Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Nuits de violences à Ferguson et 15e sommet de la Francophonie à Dakar

En savoir plus

DÉBAT

Débat en France sur un État palestinien et l'accord sur le nucléaire iranien

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La francophonie, belle et bien vivante !

En savoir plus

#ActuElles

Quarante ans d'IVG : un droit fondamental à défendre

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE - Google : le géant du Net bientôt scindé en deux ?

En savoir plus

FOCUS

Bien qu'ébranlée, la protestation citoyenne se poursuit à Hong Kong

En savoir plus

TECH 24

Oculus Rift : la vie des autres

En savoir plus

REPORTERS

Liban : Chebaa au cœur de la poudrière

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Djilali Benchabane, spécialiste du Moyen-Orient et du Golfe arabo-persique

En savoir plus

Afrique

Le pouvoir et les rebelles acceptent de négocier

Vidéo par Sarah SAKHO

Texte par Dépêche

Dernière modification : 28/12/2012

Tandis que de violents combats ont eu lieu, vendredi, à Bambari, à 300 km au nord-est de la capitale centrafricaine, la tenue de négociations entre le Séléka et le pouvoir a été annoncée par la Communauté économique des États d'Afrique centrale.

Les forces armées centrafricaines ont lancé vendredi une contre-offensive pour reprendre aux rebelles la ville stratégique de Bambari (centre), alors que des négociations ont été annoncées sans délai sous l'égide de la Communauté économique des Etats d'Afrique centrale (CEEAC).

De violents combats ont eu lieu vendredi à Bambari, place forte des forces fidèles au président François Bozizé, située à 300 km au nord-est de Bangui, selon une source militaire centrafricaine. Cette ville était tombée en quelques heures le 23 décembre aux mains des rebelles du Séléka, désormais proches de la capitale Bangui.

"Des éléments des Forces armées centrafricaines ont attaqué Bambari pour essayer de la reprendre. Les combats ont été particulièrement violents. On ne sait pas encore qui contrôle la ville", a indiqué cette source sans plus de précisions.

Selon une source humanitaire, "des témoins situés à 60 km de Bambari ont entendu des détonations et des armes lourdes pendant plusieurs heures dans la journée".

Cette reprise des combats intervient alors que la mission de médiation de la CEEAC a annoncé en soirée la tenue de négociations "sans délai et sans conditions" entre les belligérants à Libreville, sans être en mesure toutefois de donner une date.

"L'objectif est d'arriver à des négociations le 10 janvier. La mission est arrivée hier (jeudi) soir à Bangui. Elle a commencé les discussions avec le pouvoir ici à Bangui et a envoyé une délégation à Ndélé (nord) pour rencontrer les rebelles", avait indiqué à l'AFP une source auprès de la Force multinationale d'Afrique centrale (FOMAC). Cette force de pacification régionale est présente en Centrafrique depuis 2008 et compte quelques centaines d'hommes.

Parallèlement, les ministres des Affaires étrangères de la CEEAC - dont les ministres centrafricain, tchadien, gabonais, ainsi que le commandant de la FOMAC, le général Jean-Félix Akaga - étaient réunis vendredi soir à huis clos à Libreville pour discuter de la crise centrafricaine, selon une source au ministère gabonais des Affaires étrangères.

Ils devraient rendre leurs conclusions tard dans la soirée, après les avoir présentées au président gabonais Ali Bongo. Un renforcement des forces de la FOMAC pourrait y être discuté.

Les ministres devraient également évoquer l'éventuelle interposition du Tchad, qui semble moins disposé à soutenir le président Bozizé que par le passé. Le Tchad a positionné des troupes à la sortie de Bangui, mais avec l'ordre de ne pas intervenir pour l'instant.

A Bangui, la situation était calme vendredi. Les prix des denrées alimentaires étaient néanmoins en forte hausse sur le marché, témoin des inquiétudes des habitants devant la menace rebelle. Ces derniers jours, des dizaines de Congolais ont préféré rentrer chez eux, en traversant le fleuve Oubangui qui sépare la capitale de la République démocratique du Congo.

Les Américains ont néanmoins décidé d'évacuer leur ambassade, tandis que l'ambassade de France, caillassée par des jeunes il y a deux jours, faisait l'objet d'une protection importante de l'armée française.

Le Premier ministre français Jean-Marc Ayrault a répété vendredi, comme le président François Hollande la veille, que la France, ex-puissance coloniale, "n'a pas l' intention d'intervenir pour régler les affaires intérieures" de la Cenfrafrique. "Si elle intervient, c'est uniquement pour protéger ses ressortissants", a-t-il dit.

Sans être généralisé, un sentiment anti-français commençait à apparaître vendredi chez une partie de la population, probablement instrumentalisé par des radicaux du régime.

"Vous, les Français vous en voulez à notre pétrole, à notre sous-sol. Mais un jour on va s'en prendre à vous, on va en tuer un! Vous faire partir! ", a lancé un douanier à un journaliste de l'AFP pris à partie à deux reprises par des Banguissois sur le même sujet.

Dans la matinée, environ 300 femmes ont manifesté pour la paix, à l'initiative d'associations proches du régime, qui appelle la communauté internationale à intervenir.

La coalition rebelle du Séléka a pris les armes le 10 décembre pour réclamer le respect d'accords de paix signés avec le gouvernement entre 2007 et 2011, qui prévoyaient des programmes de désarmement, de démobilisation et de réinsertion.

La Centrafrique, pays enclavé de cinq millions d'habitants, parmi les plus pauvres de la planète, était engagé depuis 2007 dans un processus de paix après des années d'instabilité, de multiples rébellions, mutineries militaires et putschs qui ont ravagé son tissu économique et l'ont empêchée de tirer profit de ses ressources naturelles.

AFP

Première publication : 28/12/2012

  • CENTRAFRIQUE

    Acculé, le régime de Bozizé est contraint de négocier avec les rebelles

    En savoir plus

  • CENTRAFRIQUE

    Hollande : "La France n'interviendra pas dans les affaires de la Centrafrique"

    En savoir plus

  • CENTRAFRIQUE - CHRONOLOGIE

    1993 - 2013 : vingt ans d'instabilité politique en Centrafrique

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)