Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DEMAIN À LA UNE

Mondial de l'auto : un salon en perte de vitesse ?

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Clinton - Trump : un premier face-à-face décisif

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Synapson, révélation de la scène électro tricolore

En savoir plus

L'ENTRETIEN

IBK : "Pas de troubles dans le nord du Mali mais des difficultés à Kidal"

En savoir plus

FOCUS

Percée d'Haftar : France 24 filme la déroute d'une milice libyenne

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

La Turquie furieuse après la dégradation de sa note souveraine.

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"À Alep, la barbarie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Clinton vs. Trump, l'eau et le feu"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

"2016 sera une année record pour le tourisme en Grèce"

En savoir plus

Amériques

L'État bolivien poursuit la nationalisation d'entreprises espagnoles, au grand dam de Madrid

© AFP

Texte par Dépêche

Dernière modification : 30/12/2012

Poursuivant sa stratégie d'étatisation, le président Evo Morales a annoncé samedi la nationalisation de quatre filiales du groupe énergétique espagnol Iberdrola. Madrid met en garde La Paz sur la sécurité juridique des investisseurs étrangers.

Le gouvernement espagnol "regrette" la décision de la Bolivie de nationaliser quatre filiales détenues par le groupe énergétique Iberdrola, et rappelle à ce pays l'importance de "la sécurité juridique" pour les investissements à l'étranger.
              
"La sécurité juridique est une exigence indispensable pour tout investissement étranger en Bolivie", déclare le ministre espagnol de l'Industrie, José Manuel Soria, dans un entretien au quotidien ABC publié dimanche.
              
Une expression également reprise par le ministère espagnol des Affaires étrangères dans un communiqué publié samedi soir. "Je regrette cette décision prise sans en informer préalablement les autorités espagnoles, qui ont été surprises par cette mesure", ajoute M. Soria.
              
Tout comme Iberdrola samedi, les autorités espagnoles appellent la Bolivie à payer "une indemnisation juste" au groupe espagnol.
              
Le président bolivien Evo Morales a annoncé samedi la nationalisation des compagnies d'électricité Electropaz, installée à La Paz, et Elfeo, située à Oruro, toutes deux appartenant à Iberdrola, et des entreprises de services Cadeb et Edeser. M. Morales a promis une indemnisation juste à la compagnie espagnole.
              

 

Première publication : 30/12/2012

  • DIPLOMATIE

    L'Amérique latine souffle le chaud et le froid sur l'Espagne en crise

    En savoir plus

  • ESPAGNE

    S'adapter ou mourir : un principe qui réussit à l'industrie espagnole

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)