Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls fait disparâitre ses tweets...

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Barack Obama, en costume clair et sans stratégie

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Laurent Fabius sur France 24 : le ministre s'exprime sur la diplomatie française

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Emmanuel Macron, nouvel homme fort de Bercy

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La preuve par l'image de "l'invasion" russe en Ukraine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

  • Les frondeurs du PS ne sont pas à La Rochelle "pour rompre"

    En savoir plus

  • UE : Le Polonais Tusk président du Conseil, l'Italienne Mogherini chef de la diplomatie

    En savoir plus

  • Golan : sauvetage d’une partie des casques bleus philippins

    En savoir plus

  • Nouvelle peine de prison à vie pour le guide suprême des Frères musulmans

    En savoir plus

  • Judo : Teddy Riner décroche un 7e titre de champion du monde

    En savoir plus

  • Selon Pretoria, le Lesotho est en proie à un "coup d'État"

    En savoir plus

  • Taubira "assume les conséquences" de sa présence chez les frondeurs du PS

    En savoir plus

  • Un cargo ukrainien s'écrase dans le sud de l'Algérie

    En savoir plus

  • Les États-Unis appellent à une coalition mondiale contre l'État islamique

    En savoir plus

  • Ukraine : l'UE se réunit à Bruxelles pour répondre à la Russie

    En savoir plus

  • Grande Guerre : l'exode oublié des Belges en France

    En savoir plus

  • Affaire Tapie : le FMI renouvelle sa confiance à Christine Lagarde

    En savoir plus

  • Un premier cas d'Ebola détecté au Sénégal

    En savoir plus

  • Laurent Fabius sur France 24 : "Il faut être ferme face à la Russie"

    En savoir plus

  • Ukraine : des femmes de soldats russes sans nouvelles de leurs maris

    En savoir plus

  • Un enfant britannique atteint d'une tumeur est recherché en France

    En savoir plus

Moyen-orient

L'aéroport international d'Alep fermé suite aux attaques des rebelles

© AFP

Texte par Dépêche

Dernière modification : 01/01/2013

Les autorités ont justifié, dimanche, la fermeture provisoire de l'aéroport international d'Alep par des travaux de maintenance. Mais une source, sous couvert d'anonymat, affirme que c'est en raison d'attaques répétées des rebelles.

L'année 2013 a débuté dans la violence en Syrie avec une série de raids aériens de l'armée contre les bastions rebelles à la périphérie de Damas et la fermeture de l'aéroport d'Alep après la multiplication des attaques rebelles.

Ces violences persistantes viennent rappeler les difficultés à parvenir à un règlement politique du conflit qui ensanglante la Syrie depuis mars 2011 et jettent un doute sur la volonté des protagonistes de s'engager à mettre en oeuvre le dernier plan de sortie de crise du médiateur Lakhdar Brahimi.

C'est la première fois que l'aéroport d'Alep (nord), la deuxième ville du pays est fermé depuis le début du conflit. L'aéroport de Damas a connu des perturbations en raison des violents combats qui avaient gagné fin novembre les abords de la route y menant mais est resté ouvert.

"Cette fermeture est une mesure provisoire qui a été prise après que des combattants de l'opposition armée ont tenté à plusieurs reprises de viser des avions civils, ce qui pourrait provoquer une catastrophe humanitaire", a affirmé à l'AFP une source à l'aéroport sous le couvert de l'anonymat.

Selon elle l'aéroport sera fermé "pour une très courte durée, le temps de reprendre le contrôle des zones entourant l'aéroport où sont déployés les opposants armés afin de garantir la sécurité des avions".

Les autorités aéroportuaires ont confirmé cette fermeture, mais assuré qu'elle était due à des travaux de maintenance.

L'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) avait affirmé que le trafic aérien à Alep avait été interrompu dimanche au lendemain d'une forte explosion, probablement provoquée par un bombardement rebelle, qui avait provoqué l'incendie d'un avion civil.

L'aéroport d'Alep est stratégique pour les rebelles car les troupes du régime l'utilisent pour envoyer des renforts dans cette ville en proie à une guérilla urbaine. Les rebelles sont parvenus à prendre plusieurs portions de la route stratégique Damas-Alep.

Ailleurs dans le pays, aux premières heures de la nouvelle année, les chasseurs-bombardiers sont entrés en action contre des poches de résistance rebelles à la périphérie de Damas, où six civils ont été tués, selon l'OSDH.

A Damas, des roquettes se sont abattues sur le camp de réfugiés palestiniens de Yarmouk (sud) faisant un mort, a poursuivi l'OSDH, sans préciser l'origine des tirs.

L'aviation a aussi bombardé Idleb (nord-ouest), et l'artillerie du régime a pilonné les provinces de Hama (centre) et de Lattaquié sur la côte ouest, a ajouté l'ONG qui s'appuie sur un large réseau de militants et de médecins.

Bombardements et violents combats secouaient aussi les régions de Homs (centre), Deir Ezzor (est), et Deraa (sud), a-t-elle détaillé en faisant état d'un premier bilan provisoire de 28 morts à travers le pays.

La Syrie a basculé dans la guerre civile après qu'une révolte populaire violemment réprimée par le régime se soit militarisée et les combats opposent désormais les soldats aux déserteurs de l'armée aidés par des civils ayant pris les armes mais aussi des jihadistes venus de l'étranger.

En 21 mois, plus de 46.000 personnes ont péri, selon l'OSDH.

Lundi, le régime s'est dit pour tout plan de règlement par le dialogue après une proposition de M. Brahimi d'une "solution basée sur la déclaration de Genève prévoyant un cessez-le-feu, la formation d'un gouvernement avec des prérogatives entières et un plan pour des élections soit présidentielle soit parlementaires".

La déclaration de Genève du 30 juin n'évoque pas le sort du président Bachar al-Assad.

Dans la nuit, des dizaines d'hommes et de femmes, coiffés de chapeaux de père Noël, ont manifesté dans un quartier de Damas pour souhaiter "une année noire" à M. Assad, selon une vidéo mise en ligne par des militants. "Que Dieu protège l'Armée syrienne libre (rebelles)", ont-ils scandé.

AFP

Première publication : 01/01/2013

  • SYRIE

    Lakhdar Brahimi dit avoir un plan acceptable par la communauté internationale

    En savoir plus

  • SYRIE

    L'opposition syrienne refuse la main tendue par Moscou

    En savoir plus

  • SYRIE

    La Russie s'active sur le front diplomatique pour résoudre le conflit syrien

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)