Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle : Le Gabon suspendu à la décision de la Cour Constitutionnelle

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentats aux États-Unis: la peur du terrorisme ravivée (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Mort d'un homme noir tué par la police aux États-Unis: racisme ou dérapage ? (partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Quelle politique mener à l'égard des réfugiés en Europe ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget de l'État 2017 : le grand bluff ?

En savoir plus

TECH 24

La dictature des algorithmes

En savoir plus

FOCUS

Adulé ou conspué : Jeremy Corbyn, une figure qui divise le Labour au Royaume-Uni

En savoir plus

#ActuElles

Pénélope Bagieu raconte en BD l'histoire de 15 héroïnes culottées

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Djihad" ou l'art comme rempart à l'extrémisme

En savoir plus

Amériques

L'État bolivien poursuit la nationalisation d'entreprises espagnoles, au grand dam de Madrid

© AFP

Texte par Dépêche

Dernière modification : 30/12/2012

Poursuivant sa stratégie d'étatisation, le président Evo Morales a annoncé samedi la nationalisation de quatre filiales du groupe énergétique espagnol Iberdrola. Madrid met en garde La Paz sur la sécurité juridique des investisseurs étrangers.

Le gouvernement espagnol "regrette" la décision de la Bolivie de nationaliser quatre filiales détenues par le groupe énergétique Iberdrola, et rappelle à ce pays l'importance de "la sécurité juridique" pour les investissements à l'étranger.
              
"La sécurité juridique est une exigence indispensable pour tout investissement étranger en Bolivie", déclare le ministre espagnol de l'Industrie, José Manuel Soria, dans un entretien au quotidien ABC publié dimanche.
              
Une expression également reprise par le ministère espagnol des Affaires étrangères dans un communiqué publié samedi soir. "Je regrette cette décision prise sans en informer préalablement les autorités espagnoles, qui ont été surprises par cette mesure", ajoute M. Soria.
              
Tout comme Iberdrola samedi, les autorités espagnoles appellent la Bolivie à payer "une indemnisation juste" au groupe espagnol.
              
Le président bolivien Evo Morales a annoncé samedi la nationalisation des compagnies d'électricité Electropaz, installée à La Paz, et Elfeo, située à Oruro, toutes deux appartenant à Iberdrola, et des entreprises de services Cadeb et Edeser. M. Morales a promis une indemnisation juste à la compagnie espagnole.
              

 

Première publication : 30/12/2012

  • DIPLOMATIE

    L'Amérique latine souffle le chaud et le froid sur l'Espagne en crise

    En savoir plus

  • ESPAGNE

    S'adapter ou mourir : un principe qui réussit à l'industrie espagnole

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)