Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Frédéric Tissot, ancien consul général de France à Erbil

En savoir plus

FOCUS

La charia a-t-elle sa place dans le droit britannique?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Rwanda : les juges français mettent fin à l'instruction sur la mort de l'ex-président Habyarimana

En savoir plus

DÉBAT

Soudan du Sud : l'avenir sombre d'un pays jeune de trois ans (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Soudan du Sud : l'avenir sombre d'un pays jeune de trois ans (partie 1)

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Quel avenir pour la SNCM?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Résilience brésilienne"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Et à la fin, c'est l'Allemagne qui gagne"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Raids aériens, roquettes et propagande

En savoir plus

  • "Gaza est sur le fil du rasoir", l’ONU se réunit en urgence

    En savoir plus

  • Vidéo : ramadan sous tension pour les musulmans de Pékin

    En savoir plus

  • L'Argentine rejoint l'Allemagne en finale du Mondial

    En savoir plus

  • Tueur à gage et flèche empoisonnée : les mystères de la tuerie de Chevaline

    En savoir plus

  • "Le gouvernement de Netanyahou instrumentalise l’assassinat des trois Israéliens"

    En savoir plus

  • Tour de France : Chris Froome, vainqueur du Tour 2013, abandonne

    En savoir plus

  • Terrorisme : la France se protège contre "les loups solitaires"

    En savoir plus

  • Soudan du Sud : la trahison des héros de l’indépendance

    En savoir plus

  • Rwanda : clôture de l’enquête française sur l’attentat contre Habyarimana

    En savoir plus

  • Les Femen poursuivies pour avoir dégradé les cloches de Notre-Dame de Paris

    En savoir plus

  • Cinquante-trois cadavres découverts par l’armée dans le centre de l’Irak

    En savoir plus

  • Jean-Baptiste de Franssu, un Français nommé à la tête de la banque du Vatican

    En savoir plus

  • Mondial-2014 : en Allemagne, une victoire jugée "inimaginable”

    En savoir plus

  • Présidentielle indonésienne : les deux candidats revendiquent la victoire

    En savoir plus

  • La Coalition nationale syrienne a élu un nouveau chef

    En savoir plus

Moyen-orient

L'opposition syrienne refuse la main tendue par Moscou

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Charlotte BOITIAUX

Dernière modification : 28/12/2012

Le chef de l’opposition syrienne, Moaz el-Khatib (photo), a refusé d'aller à Moscou afin de renouer le dialogue avec le régime d'Assad. Depuis plusieurs jours, la Russie s’active sur le front diplomatique pour trouver une issue au conflit syrien.

La Russie serait-elle en train de revoir sa position sur le dossier syrien ? Jusqu’alors principal allié du régime de Damas, Moscou a joué une carte diplomatique conséquente, vendredi, en incitant Bachar al-Assad à faire le "maximum" pour renouer le dialogue avec les rebelles.

"Nous encourageons activement le régime syrien à mettre ses actes en conformité avec sa parole sur la tenue de discussions avec l’opposition", a déclaré Sergueï Lavrov, le ministre russe des Affaires étrangères.

"Nous encourageons le régime à mettre ses actes en conformité avec sa parole" (Lavrov)

Non seulement la Russie fait pression sur Damas mais elle tend également la main aux opposants de son indéfectible allié. Moscou a en effet envoyé, vendredi, une invitation à Moaz el-Khatib, le chef de l’opposition syrienne, afin que ce dernier vienne participer à des négociations en vue d’un règlement du conflit.

Une invitation que l’opposition a toutefois déclinée, vendredi soir. "Nous avons dit clairement que nous n'irions pas à Moscou. Nous pourrions nous rencontrer dans un pays arabe s'il y a un ordre du jour clair", a répondu Moaz el-Khatib dans un entretien accordé à al-Jazeera.

Le chef de l’opposition syrienne a exigé, par ailleurs, que Sergueï Lavrov adresse des excuses pour avoir traité le "massacre du peuple syrien comme s'il s'agissait d'un pique-nique" et pour continuer à soutenir impunément Bachar al-Assad. À l’exception de la Russie et de la Chine, la plupart des pays arabes et occidentaux ont, tour à tour depuis novembre, reconnu l'opposition comme seule représentante du peuple syrien.

