Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

#ActuElles

Suède : un modèle de parité ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE - USA : la guerre économique est-elle déclarée ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

UMP et PS sous tension

En savoir plus

TECH 24

Giroptic : la start-up lilloise star de Kickstarter déjà GoPro killer ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Conférence sociale : le gouvernement mise sur l'apprentissage

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Amnesty dénonce les violences faites aux femmes en Égypte

En savoir plus

  • Les Brésiliens, supporters malgré eux, de leurs bourreaux allemands

    En savoir plus

  • Netanyahou déterminé à "frapper les terroristes" à Gaza

    En savoir plus

  • Défilé du 14-Juillet : la présence de soldats algériens fait polémique à Alger

    En savoir plus

  • "Maintenant, fais tes prières" : Amnesty dénonce la torture dans l'est ukrainien

    En savoir plus

  • Gaza : seule une solution politique peut garantir la sécurité d’Israël

    En savoir plus

  • Cynk, l’entreprise fantôme qui valait quatre milliards

    En savoir plus

  • Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

    En savoir plus

  • Tuerie de Bruxelles : Nemmouche accepte d'être extradé vers la Belgique

    En savoir plus

  • Les forces kurdes revendiquent la prise de deux champs pétroliers

    En savoir plus

  • Le FC Barcelone casse sa tirelire pour s’offrir le controversé Luis Suarez

    En savoir plus

  • À Kaboul, Kerry plaide pour un audit des résultats de la présidentielle

    En savoir plus

  • Vidéo : à Gaza, entre pénuries et guerre psychologique

    En savoir plus

  • La fillette américaine, "guérie" du sida, est toujours séropositive

    En savoir plus

  • Vidéo : le sélectionneur du Niger Gernot Rohr livre sa vision du Mondial

    En savoir plus

  • En images : une station service israélienne touchée par une roquette

    En savoir plus

Afrique

Les familles des otages français d’Aqmi luttent contre l'oubli

© AFP

Vidéo par Mounia Ben Aïssa

Texte par Aude MAZOUÉ

Dernière modification : 21/01/2013

Au lendemain d'un message d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) accusant Paris de bloquer les négociations, les familles des otages français retenus en Afrique font entendre leur voix contre l’oubli.

"On ne les oublie pas, on crie bien qu'on ne les oublie pas. On garde espoir, ça permet de garder espoir d'avoir un contact, d'entendre un contact", explique, dans des images d'agence, Pascale Robert, la mère de Pierre Legrand, enlevé depuis plus de deux ans au Sahel. À la souffrance de l’absence de l’être cher, s'ajoute l’impuissance. Pour les familles des otages français aux mains d’Aqmi en Afrique, le pire, c’est l’oubli.

Briser le silence

Mercredi 26 décembre, les familles des otages français ont été rassurées d’entendre le message des ravisseurs d’Aqmi. Les membres du groupe islamiste ont, en effet, posté une vidéo sur YouTube dans laquelle ils imputent à Paris la responsabilité de l'échec des négociations pour la libération des quatre otages français enlevés en septembre 2010 au Niger. Un message envoyé en guise de réponse à l'appel lancé le 24 décembre sur Internet, par frère de Pierre Legrand, exaspéré de ne rien voir bouger.

Alors que certaines familles attendent le retour de leur proche depuis une dizaine de jours, d’autres cochent le 1200e jour de détention sur leur calendrier. Pour beaucoup d’entre elles, l’attente fait très vite place au désarroi. "Je vis dans l'angoisse. Je n'écoute plus la radio, ne regarde plus la télé, je ne sais pas dans quel état il est", raconte Anne-Marie Collomp, épouse réunionnaise de Francis Collomp, enlevé le 19 décembre au Nigeria. Et d’ajouter, "le Quai d'Orsay nous dit qu'il s'en occupe, de ne pas nous inquiéter mais nous sommes loin et nous n'avons aucune nouvelle".

Organisés en comité de soutien, certains membres de familles n’hésitent plus à interpeller publiquement l’État français et les ravisseurs eux-mêmes. "Je m'adresse aux personnes qui ont du pouvoir dans cette négociation, du pouvoir dans la libération, de faire tout leur possible pour accélérer les choses et pour que la libération arrive le plus vite possible" insiste Alain Legrand, le père de Pierre Legrand.

François Hollande, "Nous sommes chaque jour mobilisés pour la libération de nos otages."

Hollande assure que le gouvernement est mobilisé

Jeudi 27 décembre, le lendemain du message vidéo d’Aqmi diffusé sur le site mauritanien d'informations Sahara Médias, François Hollande est monté au créneau pour rappeler qu'il ne faut pas donner de "crédibilité" à la parole des ravisseurs des otages français en Afrique. "Moins on en dit, mieux c'est, on peut travailler."[…] Des contacts, il y en a, et ce n'est pas la parole des ravisseurs qui peut être aujourd'hui la parole crédible", a expliqué le chef de l'État. Il a aussi assuré que le gouvernement était "mobilisé" sur cette question. "Il l'est tous les jours et depuis sept mois", a-t-il précisé, avant d’ajouter que "la question des otages a toujours été traitée au plus haut niveau". 

Les négociations à huis clos

Les négociations entre ravisseurs et autorités sont à huis clos et les familles en sont exclues. "Pour mener des négociations, il faut s'appuyer sur des réseaux, des personnes fiables et cela prend beaucoup de temps." Les intermédiaires "négocient aussi leurs propres avantages, donc ça rend les choses très compliquées", résumait cette semaine sur la radio RTL Pierre Camatte, ex-otage d'Aqmi.

Au quotidien, le centre de crise du Quai d'Orsay est amené à gérer parfois des critiques sur un manque de transparence. "Le lien est permanent, le jour, la nuit, avec les correspondants" des familles, se défend-on au ministère. "Chaque fois qu'il y a des éléments nouveaux, le centre les appelle", précise-t-on, en se targuant d'avoir un service qui en "fait beaucoup" par rapport à d'autres pays dans le monde. 

Les familles "font ce qu'elles veulent" sur la communication, à la condition toutefois qu'elle s'effectue de "façon responsable, sans compliquer davantage les choses", assurent les autorités. Jusqu'à présent, elles sont "assez lucides" et agissent "en parfaite intelligence" avec les fonctionnaires chargés de leur dossier, toujours prévenus au préalable, selon ces sources.

Première publication : 27/12/2012

  • SAHEL

    Aqmi accuse Paris de bloquer les négociations sur les otages

    En savoir plus

  • FRANCE

    Le frère d'un otage au Niger adresse un appel de détresse à Aqmi

    En savoir plus

  • MALI

    Aqmi menace de tuer les otages français en cas d'intervention au Nord-Mali

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)