Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Boko Haram tue plusieurs civils dans l'attaque d'un marché dans le Nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

Afrique

Nord-Kivu : nouvelles sanctions de l’ONU contre le M23

© AFP/Photo Junior D.Kannah | Prisonniers du M23 par l'armée congolaise (11 déc. 2012)

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 01/01/2013

Le Conseil de sécurité des Nations unies a adopté, le 1er janvier, de nouvelles sanctions contre le M23, mouvement rebelle qui avait pris le contrôle de Goma dans le Nord-Kivu, en République démocratique du Congo, au mois de novembre.

"Cohésion nationale"

Joseph Kabila a annoncé pour "début 2013" un dialogue inter-congolais visant à renforcer la "cohésion nationale" face au Mouvement du 23-Mars (M23). Lors de ses vœux pour la nouvelle année, lundi soir, le président de la République démocratique du Congo a expliqué que "la guerre dans laquelle nous sommes entraînés doit être une occasion de nous unir davantage malgré la diversité de nos tribus, de nos croyances religieuses et de nos opinions politiques".

Le principal parti d'opposition, l'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), qui avait rejeté le résultat des présidentielle et législatives du 28 novembre 2011, s'y est déjà opposé. "La cohésion nationale doit se faire autour des valeurs, pas autour d'une fraude (électorale). La cohésion nationale a été détruite par lui, donc il ne peut pas en même temps détruire et arranger", a expliqué à l'AFP Bruno Mavungu, secrétaire général de l'UDPS.

Le M23 ((Mouvement du 23-Mars) et le FDLR (les Forces démocratiques de libération du Rwanda) sont désormais sur la liste noire de l’ONU. Le Conseil de sécurité des Nations unies a décidé de sanctionner, ce mardi 1er janvier, deux mouvements de rébellion au Nord-Kivu, en République démocratique du Congo : les Congolais du M23  et les Rwandais du FDLR .

Cette décision implique un gel des avoirs et une interdiction de voyager. Ces sanctions s’appliquaient déjà à de hauts responsables du M23 et des FDLR, elles sont à présent élargies à l’ensemble de l’organisation de deux mouvements rebelles. Deux autres dirigeants du M23 sont désormais visés : Jean-Marie Runiga Lugerero, considéré comme le "chef civil du Mouvement", et Eric Badege, présenté comme "un commandant du M23 soupçonné d'exactions contre des femmes et des enfants", selon l'ambassadrice américaine à l'ONU, Susan Rice.

Discussions en cours

Depuis le 20 novembre 2012, quand le M23 a pris possession de la ville de Goma, dans le Nord-Kivu, avant de se retirer 11 jours plus tard, des discussions sont en cours entre la rébellion et le gouvernement de Kinshasa. Elles ont débuté en décembre à Kampala, en Ouganda, et devraient reprendre après les fêtes, le 4 janvier.

Les sanctions de l’ONU viennent peser dans ce contexte de négociations. "C'est une condamnation que nous attendions (...) et qui arrive à point nommé car ces groupes risquent de déstabiliser pour des décennies l'Afrique, et particulièrement la région des Grands Lacs. Je pense que c'est une très bonne décision", a déclaré à l'AFP le porte-parole du gouvernement de la RD Congo, Lambert Mende.

Le prédicateur Jean-Marie Runiga, chef de l’aile politique du mouvement rebelle M23, considère au contraire ces sanctions comme "injustes" : "C'est une manipulation pure et simple du gouvernement de Kinshasa qui induit un organe comme les Nations unies en erreur", a-t-il déclaré mardi au téléphone à l’AFP, à Bunagana, une ville frontalière de l'Ouganda sous contrôle du M23.

Accusations d'exactions et de viols

Les sanctions font suite au rapport du Commissariat de l'ONU aux droits humains (OHCHR), publié le 21 décembre, qui fait état des "exécutions arbitraires, disparitions forcées, traitements dégradants et viols de civils (commis) par les combattants du M23 dans et autour de Goma" et de pressions internationales, notamment françaises.

"On n'a jamais vérifié ces allégations", rétorque Jean-Marie Runiga, qui dit avoir demandé en vain une enquête auprès de la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs (CIRGL), médiatrice de la crise. "On parle d'exécution sommaire, de viol, de cas de disparus, de traitements dégradants, de pillages de bâtiments publics et privés, cependant aucune indication n'est apportée sur l'identification des victimes", renchérit Jean-Marie Runiga dans un communiqué.

La décision de l’ONU intervient également dans un contexte où le Rwanda s’apprête à occuper un siège non-permanent au Conseil de sécurité, pour une durée de deux ans. Ce pays, frontalier du Nord-Kivu, territoire riche en ressources minières et agricoles, est également un théâtre d’influence pour le pouvoir de Kigali. Kinshasa accuse d’ailleurs son voisin de chercher à déstabiliser la zone en appuyant le M23, ce que le Rwanda réfute.

Dans une allusion à peine voilée aux tensions inter-États dans cette région des Grands Lacs, qui implique également l’Ouganda, Susan Rice a évoqué l'éventualité de "mesures supplémentaires du Conseil contre ceux qui persistent à fournir un appui extérieur au M23 ou à contrevenir à l'embargo sur les armes" imposé à la République démocratique du Congo.

"Nous pensons, quoi qu'on en dise à Kigali, que de telles mesures (les sanctions) ne resteront pas sans lendemain parce que, à l'instar de notre pays, tous ces pays voisins vivent beaucoup de l'aide internationale", a souligné le porte-parole du gouvernement congolais.

"Si des pressions viennent des acteurs multilatéraux comme le Conseil de sécurité, cela ne peut que les pousser dans la bonne direction parce que cela va alourdir le prix de ces aventures militaires qu'ils entreprennent chez nous par rapport aux avantages qu'ils en tirent", a-t-il conclu.
 

Première publication : 01/01/2013

  • RD CONGO

    M23, Kabila, Kagame, Monusco : le who's who de la crise au Nord-Kivu

    En savoir plus

  • RD CONGO

    Quels sont les groupes armés qui sévissent dans l'est de la RDC ?

    En savoir plus

  • RD CONGO

    Nord-Kivu : Le Rwanda accusé de soutenir les rebelles

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)