"Si nous ne représentons pas le peuple syrien, pourquoi (les Russes) nous invitent-ils ? Et si nous le représentons, pourquoi la Russie (...) ne condamne-t-elle pas clairement la barbarie de ce régime et ne réclame-t-elle pas la démission d'Assad ? Ce sont les conditions sine qua non des négociations", a ajouté Moaz el-Khatib.

Une ligne plus souple

Alors qu’elle avait jusqu’ici bloqué avec la Chine les trois projets de résolution du Conseil de sécurité des Nations unies condamnant le président Bachar al-Assad, la Russie semble se positionner sur une ligne désormais plus souple.

Après avoir reçu la délégation du vice-ministre syrien Fayçal Mokdad jeudi 27 décembre, Moscou accueille, vendredi, le chef de la diplomatie égyptienne Mohamed Amr avant de recevoir, samedi, l’émissaire international de l’ONU pour la Syrie, Lakhdar Brahimi.

"Nous écouterons ce que Lakhdar Brahimi a à nous dire et ensuite, nous prendrons une décision concernant une nouvelle rencontre" tri-partite entre la Russie, les États-Unis et l’ONU, a déclaré de son côté le vice-ministre des Affaires étrangères, Mikhaïl Bogdanov, précisant qu'une telle rencontre pourrait avoir lieu en janvier.

Pour Oleg Kobtzeff, spécialiste de la Russie, la nouvelle position russe n'est pas une "diversion". "Moscou est dans un dilemme grave. Il peut choisir de soutenir son allié Damas pour ne pas perdre la face devant la communauté internationale. En même temps, il ne veut pas perdre le partenariat économique qui le lie à la Turquie [chef de file de l'opposition internationale au régime syrien, ndlr]. La Russie joue donc sur les deux tableaux en même temps", explique-t-il.

"Non catégorique" au maintien d'Assad jusqu’en 2014

"Non au maintien temporaire de Assad au pouvoir" (Makhous, ambassadeur à Paris de l'opposition syrienne))

Toutefois, en dépit de l’apparente bonne volonté russe, ce ballet diplomatique continue de butter sur l’épineuse question d’une transition politique dans le pays. Pour la principale plateforme de l’opposition syrienne, "les solutions politiques [pour sortir du conflit] doivent exclure ceux qui ont fait du mal au peuple syrien". Les opposants syriens insistent donc sur une mise à l’écart du président syrien comme préalable à la formation d’un gouvernement de transition et la tenue d’élections libres.

"Nous opposons un non catégorique au maintien temporaire de Bachar al-Assad au pouvoir. Assad et son entourage doivent être hors-jeu, c’est une ligne infranchissable, une condition non négociable", a déclaré Monzir Makhous.

Une position ferme qui embarrasse Lakhdar Brahimi, lequel ne s’est pas jamais clairement exprimé sur le sujet. L’émissaire international a toujours plaidé pour la formation d'un gouvernement de transition ayant les pleins pouvoirs, jusqu'à la tenue d'élections présidentielle ou parlementaires mais sans jamais préciser quel serait le sort de Bachar al-Assad.

"Les Syriens réclament un changement réel et tout le monde comprend ce que cela veut dire", a-t-il simplement affirmé, sans donner de précisions sur le rôle que pourrait jouer le chef du régime syrien dans de telles circonstances. Brahimi a cependant démenti l’existence d'un accord avec Washington sur un éventuel maintien d'Assad jusqu'à la fin de son mandat en 2014.

Première publication : 28/12/2012

  • SYRIE

    La Russie s'active sur le front diplomatique pour résoudre le conflit syrien

    En savoir plus

  • SYRIE

    Le chef de la police militaire syrienne fait défection

    En savoir plus

  • MOYEN-ORIENT

    Noël en Syrie : les chrétiens pas vraiment à la fête

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)