Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

Gaffe de Boris Johnson : "Vous les saoudiens et vos guerres de procuration !"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Demain on arrête de respirer"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Cameroun : plusieurs morts dans des heurts au Nord-Ouest

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Alep-est, à feu et à sang

En savoir plus

LE DÉBAT

Guerre en Syrie : Alep, la chute finale ? (partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Guerre en Syrie : Alep, la chute finale ? (partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Primaire de la gauche : quelle est la stratégie de Manuel Valls ?

En savoir plus

POLITIQUE

Présidentielle-2017 : quelle gauche après Hollande ?

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : avec "La Division d'or", à la conquête de Mossoul

En savoir plus

Asie - pacifique

Un policier tué lors d'une manifestation contre le viol d’une étudiante en Inde

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 25/12/2012

Un policier, attaqué dimanche lors d'une manifestation suite au viol collectif d'une étudiante à New Delhi, a succombé à ses blessures, ont annoncé mardi les autorités indiennes. Malgré les appels au calme, la colère ne retombe pas.

Il avait été battu par un groupe de manifestants dimanche. Les autorités indiennes ont annoncé mardi la mort d'un policier blessé lors des manifestations de New Delhi suscitées par le viol collectif d'une jeune étudiante, un fait divers qui agite le pays, et notamment la capitale, depuis plus d'une semaine.

Le policier, âgé de 47 ans, avait été déployé dimanche près de la Porte de l'Inde, un des monuments emblématiques de Delhi, autour duquel s'étaient rassemblés les manifestants.

Admis à l'hôpital, il y est mort deux jours plus tard, a indiqué le porte-parole de la police de New Delhi. "Les manifestants ont jeté des pierres à (Subash) Tomar. Il est tombé dans le coma, pendant deux jours, et il est mort aujourd'hui", a déclaré à l'AFP Rajan Bhagat.

Les autorités ont depuis interdit à la circulation une bonne partie du centre de la capitale. Plusieurs stations de métro étaient également fermées mardi.

La police accusée de ne pas prendre au sérieux les agressions sexuelles

Une cinquantaine de policers ont été blessés, dimanche, lors d'affrontements avec la foule. Les autorités ont depuis interdit à la circulation une bonne partie du centre de la capitale.

Les manifestants protestent contre la police et les autorités, accusées de ne pas prendre suffisamment au sérieux les plaintes pour viols et agressions sexuelles, dans un pays très largement dominé par les hommes.

Les déclarations du Premier ministre indien



La police estime que des agitateurs se sont mélés à la foule, provoquant des scènes de violence inhabituelles au centre de Delhi. Mais la presse indienne a vertement critiqué les forces de l'ordre lundi, estimant que la force déployée était démesurée.

Ces rassemblements ont été provoqués par un fait divers qualifié d'"atroce" par le Premier ministre, Manmohan Singh. Le 16 décembre, une étudiante de 23 ans a été violée par six hommes et battue à coups de barre de fer à bord d'un autobus à New Delhi. Jetée du car avec le jeune homme qui l’accompagnait, elle a été laissée pour morte et souffre de graves blessures intestinales. Les six hommes, ivres au moment des faits, ont été arrêtés par la police.

"Manifester est important. Ça secoue la conscience d'une société, ça pousse les gens vers le changement, ça leur donne l'impression de faire partie de ce changement", écrit l'auteur féministe Urvashi Butalia dans un éditorial paru dans le quotidien "The Hindu".

Une violence quotidienne qui cible les femmes

"Le viol n'est pas quelque chose qui se produit de manière détachée. Ça fait partie d'une violence continue et bien implantée dans notre société, qui cible les femmes de manière quotidienne", ajoute-t-elle.

Les chiffres officiels montrent que près de 90% des 256 329 crimes violents enregistrés en 2011 en Inde avaient une ou des femmes pour victime(s).

FRANCE 24 avec dépêches

Première publication : 25/12/2012

  • INDE

    Sous la pression de la rue, l'Inde envisage la peine de mort pour un viol collectif

    En savoir plus

  • INDE

    Le Premier ministre indien tente d’apaiser la colère après le viol d’une étudiante

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)