Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Graham Watson, président du Parti des Libéraux et Démocrates pour l'Europe

En savoir plus

ICI L'EUROPE

UE : avec Pierre Moscovici, un changement de cap économique ?

En savoir plus

DÉBAT

Manuel Valls à Berlin : prendre exemple sur le modèle allemand ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Enlèvement d'un Français en Algérie

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État islamique : à quel jeu joue la Turquie ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le retour de Nicolas Sarkozy n'est pas une solution pour la France"

En savoir plus

SUR LE NET

Cambodge : les travailleurs exigent une hausse des salaires

En savoir plus

  • Les États-Unis frappent le cœur de l’EI en Syrie

    En savoir plus

  • Rapt du Français en Algérie : qui se cache derrière les "Soldats du califat" ?

    En savoir plus

  • La justice autorise l'adoption d'enfants nés d'une PMA à l'étranger

    En savoir plus

  • Prison à vie pour Ilham Tohti : "Ils ont créé un 'Mandela ouïghour'"

    En savoir plus

  • L'armée israélienne abat un avion de chasse syrien au-dessus du Golan

    En savoir plus

  • L'armée tue deux Palestiniens accusés de la mort des adolescents israéliens

    En savoir plus

  • Le président chinois, principal absent du sommet sur le climat

    En savoir plus

  • Présidentielle tunisienne : le point sur les candidats

    En savoir plus

  • Un million de bébés européens nés grâce à Erasmus

    En savoir plus

  • Le report du projet de Transavia Europe ne suffit pas aux pilotes d'Air France

    En savoir plus

  • Apple bat des records de ventes avec ses nouveaux iPhone

    En savoir plus

  • Menaces contre la France : "L'EI a décidé d’exporter le conflit en Occident"

    En savoir plus

  • Le Mondial-2022 ne se jouera pas au Qatar, selon un membre de la Fifa

    En savoir plus

  • À Berlin, Manuel Valls promet des réformes à Angela Merkel

    En savoir plus

  • Mort d’Albert Ebossé : la JS Kabylie suspendue deux ans par la CAF

    En savoir plus

  • Face aux jihadistes de l'EI, "on ne comprend pas l'attitude d'Ankara"

    En savoir plus

Asie - pacifique

Une policière afghane abat un conseiller de l’Otan à Kaboul

Texte par Dépêche

Dernière modification : 24/12/2012

Une policière a tiré sur un conseiller de la mission de l'Otan en Afghanistan, au QG de la police à Kaboul. En 2012, près de 60 soldats occidentaux sont morts après des attaques similaires dites "de l’intérieur".

Une policière afghane a tué par balle à la veille de Noël un conseiller civil de l'Otan au quartier général de la police en plein coeur de Kaboul, une première "attaque de l'intérieur", de forces locales sur leurs alliés occidentaux, signée au féminin.

La femme portant l'uniforme de la police afghane a ouvert lundi le feu sur ce conseiller de la mission de l'Otan en Afghanistan (Isaf), dont la nationalité n'a pas été dévoilée, ont indiqué des sources sécuritaires afghanes, sans préciser les motifs de cette agression.

Un autre policier tue cinq de ses collègues au nord du pays

Un policier afghan a tué lundi 24 décembre cinq de ses collègues dans le nord du pays, dernier épisode en date de tirs fratricides au sein des forces afghanes appelées à prendre le relais de l'Otan après 2014, ont indiqué les autorités locales.

L'auteur de la fusillade, Dur Mohammad, est chef d'un commissariat de police dans la province de Jawzjan. Les collègues abattus faisaient partie d'une unité de proximité mise sur pied en 2010 et formée par des soldats américains, selon le patron de la police provinciale Abdul Aziz Ghairat.

Le conseiller civil de l'Otan décédé, a regretté un porte-parole de l'Isaf, précisant qu'une enquête avait été diligentée sur cet incident. La femme a été interpellée après une intervention policière digne d'un film d'action.

"J'ai entendu des tirs et j'ai vu cette femme vêtue de l'uniforme de la police qui tirait en l'air en courant avec son fusil. Je l'ai poursuivie et ai sauté sur elle. J'ai mis mon fusil sur sa tempe et lui ai dit de ne pas bouger", a confié à l'AFP un policier afghan rencontré sur les lieux du crime.

"Elle a abandonné et je l'ai dépouillée de son arme", a ajouté cet homme qui a demandé à garder l'anonymat, ajoutant que l'attaque était survenue dans la cour du quartier général de la police.

Des soldats américains quadrillaient le quartier général de la police dans le centre de la capitale afghane après l'attaque, selon un photographe de l'AFP sur place. L'ambassade américaine a toutefois indiqué ne pas être en mesure pour le moment de confirmer la nationalité de la victime.

Depuis le début de l'année, près de 60 soldats de l'Otan ont été tués par des hommes portant l'uniforme afghan, un phénomène inédit qui donne des maux de tête à la coalition. La multiplication de ces "attaques de l'intérieur" a aussi instauré un climat de méfiance entre soldats étrangers et alliés afghans.

Le dernier cas de "tir de l'intérieur" remonte à plus d'un mois. Un soldat britannique avait été tué le 11 novembre dans la province instable du Helmand (ouest), en proie à l'insurrection des talibans loin de la capitale Kaboul, beaucoup plus sécurisée.

L'Otan attribue une grande partie de ces attaques à des différences culturelles, mais reconnaît aussi que le quart d'entre elles sont dues à des infiltrations des forces de sécurité afghanes par les insurgés talibans.

La mission de combat de l'Otan en Afghanistan se termine fin 2014. Après cette échéance, les forces afghanes assureront seules la protection du territoire contre les talibans.

Les forces afghanes ont dû rapidement gonfler leurs effectifs à 350.000 hommes pour se préparer à prendre le relais des Occidentaux. Or des critiques estiment que ce recrutement accéléré a nui à la sélection des candidats et a facilité l'infiltration des talibans.

Des observateurs pronostiquent une guerre civile ou le retour des talibans au pouvoir à Kaboul après le retrait de l'essentiel des forces occidentales en Afghanistan en 2014.

Mais les rapprochements récents entre l'Afghanistan et le Pakistan voisin, doté de liens historiques avec les insurgés talibans, font aussi ressurgir l'espoir d'un accord de paix pour stabiliser le pays après 2014 en intégrant notamment les rebelles islamistes au pouvoir.

AFP

Première publication : 24/12/2012

  • AFGHANISTAN

    Un huis clos secret à Chantilly réunit Taliban et gouvernement afghan

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Un sergent américain encourt la peine de mort pour le massacre d'Afghans

    En savoir plus

  • AFGHANISTAN

    La mort d’un soldat de l’Otan relance la question des "attaques de l’intérieur"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)