Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

La RDC fête son indépendance mais toujours pas de calendrier pour les élections

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentat à l'aéroport d'Istanbul : 41 victimes, la Turquie pointe du doigt le groupe EI

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

La sixième extinction : comment sauver les espèces ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Salia Sanou chorégraphie son désir d'horizons

En savoir plus

TECH 24

Viva Tech : Paris se rêve en capitale de l'innovation

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

La Camargue dans le sillage de ses gardiens

En savoir plus

FOCUS

À Taïwan, la démocratie se conjugue au féminin

En savoir plus

MODE

Les collections masculines 2017 tentent d’égayer un monde traumatisé

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Boris Johnson "exécuté par le Brexit"

En savoir plus

Asie - pacifique

Le Premier ministre indien tente d’apaiser la colère après le viol d’une étudiante

© FRANCE 24

Texte par FRANCE 24 avec dépêches

Dernière modification : 24/12/2012

Depuis le viol collectif d’une étudiante dans un bus à New Delhi, le 16 décembre, une vague d'indignation secoue l'Inde. Le Premier ministre Manmohan Singh appelle au calme et promet de tout faire pour assurer la sécurité des femmes.

"La colère contre ce crime est justifiée, mais la violence ne servira à rien. J'en appelle à tous les citoyens à maintenir la paix et le calme." Après plus d’une semaine de manifestations, le Premier ministre indien,  Manmohan Singh, a pris la parole lundi 24 décembre pour tenter d’apaiser  la grogne des Indiens.

Les déclarations du Premier ministre indien

Le 16 décembre, une étudiante âgée de 23 ans a été violée par six hommes et battue à coups de barre de fer à bord d'un autobus à New Delhi. Jetée du car avec le jeune homme qui l’accompagnait, elle a été laissée pour morte et souffre de graves blessures intestinales. Depuis, ce fait divers, qui a suscité l’indignation des Indiens, est à l’origine d’une vague de protestation à travers le pays. 

Lundi, la police a indiqué qu’une centaine de personnes, dont 60 policiers, ont été blessées dans les manifestations la veille, pourtant interdites temporairement dans le centre de la capitale. "Il y a une colère et une angoisse réelles et justifiées après cet événement atroce mais je suis sincèrement attristé par la tournure des événements qui ont mené à des affrontements entre les manifestants et la police", a déclaré le Premier ministre, assurant que le gouvernement ne resterait pas inactif.
 
New Delhi, capitale du viol
 
Visite présidentielle sous haute surveillance

La sécurité a été renforcée, lundi 24 décembre, dans la capitale indienne, en raison de la visite de 24 heures de Vladimir Poutine.

Le lieu de la cérémonie prévue en l’honneur du président russe a été changé par précaution. Une conférence de presse avec Singh et Poutine doit également avoir lieu à l’occasion de cet événement.

"Nous allons examiner sans délai non seulement les réponses à ce terrible crime, mais aussi tous les aspects concernant la sécurité des femmes et des enfants, et la punition de ceux qui commettent ces crimes monstrueux", a ajouté le chef de gouvernement.
 
Les chiffres officiels indiquent que sur les 256 329 crimes violents enregistrés en Inde en 2011, 228 650 avaient pour victime une ou des femmes.
 
New Delhi a été surnommée "la capitale du viol", en raison de l'envolée de ce crime qui enregistre, en 2012, une augmentation de 17 %.
 
Hospitalisée en soins intensifs, la jeune femme violée à l'origine du mouvement de colère commençait ce week-end à aller mieux, selon les autorités de l'hôpital. Quant aux auteurs du viol, tous ont été arrêtés et incarcérés.

FRANCE 24 avec dépêches

Première publication : 24/12/2012

  • INDE

    Sous la pression de la rue, l'Inde envisage la peine de mort pour un viol collectif

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)