Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

Afrique

À bout de souffle, les deux Soudans sont contraints de s'entendre

Texte par Anne-Diandra LOUARN

Dernière modification : 05/01/2013

Poussés par la situation délicate de leurs économies respectives, les présidents du Soudan et du Soudan du Sud se rencontrent les 4 et 5 janvier en Éthiopie, trois mois après la signature d’un accord sécuritaire et pétrolier resté sans lendemain.

Dans l’impasse depuis des mois, les deux Soudans ont un nouvel espoir de sortie de crise. Le président soudanais, Omar el-Béchir, et son homologue sud-soudanais, Salva Kiir, se sont donné rendez-vous les vendredi 4 et samedi 5  janvier, sous l’égide de l’Union africaine, à Addis Abeba, en Éthiopie, pour tenter de concrétiser les dispositions prises lors de leur dernière entrevue, le 27 septembre dernier.

L’accord signé alors, mais non appliqué, prévoyait la mise en place d’une zone tampon démilitarisée le long de la frontière commune aux deux pays ainsi que la reprise des exportations de pétrole. Depuis la scission des deux pays en juillet 2011, Khartoum est privée de 75 % de ses ressources pétrolières situées au Sud, tandis que Juba est contraint de faire appel aux infrastructures du Nord pour acheminer son brut jusqu'aux terminaux portuaires de la mer Rouge. Faute d’accord sur les prix de transit, le Nord n’avait pas hésité, en janvier 2012, à ponctionner du brut pour se rémunérer. En réponse, le Sud avait brutalement arrêté sa production.

Vendredi, en fin d’après-midi, les deux dirigeants ont, tour à tour, échangé avec les deux médiateurs que sont le Premier ministre éthiopien Hailemariam Desalegn et l'ex-président sud-africain Thabo Mbeki. Si rien n’a filtré de ces rencontres, Kiir et Béchir doivent encore s’entretenir en tête-à-tête, samedi.

Khartoum face aux conséquences économiques de la scission

"C’est l’économie qui oblige aujourd’hui les deux parties à s’asseoir à la table des négociations. Quasiment dépourvu de ses anciens revenus du pétrole, le Nord est totalement asphyxié économiquement et le jeune Sud, qui ne jouit pas encore d’une économie bien établie, lutte pour obtenir des fonds. Alors, leur stratégie court-termistes qui consistent à se faire la guerre et à créer de l’instabilité à la frontière ne peut pas durer", explique Benjamin Augé, chercheur au programme Afrique de l'Institut français des relations internationales (Ifri).

En d’autres termes, pour les deux Soudans, l’économie est le nerf de l’après-guerre. D’après Benjamin Augé, le Nord n’a pas prévu assez tôt les répercussions de la scission de 2011. "Les leaders du Nord auraient dû mettre en place en amont un mécanisme pour compenser la perte des trois quarts de leurs ressources pétrolières en investissant, notamment, dans l’exploration de nouveaux gisements pétroliers, de minerais, ou muscler l’industrie ; mais ils sont restés beaucoup trop attentistes", explique-t-il. Tandis que les attaques de rebelles armés se multiplient, la grogne monte et la contestation politique s’installe. "L’augmentation des prix conjuguée à une énorme inflation rend le coût de la vie inabordable pour de plus en plus d’habitants", ajoute-t-il.

"À Juba, l’administration est encore balbutiante"

Au Sud, où tout reste à faire, la situation n’est guère plus réjouissante. "Maintenant que la guerre civile est terminée, il reste une population de dix millions de personnes à gérer. Dix millions de personnes aux demandes sociales légitimes qui peuvent désormais demander des comptes à un État, à une nation. Beaucoup de pays ont contribué financièrement ou en terme d’appui technique à la construction de l’administration du Soudan du Sud, particulièrement les États-Unis et la Norvège, mais c’est encore très insuffisant", estime Benjamin Augé.

Sans infrastructures ni administration rodée, le Soudan du Sud, qui produisait 350 000 barils de pétrole par jour avant la scission, semble totalement dépassé. "À Juba, la fonction publique est encore bien loin d’être capable de gérer le pays. Les effectifs au service de l’État sont trop réduits et les fonctionnaires sont loin d’être tous compétents ; la mise à niveau prendra donc de longues années. Certaines personnes formées en Afrique du Sud ou aux États-Unis tendent à revenir au pays mais elles n’accèdent pas forcément aux hautes fonctions. De plus, elles ne sont pas forcément acceptées par ceux qui sont restés pendant la guerre civile", rapporte Benjamin Augé.

Déterminer une frontière précise

Poussés par leur interdépendance économique, les deux voisins n’ont jamais été aussi près de tourner la page du conflit. "Nous retirons temporairement nos forces des zones situées à proximité immédiate de la frontière. Cela permettra de rendre opérationnelle une zone frontalière démilitarisée", a annoncé le président Salva Kiir à l’occasion de ses vœux pour 2013. La zone pourrait malgré tout être surveillée par des soldats des deux pays et par des Casques bleus de l'ONU.

Reste que la rencontre entre les deux présidents à Addis Abeba n’est pas le gage d'un dénouement heureux. "Il y a tellement de méfiance de part et d’autre depuis 50 ans qu’il est extrêmement difficile de savoir si cette réunion du 4 janvier sera le bonne", prévient Benjamin Augé. D’autant plus que la question du pétrole n’est pas le seul point litigieux entre les deux pays. "Il y a encore de nombreuses poches de crispation liées à la géographie. Il leur faut absolument déterminer une frontière nette et définitive et régler le problème des régions contestées comme celle d’Abyei. Le vote pour le rattachement de cette région au Nord ou au Sud était prévu en même temps que la scission mais n’a jamais eu lieu", rappelle-t-il.

Une fois le problème pétrolier résolu et la frontière clairement définie, des relations paisibles entre les deux voisins sont à espérer. Mais les enjeux demeurent nombreux. À commencer par l’épineuse question de la dette dont le Nord, qui en a hérité de l'intégralité lors de la scission, demande une répartition équitable.

 

Première publication : 02/01/2013

  • SOUDAN - SOUDAN DU SUD

    Le président soudanais ordonne la réouverture des frontières avec le Sud

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Les deux Soudans signent un accord qui ne règle pas les problèmes clés

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)