Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Ligue 1 : au Parc des Princes, Lyon tient tête au Paris-SG

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

Culture

Tiken Jah Fakoly écrit une chanson pour "soutenir le Mali dans l'épreuve"

© AFP / PHOTO MIGUEL MEDINA | Tiken Jah Fakoly au Casino de Paris, le 26 novembre 2012

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 01/01/2013

Le chanteur ivoirien Tiken Jah Fakoly vient de sortir un titre, "An Ka Willi", qui s'adresse aux Maliens "dans l'épreuve" et "appelle à la mobilisation générale" pour l'unification du pays.

La vedette ivoirienne du reggae Tiken Jah Fakoly a composé une chanson pour soutenir le Mali dans "l'épreuve" face à la scission du pays, depuis le coup d'État à Bamako et la mainmise des djihadistes liés à Al-Qaïda dans la partie nord du pays.

Le single, intitulé "an ka willi" (mobilisation et galvanisation en langue bambara), est sorti le 31 décembre à Bamako et sur Internet, et était distribué gratuitement dans le pays le 1er janvier.



"J'ai sorti ce single pour soutenir le Mali dans l'épreuve. C'est ma manière de dire que si nous ne faisons rien, les villes de Tombouctou, de Gao et de Kidal (les trois plus grandes villes du Nord aux mains des djihadistes) ne feront plus jamais partie du Mali", a déclaré le chanteur à l'AFP.

"J'en appelle à la mobilisation générale dans le single. Le Mali a connu de grands hommes, de grands empires et il est inimaginable de laisser le pays coupé (en deux) comme c'est le cas aujourd'hui. Il faut que les Maliens comptent d'abord sur leurs propres forces", a-t-il ajouté.

Le chanteur devait participer lundi soir à Bamako à un rassemblement de jeunes qui voulaient manifester contre l'occupation du nord du Mali par des djihadistes armés. Mais cette manifestation a été interdite par la police en raison de "risque d'attentats terroristes", ont indiqué les organisateurs et une source policière à l'AFP.

Par le passé, Tiken Jah Fakoly s'était réfugié au Mali après le début de la crise post-électorale de décembre 2010-avril 2011 en Côte d'Ivoire.

Reportage en Côte d'Ivoire

FRANCE 24 avec dépêches

Première publication : 01/01/2013

  • Tiken Jah Fakoly: la voix de la révolution africaine

    En savoir plus

  • MUSIQUE

    "Quitte le pouvoir", demande Tiken Jah Fakoly à Laurent Gbagbo

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)