Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

10 ans de prison requis contre Simone Gbagbo en Côte d'Ivoire

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Fessée: une tradition française?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le président tchadien promet d'anéantir le chef de Boko Haram et savoir où il se trouve

En savoir plus

DÉBAT

Interdiction de la fessée ? La France se prend une claque par le conseil de l'Europe

En savoir plus

DÉBAT

Nucléaire iranien : accord en vue ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"L'abri" : plongée dans un centre d'hébergement pour SDF

En savoir plus

FOCUS

À Toulon, la communauté musulmane tente de lutter contre "l'islamalgame"

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Irak : les enfants soldats de l'EI

En savoir plus

DÉBAT

Virus Ebola : un an après le début de l'épidémie, quel bilan tirer ?

En savoir plus

Afrique

La rébellion du Séléka suspend son offensive et accepte le dialogue

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24 avec dépêches

Dernière modification : 02/01/2013

Les rebelles du Séléka, qui sont stationnés à 75 kilomètres de la capitale, ont annoncé avoir suspendu leur offensive sur Bangui et se disent prêts à participer aux discussions organisées à Libreville, au Gabon.

Les rebelles centrafricains du Séléka ont annoncé mercredi 2 janvier la suspension de leur offensive en direction de la capitale Bangui et l’envoi d’une délégation aux pourparlers organisés à Libreville, au Gabon. "J’ai demandé à nos forces de ne pas bouger de leurs positions à partir d’aujourd’hui parce que nous voulons participer aux discussions de Libreville pour trouver une solution politique", a déclaré à l’AFP Eric Massi, porte-parole du mouvement, joint par téléphone à Paris.

Si Eric Massi se dit prêt à accepter un dialogue, il persiste à exclure un gouvernement

Le président Bozizé fait le ménage à la tête de l'armée

d’union, comme proposé par le président Bozizé. "Je suis en discussion avec nos partenaires pour avancer des propositions afin de mettre fin à la crise mais une solution pourrait être une transition politique dont le président [François Bozizé] serait exclu", a-t-il ajouté. 

Lors de son message de vœux du Nouvel an diffusé lundi à la télévision nationale, le président centrafricain avait fait des concessions en envisageant des pourparlers. "Je suis prêt pour ce dialogue [avec la rébellion], j'attends que les chefs d'État [de la Communauté économique des États d'Afrique centrale, ndlr] fixent la date pour que nous puissions y aller de concert avec la Séléka pour trouver des pistes de sortie de la crise", avait-il alors dit.

 
Présence militaire renforcée
 
Le président centrafricain limoge son fils et le chef de l'armée

Le président centrafricain François Bozizé, confronté depuis trois semaines à une rébellion, a démis mercredi son fils Jean-Francis Bozizé de son poste de ministre délégué chargé de la Défense nationale et a limogé le chef d'état-major de l'armée, selon un décret présidentiel lu à la radio nationale. (Reuters)

La perspective d'une offensive des rebelles centrafricains contre Bangui s'éloignait déjà mardi en raison du net renforcement de la présence militaire des pays d'Afrique centrale sur leur route, même si la situation restait tendue dans la capitale.
 
Les effectifs en Centrafrique de la Force multinationale d’Afrique centrale devraient compter environ 760 hommes dans les prochains jours. Un premier groupe de 120 soldats gabonais est arrivé mardi matin dans la ville. Un autre contingent de 120 militaires du Congo-Brazzaville est arrivé lundi, tandis que 120 Camerounais doivent débarqués d’ici la fin de la semaine. Ces nouvelles troupes vont compléter les 400 soldats tchadiens déjà en place à Damara, ultime verrou avant Bangui, à 75 kilomètres au sud de la capitale. 
 
FRANCE 24 avec dépêches

Première publication : 02/01/2013

  • CENTRAFRIQUE

    L'Afrique centrale envoie des renforts militaires pour protéger Bangui

    En savoir plus

  • CENTRAFRIQUE

    Les rebelles de la Séléka menacent de marcher sur Bangui

    En savoir plus

  • CENTRAFRIQUE

    Bozizé promet un gouvernement de coalition avec les rebelles

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)