Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Des fermes 3.0 pour redynamiser l'agriculture française

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Al-Bab aux mains des rebelles syriens ?"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Fine, 6 ans, égérie du salon de l’agriculture"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Soudan du Sud : les ravages psychologiques de la guerre

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

"Blocus pour Theo" : le jeu du Front National ?

En savoir plus

LE DÉBAT

Agriculture : la France championne d’Europe, mais en perte de vitesse (partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Agriculture : la France championne d’Europe, mais en perte de vitesse (partie 1)

En savoir plus

BILLET RETOUR

Vidéo : Hong Kong, entre crise politique et recherche identitaire

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Le suicide des agriculteurs, un sujet encore tabou

En savoir plus

Afrique

Aqmi accuse Paris de bloquer les négociations sur les otages

© AFP

Texte par FRANCE 24 avec dépêches

Dernière modification : 26/12/2012

Dans une vidéo diffusée par l'agence de presse mauritanienne en ligne Sahara Médias, Aqmi impute à Paris la responsabilité de l'échec des négociations pour la libération des quatre otages français enlevés en septembre 2010 au Niger.

Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), qui détient quatre Français en otage depuis deux ans dans le Sahel, impute aux autorités françaises l'échec des négociations sur leur libération dans une vidéo diffusée mardi 25 décembre par le site mauritanien d'informations Sahara Médias.

"Il y a un an environ, nous avons averti la France de notre disposition à négocier et depuis nous attendons sa réponse", a déclaré Abdel Hamid Abu Zeid, l'un des dirigeants d'Aqmi, selon la transcription française de ses propos publiée sur le site de l'agence. La France est responsable de l'arrêt des négociations dans le dossier des otages et Aqmi reste ouverte au dialogue, ajoute-t-il dans cette vidéo de quatre minutes.

La France agit "dans la discrétion"

Les quatre otages, collaborateurs de Sogea Satom, une filiale de Vinci, ont été enlevés le 16 septembre 2010 dans le nord du Niger, à Arlit. Clément Legrand, un frère d'un des otages, a adressé une vidéo à Sahara Médias le 8 décembre dernier dans laquelle il interpelle la filiale régionale de la nébuleuse islamiste. "Nous ne comprenons pas pourquoi tout est bloqué", déclarait-il notamment.

Outre les quatre collaborateurs de Sogea Satom enlevés au Niger, Aqmi détient deux géologues, Philippe Verdon et Serge Lazarevic, enlevés dans la nuit du 24 novembre 2011 au Mali.

Le septième otage, Gilberto Rodriguez Léal, a été enlevé le 20 novembre dans l'ouest malien par le Mujao, le Mouvement pour l'unicité et le djihad en Afrique de l'Ouest.

Aqmi a prévenu en octobre la France que toute tentative visant à libérer les otages pourrait conduire à leur mort. Le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius avait alors assuré que la France agissait "dans la discrétion" pour la libération de ses ressortissants détenus au Sahel. 

FRANCE 24 avec dépêches

Première publication : 26/12/2012

  • FRANCE

    Le frère d'un otage au Niger adresse un appel de détresse à Aqmi

    En savoir plus

  • MALI

    Aqmi menace de tuer les otages français en cas d'intervention au Nord-Mali

    En savoir plus

  • MALI

    Aqmi menace de tuer les quatre otages français enlevés au Niger

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)