Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : calme précaire dans la capitale, violences en province

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Cameroun, la population se mobilise pour l'éducation

En savoir plus

#ActuElles

Canada : les mystérieuses disparitions des femmes autochtones

En savoir plus

REPORTERS

Le meilleur des grands reportages de France 24 en 2014

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Retour sur les temps forts de l’année 2014

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un troisième Bush à la Maison Blanche ?"

En savoir plus

DÉBAT

CAN-2015 : un défi pour le continent africain

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Il faut que Pékin réévalue ses politiques dans les régions tibétaines"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Uruguay : la vie après Guantanamo

En savoir plus

Afrique

La nouvelle Constitution égyptienne approuvée par 63,8% des voix

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24 avec dépêches

Dernière modification : 26/12/2012

La Constitution égyptienne défendue par les islamistes au pouvoir a été approuvée par 63,8% des voix exprimées, a annoncé mardi soir la commission électorale. Ce résultat officiel est conforme aux estimations diffusées par les Frères musulmans.

Le projet de Constitution défendu par les islamistes au pouvoir en Egypte a été approuvé par 63,8% des votants, au terme d'un référendum qui s'est déroulé en pleine crise politique, a annoncé la commission électorale nationale mardi 25 décembre.

Le taux de participation a été de 32,9%, a précisé Samir Aboul Maati, le président de la commission, lors d'une conférence de presse.

L’opposition va faire appel du résultat

Dénonçant des fraudes, l'opposition a annoncé, dimanche, qu'elle allait faire appel du résultat du référendum.

"Il est sûr que le résultat du référendum est dû à la fraude, aux violations et aux irrégularités constatées", a déclaré le Front du salut national (FSN), principale coalition de l'opposition.



Plusieurs ONG avaient dénoncé des irrégularités pendant le scrutin des 15 et 22 décembre, et l'opposition a accusé les Frères musulmans, dont est issu le président Mohamed Morsi, de fraude en faveur du "oui".

Irrégularités pendant le scrutin ?

Sans mentionner les fraudes présumées, M. Aboul Maati a indiqué que la commission avait reçu des plaintes et les avait toutes examinées, assurant que le processus s'était déroulé sous supervision judiciaire.

"La commission assure qu'après une enquête approfondie ces deux derniers jours, tout s'est déroulé normalement", rapporte Alexander Turnbull, le correspondant de FRANCE 24 au Caire. "Selon eux, il y a avait 40 000 personnes appelés à superviser ce vote, aucune n'a eu de problème pour rentrer dans un bureau", ajoute-t-il.

En Egypte, les élections doivent se dérouler sous la supervision des magistrats pour être valides. Or les ONG et l'opposition ont assuré que des personnes s'étaient fait passer pour des juges dans certains bureaux de vote.

"Rien n'a prouvé que dans un bureau de vote il y ait eu des gens n'appartenant pas à la magistrature. Tous ceux qui ont participé au processus étaient membres d'une des instances de la magistrature", a dit M.Maati.

Mettre "fin aux divisions"

M. Aboul Maati a toutefois indiqué que les résultats de certains bureaux avaient été invalidés, notamment parce qu'ils avaient fermé avant l'heure fixée par la commission.

De leur côté, les États-Unis ont appelé le président islamiste Mohamed Morsi à mettre "fin aux divisions" et à "élargir le soutien au processus démocratique politique".

"Le président Morsi, en tant que président démocratiquement élu d'Egypte, a la responsabilité d'agir d'une façon qui reconnaisse le besoin urgent de mettre fin aux divisions, de bâtir la confiance (...) ", a déclaré le porte-parole du département d'Etat Patrick Ventrell dans un communiqué.

Première publication : 25/12/2012

  • ÉGYPTE

    L’opposant ElBaradei estime que les islamistes égyptiens "perdent du terrain"

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Constitution : victoire du "oui" au référendum, selon les Frères musulmans

    En savoir plus

  • REPORTAGE

    Au Fayoum, les Égyptiens s’apprêtent à voter "Oui" à la Constitution

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)