Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LA SEMAINE DE L'ECO

La Grèce fait trembler les marchés

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La personnalité tourmentée de "Mr. Turner"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : colère à Peshawar lors des funérailles des écoliers assassinés

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande, un recentrage à gauche ?

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

La loi Macron dans l'étau des divisions de la gauche ?

En savoir plus

BILLET RETOUR

Billet Retour à Phnom Penh

En savoir plus

DÉBAT

Rapprochement États-Unis - Cuba : la fin du castrisme ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Russie : il ne faut pas pas vendre la peau de l'ours

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Albert Ébossé : une contre-autopsie du joueur camerounais conclut à un assassinat

En savoir plus

Afrique

Nouvel An : au moins 61 morts dans une bousculade à Abidjan

© AFP

Vidéo par Maureen GRISOT , Pierrick LEURENT

Texte par Dépêche

Dernière modification : 02/01/2013

Selon un bilan provisoire des pompiers, au moins 61 personnes sont mortes et plus de 200 autres ont été blessées lors d'une bousculade survenue à Abidjan dans la nuit du Nouvel An. La foule était rassemblée pour assister au feu d'artifice.

La Côte d'Ivoire a commencé l'année 2013 par un drame et des larmes: une soixantaine de personnes sont mortes, dont de nombreux jeunes, et une cinquantaine au moins ont été blessées mardi à Abidjan dans une bousculade durant les festivités de la nuit du Nouvel An.

Des tas de chaussures et de vêtements restent éparpillés sur la chaussée, témoins de la bousculade survenue vers 02H00 du matin (locales et GMT) dans le quartier administratif du Plateau (centre). Plus de 50.000 personnes, selon les autorités, étaient sorties pour assister aux feux d'artifice de la Saint-Sylvestre.

L'accident a fait "61" morts, a indiqué le chef des sapeurs-pompiers militaires d'Abidjan, le lieutenant-colonel Issa Sakho. Le gouvernement a parlé de "60 morts", dont la moyenne d'âge est de 18 ans.

"C'est un véritable drame pour ce jour de l'An", "nous sommes tous sous le choc", a réagi le président Alassane Ouattara, venu sur les lieux. Un deuil national sera décrété, a-t-il annoncé.

Quarante-neuf blessés, dont deux dans un état très grave, ont été évacués par les secours vers des centres hospitaliers de la capitale économique ivoirienne. Une cellule de crise est mise en place pour les familles.

Les "circonstances précises" du drame "font l'objet d'enquêtes par les services de sécurité", a affirmé le ministre de l'Intérieur Hamed Bakayoko.

L'accident a eu lieu près du grand stade de la ville, à la fin des feux d'artifice, lorsque les spectateurs repartaient vers leurs quartiers. Selon une responsable policière, la bousculade s'est produite quand deux flots de spectateurs se dirigeant en sens contraire se sont rencontrés, d'autant que des troncs d'arbres avaient été placés sur la chaussée par les forces de l'ordre dans le but de canaliser la foule.

Les secours ont "mis du temps pour arriver", a souligné une source sécuritaire interrogée par l'AFP.

Les explications de la correspondante de France24



Nombreux enfants blessés


Parmi la quarantaine de blessés évacués à l'hôpital de Cocody (quartier chic du nord d'Abidjan) figuraient de nombreux enfants d'une dizaine d'années, visiblement sonnés.

Zeinab, mère de famille d'une quarantaine d'années, a retrouvé à cet hôpital l'un de ses deux enfants qui l'accompagnaient pour le spectacle: le petit garçon était dans la matinée encore groggy, allongé sur un lit.

La maman elle-même avait encore "mal partout" et, soulevant son grand boubou, a montré à une journaliste de l'AFP les éraflures sur son corps. "Je ne sais pas ce qui s'est passé mais je me suis retrouvée couchée par terre avec des gens qui me piétinaient, me tiraient les cheveux ou me déchiraient les vêtements", a-t-elle confié.

Elle a dit avoir perdu connaissance et n'avoir dû son salut qu'à un jeune qui est arrivé à l'extraire de la foule.

Non loin, sur un autre lit, une jeune fille qui ne portait plus qu'un soutien-gorge sur le haut du corps semblait en état de choc. Elle ouvrait les yeux mais sans manifestement pouvoir dire un mot.

Pour la deuxième année consécutive, la ville d'Abidjan avait offert des feux d'artifice pour marquer le passage du Nouvel An.

Ces festivités, de même que les illuminations de Noël, étaient présentées comme un symbole du renouveau du pays célébré par le régime Ouattara, après la crise postélectorale de décembre 2010-avril 2011 qui a fait environ 3.000 morts.

Dans son discours de voeux lundi soir, le chef de l'Etat avait délivré un message résolument optimiste.

Première puissance économique d'Afrique de l'Ouest francophone mais abîmée par une décennie de tourmente, "la Côte d'Ivoire nouvelle se dessine sous nos yeux", a-t-il assuré, promettant que les habitants toucheraient bientôt les retombées de la croissance retrouvée et des chantiers engagés.

La réaction de Tiken Jah Fakoly

 AFP

Première publication : 01/01/2013

  • INDE

    Une bousculade lors d'une fête religieuse provoque la mort de plusieurs personnes

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)