Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Manuel Valls: le Premier ministre en opération séduction

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

La French Touch, avec le chef Thierry Marx et le mathématicien Cédric Villani

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Cameroun : la famille d'Albert Ebossé pleure le joueur tué en Algérie

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Immigration : 170 corps retrouvés près des côtes libyennes

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Coup d’envoi de la 71ème Mostra de Venise

En savoir plus

SUR LE NET

Après "l'Ice Bucket Challenge", place au "Rice Bucket Challenge"

En savoir plus

FOCUS

Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

En savoir plus

FOCUS

Sénégal : insécurité alimentaire en Casamance

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Otages en Syrie : la rançon ou la mort ?

En savoir plus

  • Cessez-le-feu à Gaza : qui d'Israël ou du Hamas sort vainqueur ?

    En savoir plus

  • Bloquer l'avancée de l'EI, le casse-tête d'Obama

    En savoir plus

  • La déclaration d'amour de Valls aux entreprises françaises

    En savoir plus

  • Macron vs Montebourg : deux styles opposés mais une même politique ?

    En savoir plus

  • Affaire Tapie : Christine Lagarde mise en examen pour "négligence"

    En savoir plus

  • Ronaldo, Robben, Neuer : qui sera sacré joueur européen de l'année ?

    En savoir plus

  • Zara retire de la vente une marinière flanquée d'une étoile jaune

    En savoir plus

  • France : le chômage atteint un nouveau record en juillet

    En savoir plus

  • Un rapport de l’ONU accuse Damas et l’EI de crimes contre l’humanité

    En savoir plus

  • Ebola : le Liberia sanctionne ses ministres réfugiés à l'étranger

    En savoir plus

  • Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

    En savoir plus

  • Theo Curtis, ex-otage américain en Syrie, est arrivé aux États-Unis

    En savoir plus

  • Syrie : l'unique passage menant au Golan tombe aux mains des rebelles

    En savoir plus

  • Vidéo : Lalish, capitale spirituelle et dernier refuge des Yazidis d'Irak

    En savoir plus

  • En images : les ministres du gouvernement Valls II

    En savoir plus

Amériques

Le Parlement russe interdit les adoptions par des Américains

© AFP

Texte par Dépêche

Dernière modification : 27/12/2012

La chambre haute du Parlement a adopté à l'unanimité une proposition de loi interdisant aux Américains d'adopter des enfants russes. Selon Washington, 60 000 orphelins russes ont été adoptés par des Américains ces vingt dernières années.

Le Conseil de la Fédération, chambre haute du Parlement russe, a approuvé mercredi à l'unanimité une loi très controversée interdisant aux Américains d'adopter des orphelins russes.

Le texte a été approuvé par la totalité des 143 suffrages exprimés et doit désormais être signé par le président Vladimir Poutine.

Le texte, approuvé vendredi en troisième et dernière lecture par la Douma (chambre basse) se veut une réponse à la "liste Magnitski" adoptée aux Etats-Unis, qui sanctionne des responsables russes impliqués dans la mort en 2009 en prison du juriste Sergueï Magnitski, ou d'autres violations des droits de l'Homme.

"Un grand pays comme la Russie ne peut pas faire commerce de ses enfants", a déclaré le délégué du Kremlin aux droits de l'enfant, Pavel Astakhov, cité par Interfax.

"Toute adoption par des étrangers est nuisible pour le pays, car plus des étrangers adoptent nos enfants, moins nous faisons d'efforts nous-mêmes dans ce domaine", a-t-il ajouté.

La nouvelle loi russe prévoit elle aussi de dresser une "liste noire" des Américains indésirables en Russie, soupçonnés d'avoir violé en particulier les droits des citoyens russes.

M. Poutine semble soutenir l'initiative qu'il a qualifié de réponse "appropriée" à la liste Magnitski, lors de sa conférence de presse la semaine dernière.

Le président russe pourrait examiner la loi dès mercredi, a indiqué son porte-parole Dmitri Peskov, cité par l'agence Interfax.

Selon le département d'Etat américain, 60.000 petits Russes ont été adoptés par des Américains au cours de ces vingt dernières années.

De 2008 à 2011, 14.660 enfants ont été adoptés en Russie par des étrangers, dont 5.177 par des Américains, selon le délégué aux droits de l'enfant, Pavel Astakhov.

Selon cette loi, "quarante-six enfants qui devaient être adoptés par des familles américaines resteront en Russie", a affirmé mercredi M. Astakhov, cité par Interfax.

Leurs dossiers sont examinés par des tribunaux qui doivent délivrer une autorisation pour leur adoption.

Ces enfants resteront en Russie "si ces tribunaux ne se prononcent pas avant le 1er janvier", avait expliqué M. Astakhov à l'AFP vendredi.

La proposition de loi a provoqué de nombreuses réactions de réprobation en Russie, non seulement chez les ONG spécialisées et les humanitaires, mais aussi de la part de membres du gouvernement, comme le ministre de l'Education Dmitri Livanov et le ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov.

La vice-Premier ministre chargée des questions sociales Olga Golodets a écrit la semaine dernière une lettre à Vladimir Poutine où elle critiquait la loi, estimant qu'elle entrait en contradiction avec d'autres documents déjà en vigueur, notamment un accord russo-américain sur les adoptions conclu cette année.

Selon Mme Golodets, si la nouvelle loi anti-adoption entre en vigueur, la Russie risque de perdre tout droit de regard sur les conditions de vie des 60.000 enfants russes déjà adoptés par des Américains.

L'accord russo-américain sur la coopération dans le domaine des adoptions, négocié pendant plusieurs mois, n'est entré en vigueur que le 1er novembre dernier. Il prévoit notamment la mise en place d'un mécanisme permettant aux autorités russes de contrôler les conditions de vie des enfants adoptés.

La loi anti-adoptions porte le nom de Dima Iakovlev, un enfant russe adopté aux Etats-Unis en 2008 et mort oublié par son père adoptif américain dans une voiture en pleine chaleur.

D'autres cas d'enfants maltraités par leurs parents adoptifs aux Etats-Unis ont été très médiatisés ces dernières années en Russie.

Selon M. Astakhov, 19 enfants russes adoptés aux Etats-Unis ont péri en dix ans.

Des journalistes de la télévision russe ont retrouvé dans la région de Pskov (ouest de la Russie) la grand-mère du petit Dima Iakovlev, Nadejda Paoukkonen, qui a assuré qu'elle voulait reprendre le garçon lorsque celui-ci avait été abandonné par ses parents alcooliques, mais que les autorités russes le lui avaient refusé.

Le tribunal de Pskov qui avait autorisé l'adoption de Dima par des Américains a cependant démenti, assurant mercredi que les proches du petit garçon avaient refusé de l'adopter, a rapporté Interfax.

AFP
 

Première publication : 26/12/2012

  • RUSSIE

    Les Américains ne pourront plus adopter des enfants russes

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)