Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le Malien Birama Sidibé candidat à la présidence de la Banque africaine de développement

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Loi santé : ce qui va changer

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Serge Atlaoui condamné à mort : La France peut-elle faire pression ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Migrants en Méditerranée, sans stratégie face au drame l'Europe mise en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Émission spéciale : Marseille, le renouveau ?

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : sur les traces du réalisateur Henri Verneuil, réfugié arménien

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Génocide arménien, cent ans après déni et mémoire continuent de se côtoyer

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Léa Drucker

En savoir plus

TECH 24

Numérique : tout pour la musique

En savoir plus

FRANCE

La Maison de l’histoire de France de Sarkozy rangée aux oubliettes

© AFP

Texte par FRANCE 24 avec dépêches

Dernière modification : 27/12/2012

L'établissement public de la Maison de l'histoire de France, projet de l'ancien président Nicolas Sarkozy très décrié par les historiens, ne verra pas le jour et sera officiellement dissous au 31 décembre 2012 par décret dans le Journal officiel.

Pompidou avait eu en son temps son musée d’art moderne à Beaubourg, Mitterrand sa pyramide de verre au Louvre et Chirac son musée des arts premiers. Nicolas Sarkozy, lui, n’aura pas sa Maison de l’histoire de France.

L'ex-chef d'État avait choisi en septembre 2010 de créer un musée pour faire comprendre "quelle est [notre] identité". Le musée parisien devait trouver sa place dans le quartier du Marais, sur le site des Archives nationales, provoquant la colère du personnel. Une ouverture au public était prévue en 2015. Deux années et un président plus tard, le projet de musée de "l’identité nationale", chère à Nicolas Sarkozy, est désormais rangé aux oubliettes.

Jugé trop "coûteux" et "daté" par la ministre de la Culture et de la Communication, Aurélie Filippetti avait annoncé fin août l'abandon du projet. Pas moins de 7 millions, sur les 80 millions prévus, ont d’ores et déjà été dépensés pour l'avant-projet. Le projet mort-né sera officiellement dissous le 31 décembre 2012 par décret qui paraîtra mercredi dans le Journal officiel.

Une "galerie des temps" très décriée par les historiens

Neuf musées nationaux d'histoire avaient été inscrits au cœur du réseau de la Maison de l'histoire de France, dont ceux de Cluny à Paris (Moyen-Age), Saint-Germain-en Laye (archéologie), Ecouen (Renaissance), Les Eyzies-de-Tayac (préhistoire) ou encore les châteaux de Fontainebleau et Compiègne.

Établissement public depuis le 1er janvier 2012, cette Maison de l'histoire de France prévoyait notamment la création d'une "galerie des temps" très décriée par les historiens, dont Pierre Nora, lesquels redoutaient une récupération politique sur la manière de raconter l'histoire de France. Du projet de l’ex-président, il ne restera que la mise en réseaux des différents musées d'histoire à travers un site internet commun. Un projet qui n’aura pas la chance de faire date dans l’histoire.

FRANCE 24 avec dépêches

Première publication : 27/12/2012

  • FRANCE

    Lens inaugure son musée du Louvre

    En savoir plus

  • CULTURE

    Les musées de France font le plein malgré la crise économique

    En savoir plus

  • FRANCE

    Le château de Versailles s'apprête à subir une nouvelle cure de jouvence

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)