Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Hollande solidaire avec Netanyahou

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : à qui profite la guerre ? (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : à qui profite la guerre ? (partie 1)

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Gérard Mestrallet, président de Paris Europlace et PDG de GDF Suez

En savoir plus

SUR LE NET

Mondial 2014 : le match Allemagne-Brésil inspire le Net

En savoir plus

FOCUS

Le scandale des bébés du "péché" traumatise l'Irlande

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Littérature , histoire et pouvoir

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Frédéric Tissot, ancien consul général de France à Erbil

En savoir plus

FOCUS

La charia a-t-elle sa place dans le droit britannique?

En savoir plus

  • Ces missiles que le Hamas utilise pour "terroriser" Israël

    En savoir plus

  • Obama face à la "crise humanitaire" des mineurs clandestins au Texas

    En savoir plus

  • L'armée ukrainienne avance vers Donetsk, toujours aux mains des pro-russes

    En savoir plus

  • Lancement de la “première application de télékinésie pour Google Glass"

    En savoir plus

  • Allemagne : le chef des services secrets américains expulsé

    En savoir plus

  • Un raid israélien tue neuf spectateurs de la demi-finale du Mondial à Gaza

    En savoir plus

  • Le scandale des bébés du "péché" traumatise l'Irlande

    En savoir plus

  • Le conflit israélo-palestinien change le sens de l'application Yo

    En savoir plus

  • Vidéo : ramadan sous tension pour les musulmans de Pékin

    En savoir plus

  • L'Argentine rejoint l'Allemagne en finale du Mondial

    En savoir plus

  • Un concours lancé en Suisse pour dépoussiérer l'hymne national

    En savoir plus

  • "Gaza est sur le fil du rasoir", l’ONU appelle à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Lunettes danoises de François Hollande : les opticiens français voient rouge

    En savoir plus

  • Chikungunya aux Antilles : "une épidémie majeure" pour Marisol Touraine

    En savoir plus

  • "Le gouvernement de Netanyahou instrumentalise l’assassinat des trois Israéliens"

    En savoir plus

Asie - pacifique

Le nouveau Premier ministre japonais visite la centrale de Fukushima

© AFP

Texte par Dépêche

Dernière modification : 30/12/2012

Trois jours seulement après son investiture, Shinzo Abe, pro-nucléaire, s'est rendu samedi matin à la centrale de Fukushima. En présence de plusieurs journalistes, il a réitéré sa volonté d'accélérer la résolution de cette catastrophe.

Le Premier ministre japonais Shinzo Abe, un pronucléaire, s'est rendu samedi matin à la centrale nucléaire de Fukushima, trois jours seulement après son investiture afin de démontrer sa détermination à surmonter la crise.

Accompagné de plusieurs journalistes, dont une de l'AFP, M. Abe a passé une heure et demie sur le site de Fukushima Daiichi (Fukushima N°1) un an après la stabilisation du complexe atomique dont quatre des six réacteurs ont été gravement endommagés par le séisme et le tsunami monstrueux du 11 mars 2011 dans le nord-est de l'archipel.

D'énormes quantités de substances radioactives avaient alors été libérées dans l'air, le sol et la mer.

"Merci à tous. C'est très dur mais c'est grâce à vous que les travaux progressent vers le démantèlement", a déclaré M. Abe à "J Village", la base de départ et de retour des ouvriers chargés des travaux à Fukushima Daiichi.

"En cette période de fêtes de fin d'année, même si c'est très difficile aussi pour vos familles, oeuvrez avec courage en veillant bien à votre sécurité", a poursuivi le Premier ministre avant de s'engouffrer dans un bus pour gagner le site de la centrale, distant de 20 km.

Revêtu d'une combinaison bleue et d'un masque de gaze, Shinzo Abe s'est rendu en bus près des réacteurs 5 et 6, les moins endommagés, ainsi que près des sites où sont entreposés les déchets et gravats radioactifs.

Dans un bâtiment antisismique, il s'est entretenu quelques minutes avec des ouvriers, en présence du patron de la compagnie Tepco exploitante de la centrale. Il a adressé un message de "remerciements et d'encouragements" à ces ouvriers qui "font face à un défi sans précédent".

Après avoir quitté la centrale, Shinzo Abe a souligné que le site était "désormais dans une phase de préparation pour le démantèlement". "Je veux accélérer autant que possible les opérations" car la revitalisation de Fukushima est essentielle (pour la revitalisation du Japon).

Quelque 160.000 personnes ont quitté la région contaminée dont une partie est devenue totalement inhabitable.

Elu Premier ministre le 26 décembre après l'écrasante victoire de son Parti libéral-démocrate (PLD) aux élections législatives dix jours plus tôt, M. Abe ne cache pas la volonté de son gouvernement de réactiver les réacteurs nucléaires qui seront jugés sûrs par l'Autorité de régulation, une entité indépendante établie en septembre.

Mais, sur les lieux de la plus grosse catastrophe nucléaire depuis celle de Tchernobyl en 1986, il est resté prudent: "Je veux conduire une politique énergétique responsable, ce qui signifie que dans les trois prochaines années nous allons faire le maximum pour faire progresser les énergies alternatives à commencer par les renouvelables et définir dans les 10 ans à venir quel est le meilleur bouquet énergétique".

Une décision pour chacune des 48 tranches arrêtées (sur un total de 50) sera prise dans les trois ans, avait-il promis durant sa campagne.

Le Premier ministre juge que le Japon ne peut, pour des raisons économiques, se passer d'énergie nucléaire.

L'objectif "zéro nucléaire" promis par le précédent gouvernement de centre gauche a d'ores et déjà été enterré par son ministre de l'Industrie le jour-même de sa nomination.

Bien que quatre des cinq circonscriptions de la préfecture de Fukushima soient depuis le 16 décembre aux mains de députés PLD, la population locale est quant à elle farouchement opposée à l'énergie nucléaire.

Après sa visite à la centrale, le Premier ministre s'est rendu à Kawauchi, une localité qui veut faire revenir les habitants pour redonner vie à la région sinistrée. Shinzo Abe s'est arrêté à la première supérette à rouvrir dans cette ville fantôme. Il a serré la main à quelques anciens habitants qui résident toujours dans des préfabriqués provisoires situés à distance de la zone contaminée.

"On est des réfugiés", a confié une grand-mère à l'AFP. "Vous savez: c'était une belle ville avant, mais maintenant il n'y a plus que des personnes âgées qui sont prêtes à revenir", a glissé un autre.

AFP

Première publication : 29/12/2012

  • JAPON

    Shinzo Abe officiellement nommé Premier ministre du Japon

    En savoir plus

  • JAPON

    Un rapport officiel sur le drame de Fukushima accable le gouvernement

    En savoir plus

  • JAPON

    Fukushima, un "désastre créé par l'homme" selon un rapport d'enquête

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)