Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le Malien Birama Sidibé candidat à la présidence de la Banque africaine de développement

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Loi santé : ce qui va changer

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Serge Atlaoui condamné à mort : La France peut-elle faire pression ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Migrants en Méditerranée, sans stratégie face au drame l'Europe mise en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Émission spéciale : Marseille, le renouveau ?

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : sur les traces du réalisateur Henri Verneuil, réfugié arménien

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Génocide arménien, cent ans après déni et mémoire continuent de se côtoyer

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Léa Drucker

En savoir plus

TECH 24

Numérique : tout pour la musique

En savoir plus

Amériques

L'effroyable lettre du meurtrier des deux pompiers de New York

© AFP

Vidéo par France 3

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 26/12/2012

William Spengler, qui a assassiné lundi deux pompiers volontaires de l'État de New York et en a blessé deux autres avant de se suicider, avait laissé une note, dans laquelle il disait que ce qu'il aimait le plus, c'était "tuer des gens".

La déclaration a de quoi faire froid dans le dos. L'homme qui a tué par balles deux pompiers américains, piégés la veille de Noël en venant éteindre l'incendie qu'il avait allumé, avait laissé une lettre racontant que ce qu'il préférait, c'était "tuer des gens", a déclaré mardi 25 décembre la police de Webster (nord-est), ajoutant que des "restes humains", probablement ceux de sa sœur, avaient été trouvés dans sa maison calcinée.

"Je dois encore me préparer pour voir combien du quartier je peux brûler, et faire ce que j'aime le plus, tuer des gens", avait écrit William Spengler, 62 ans, dans cette lettre "de deux, trois pages", a précisé Gerald Pickering, le chef de la police de Webster, petite localité au bord du lac Ontario, près de Rochester.

"Nous avons trouvé des restes humains dans les ruines de la maison où habitait le tireur", condamné pour meurtre en 1981, a également déclaré Gerald Pickering. Il a ajouté qu'il s'agissait probablement de sa sœur, Cheryl Spengler, 67 ans, disparue depuis lundi et qui vivait avec lui. Le frère et la sœur, apparemment, ne s'entendaient pas. Le chef de la police n'a pas pu dire si elle était morte dans le brasier ou avait été tuée préalablement.

"C'était clairement une embuscade", a également répété Gerald Pickering revenant sur les circonstances du drame. Il a ajouté que le tueur, qui s'est ensuite suicidé, était "équipé pour la guerre, pour tuer des innocents".

Des zones d'ombre

Après avoir mis le feu à sa maison et à une voiture, il avait pris position, attendant les pompiers avec trois armes à feu, dont un fusil d'assaut Bushmaster de calibre .223, semblable à celui utilisé lors du massacre de Newtown le 14 décembre (20 enfants et six adultes tués).

Il a commencé à tirer sitôt les pompiers arrivés. Un policier arrivé sur place a riposté, "sauvant probablement de nombreuses vies", a également déclaré le chef de la police. Au total, deux pompiers ont été tués et deux autres grièvement blessés. Le feu a complètement détruit sept maisons sur une langue de terre entourée d'eau.

Spengler avait déjà tué sa grand-mère à coups de marteau en 1980. Condamné en 1981, il avait passé 18 ans en prison. Il n'avait plus fait parler de lui depuis.

La police n'a donné aucune raison à son geste.

Ce nouveau drame survient en plein débat sur les armes à feu aux États-Unis, après le massacre de Newtown (Connecticut, nord-est), où 20 enfants de CP et six membres du personnel de l'école de Sandy Hook ont été tués par un jeune de 20 ans, qui avait auparavant tué sa mère. Adam Lanza s'est ensuite suicidé.

FRANCE 24 avec dépêches

Première publication : 26/12/2012

  • ÉTATS-UNIS

    Deux pompiers tués par un homme armé lors d'une intervention aux États-Unis

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)