

La femme portant l'uniforme de la police afghane a ouvert lundi le feu sur ce conseiller de la mission de l'Otan en Afghanistan (Isaf), dont la nationalité n'a pas été dévoilée, ont indiqué des sources sécuritaires afghanes, sans préciser les motifs de cette agression.

Un autre policier tue cinq de ses collègues au nord du pays

Un policier afghan a tué lundi 24 décembre cinq de ses collègues dans le nord du pays, dernier épisode en date de tirs fratricides au sein des forces afghanes appelées à prendre le relais de l'Otan après 2014, ont indiqué les autorités locales.

L'auteur de la fusillade, Dur Mohammad, est chef d'un commissariat de police dans la province de Jawzjan. Les collègues abattus faisaient partie d'une unité de proximité mise sur pied en 2010 et formée par des soldats américains, selon le patron de la police provinciale Abdul Aziz Ghairat.

Le conseiller civil de l'Otan décédé, a regretté un porte-parole de l'Isaf, précisant qu'une enquête avait été diligentée sur cet incident. La femme a été interpellée après une intervention policière digne d'un film d'action.

"J'ai entendu des tirs et j'ai vu cette femme vêtue de l'uniforme de la police qui tirait en l'air en courant avec son fusil. Je l'ai poursuivie et ai sauté sur elle. J'ai mis mon fusil sur sa tempe et lui ai dit de ne pas bouger", a confié à l'AFP un policier afghan rencontré sur les lieux du crime.

"Elle a abandonné et je l'ai dépouillée de son arme", a ajouté cet homme qui a demandé à garder l'anonymat, ajoutant que l'attaque était survenue dans la cour du quartier général de la police.

Des soldats américains quadrillaient le quartier général de la police dans le centre de la capitale afghane après l'attaque, selon un photographe de l'AFP sur place. L'ambassade américaine a toutefois indiqué ne pas être en mesure pour le moment de confirmer la nationalité de la victime.

Depuis le début de l'année, près de 60 soldats de l'Otan ont été tués par des hommes portant l'uniforme afghan, un phénomène inédit qui donne des maux de tête à la coalition. La multiplication de ces "attaques de l'intérieur" a aussi instauré un climat de méfiance entre soldats étrangers et alliés afghans.

Le dernier cas de "tir de l'intérieur" remonte à plus d'un mois. Un soldat britannique avait été tué le 11 novembre dans la province instable du Helmand (ouest), en proie à l'insurrection des talibans loin de la capitale Kaboul, beaucoup plus sécurisée.

L'Otan attribue une grande partie de ces attaques à des différences culturelles, mais reconnaît aussi que le quart d'entre elles sont dues à des infiltrations des forces de sécurité afghanes par les insurgés talibans.

La mission de combat de l'Otan en Afghanistan se termine fin 2014. Après cette échéance, les forces afghanes assureront seules la protection du territoire contre les talibans.

Les forces afghanes ont dû rapidement gonfler leurs effectifs à 350.000 hommes pour se préparer à prendre le relais des Occidentaux. Or des critiques estiment que ce recrutement accéléré a nui à la sélection des candidats et a facilité l'infiltration des talibans.

Des observateurs pronostiquent une guerre civile ou le retour des talibans au pouvoir à Kaboul après le retrait de l'essentiel des forces occidentales en Afghanistan en 2014.

Mais les rapprochements récents entre l'Afghanistan et le Pakistan voisin, doté de liens historiques avec les insurgés talibans, font aussi ressurgir l'espoir d'un accord de paix pour stabiliser le pays après 2014 en intégrant notamment les rebelles islamistes au pouvoir.

AFP

Première publication : 24/12/2012

  • AFGHANISTAN

    Un huis clos secret à Chantilly réunit Taliban et gouvernement afghan

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Un sergent américain encourt la peine de mort pour le massacre d'Afghans

    En savoir plus

  • AFGHANISTAN

    La mort d’un soldat de l’Otan relance la question des "attaques de l’intérieur"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)