Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Les candidats à la présidentielle afghane acceptent de partager le pouvoir

    En savoir plus

  • Le cessez-le-feu en Ukraine n’a encore rien d’effectif, selon l'Otan

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

Amériques

Le Parlement russe interdit les adoptions par des Américains

© AFP

Texte par Dépêche

Dernière modification : 27/12/2012

La chambre haute du Parlement a adopté à l'unanimité une proposition de loi interdisant aux Américains d'adopter des enfants russes. Selon Washington, 60 000 orphelins russes ont été adoptés par des Américains ces vingt dernières années.

Le Conseil de la Fédération, chambre haute du Parlement russe, a approuvé mercredi à l'unanimité une loi très controversée interdisant aux Américains d'adopter des orphelins russes.

Le texte a été approuvé par la totalité des 143 suffrages exprimés et doit désormais être signé par le président Vladimir Poutine.

Le texte, approuvé vendredi en troisième et dernière lecture par la Douma (chambre basse) se veut une réponse à la "liste Magnitski" adoptée aux Etats-Unis, qui sanctionne des responsables russes impliqués dans la mort en 2009 en prison du juriste Sergueï Magnitski, ou d'autres violations des droits de l'Homme.

"Un grand pays comme la Russie ne peut pas faire commerce de ses enfants", a déclaré le délégué du Kremlin aux droits de l'enfant, Pavel Astakhov, cité par Interfax.

"Toute adoption par des étrangers est nuisible pour le pays, car plus des étrangers adoptent nos enfants, moins nous faisons d'efforts nous-mêmes dans ce domaine", a-t-il ajouté.

La nouvelle loi russe prévoit elle aussi de dresser une "liste noire" des Américains indésirables en Russie, soupçonnés d'avoir violé en particulier les droits des citoyens russes.

M. Poutine semble soutenir l'initiative qu'il a qualifié de réponse "appropriée" à la liste Magnitski, lors de sa conférence de presse la semaine dernière.

Le président russe pourrait examiner la loi dès mercredi, a indiqué son porte-parole Dmitri Peskov, cité par l'agence Interfax.

Selon le département d'Etat américain, 60.000 petits Russes ont été adoptés par des Américains au cours de ces vingt dernières années.

De 2008 à 2011, 14.660 enfants ont été adoptés en Russie par des étrangers, dont 5.177 par des Américains, selon le délégué aux droits de l'enfant, Pavel Astakhov.

Selon cette loi, "quarante-six enfants qui devaient être adoptés par des familles américaines resteront en Russie", a affirmé mercredi M. Astakhov, cité par Interfax.

Leurs dossiers sont examinés par des tribunaux qui doivent délivrer une autorisation pour leur adoption.

Ces enfants resteront en Russie "si ces tribunaux ne se prononcent pas avant le 1er janvier", avait expliqué M. Astakhov à l'AFP vendredi.

La proposition de loi a provoqué de nombreuses réactions de réprobation en Russie, non seulement chez les ONG spécialisées et les humanitaires, mais aussi de la part de membres du gouvernement, comme le ministre de l'Education Dmitri Livanov et le ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov.

La vice-Premier ministre chargée des questions sociales Olga Golodets a écrit la semaine dernière une lettre à Vladimir Poutine où elle critiquait la loi, estimant qu'elle entrait en contradiction avec d'autres documents déjà en vigueur, notamment un accord russo-américain sur les adoptions conclu cette année.

Selon Mme Golodets, si la nouvelle loi anti-adoption entre en vigueur, la Russie risque de perdre tout droit de regard sur les conditions de vie des 60.000 enfants russes déjà adoptés par des Américains.

L'accord russo-américain sur la coopération dans le domaine des adoptions, négocié pendant plusieurs mois, n'est entré en vigueur que le 1er novembre dernier. Il prévoit notamment la mise en place d'un mécanisme permettant aux autorités russes de contrôler les conditions de vie des enfants adoptés.

La loi anti-adoptions porte le nom de Dima Iakovlev, un enfant russe adopté aux Etats-Unis en 2008 et mort oublié par son père adoptif américain dans une voiture en pleine chaleur.

D'autres cas d'enfants maltraités par leurs parents adoptifs aux Etats-Unis ont été très médiatisés ces dernières années en Russie.

Selon M. Astakhov, 19 enfants russes adoptés aux Etats-Unis ont péri en dix ans.

Des journalistes de la télévision russe ont retrouvé dans la région de Pskov (ouest de la Russie) la grand-mère du petit Dima Iakovlev, Nadejda Paoukkonen, qui a assuré qu'elle voulait reprendre le garçon lorsque celui-ci avait été abandonné par ses parents alcooliques, mais que les autorités russes le lui avaient refusé.

Le tribunal de Pskov qui avait autorisé l'adoption de Dima par des Américains a cependant démenti, assurant mercredi que les proches du petit garçon avaient refusé de l'adopter, a rapporté Interfax.

AFP
 

Première publication : 26/12/2012

  • RUSSIE

    Les Américains ne pourront plus adopter des enfants russes

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)