Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des arts, avec Nadine Labaki (partie 1)

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des arts (partie 2)

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jeff Koons, l'icône du néo-pop s'expose à Paris !

En savoir plus

FOCUS

Massacre de Thiaroye : une histoire toujours controversée, 70 ans après

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Réunion de l'Opep sous haute pression

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Hollande est-il Vert ?"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Tamir Rice, 12 ans, abattu pour avoir joué avec son pistolet factice"

En savoir plus

SUR LE NET

La communauté afro-américaine appelée au boycott du "Black Friday"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Nouvelle affaire d'enlèvement au Mexique : la mère d'une victime témoigne

En savoir plus

Economie

Sur le Net, Zlatan n’est pas Ibrahimovic

© AFP

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 03/01/2013

Le célèbre buteur suédois du PSG a oublié de réserver l’adresse internet zlatan.fr. Un internaute l’a fait pour lui. Il veut bien, depuis le 1er janvier, lui rendre ce nom de domaine... mais pas sans une petite contrepartie.

Zlatan Ibrahimovic règne peut-être en maître sur les terrains de foot français, il semble beaucoup moins à l’aise sur la Toile. À tel point que la star du Paris-Saint-Germain (PSG) n’a même pas pensé à réserver sur le Net le nom de domaine zlatan.fr.

Une erreur de cyber-débutant qui n’a pas échappé à un internaute français de 31 ans qui s’est offert cette adresse internet le 12 juillet dernier, quelques jours avant l’arrivée du buteur suédois à Paris. Ce mystérieux fan a ensuite attendu le 1er janvier 2013 pour révéler au monde son opération de cyber-squattage.

Avec la nouvelle année, il a, en effet, mis en ligne un site à l’adresse zlatan.fr en forme de défi à l’attaquant vedette du club de la capitale française. “Quand tu as signé dans le club de mon cœur, j’ai eu l’incroyable surprise de constater que le domaine zlatan.fr était libre… tu te rends compte ?!”, écrit-il dans un long billet qui tient lieu d’unique contenu sur ce site.

Dans ce texte, cet internaute explique être prêt à rendre à Zlatan ce qui appartient à “Ibra”, mais pas gratuitement. Ce fan du PSG n’en a pas après l’argent du footeux suédois chevelu. Il propose à Ibrahimovic une série de défis à remplir, tous plus farfelus les uns que les autres. Si le joueur de foot effectue l’un d’eux, il récupère les clefs virtuelles de zlatan.fr.

Parmi ces 12 travaux d’”Ibra”, il y en a certains qui peuvent paraître (un peu) plus sérieux que d’autres, comme offrir trois abonnements à vie en tribune officielle du Parc des Princes, ou dédicacer un maillot du PSG avec la mention “Après Zlatan, c’est vraiment toi le meilleur !”. Mais la plupart risquent au mieux de faire sourire le buteur, comme la proposition de “venir dormir chez moi pendant un mois” ou encore celle de “recevoir une gifle, sans que tu aies le droit de répliquer… et en public évidemment”.

Madonna et la Maison Blanche aussi

Pour l’heure, zlatan.fr ressemble plus à une blague de potache qu’autre chose. Ni le principal intéressé, ni le PSG n’ont encore réagi. “Je n’ai eu aucun retour du club ou de Zlatan”, confirme à FRANCE 24, Nicolas, le propriétaire du site.

Un silence qui tranche avec le buzz qui entoure cette opération de cybersquatting. “Sur la seule journée de mercredi, j’ai eu 80 000 visites sur zlatan.fr et encore 80 000 depuis ce matin”, raconte l’homme qui a fait main basse pour près de six euros par an sur ce nom de domaine.

Une gloire médiatique qui s’est traduit par bon nombre de messages laissés par des fans du PSG ou du joueur. “Principalement, des messages de félicitations”, souligne Nicolas. Dans le lot, il y avait bien quelques mails de sociétés qui, flairant le bon coup, lui ont proposé, contre rémunération, de gérer le site à sa place “afin d’améliorer son référencement ou sa visibilité. Mais pour cet internaute, pas question de se faire de l’argent avec zlatan.fr. Ce serait mettre le doigt dans un potentiel engrenage judiciaire qui ne l’intéresse pas. Il préfère le côté bon enfant et humoristique de sa démarche.

Pourtant le cybersquattage est souvent associé à des affaires de gros sous. Des célébrités comme Madonna ou le groupe de rock Jethro Tull ont dû intenter des procès qu’ils ont finalement gagné contre des internautes qui avaient réservé des noms de domaine et voulaient recevoir de l’argent pour rendre les adresses aux stars en question. Le chanteur Bruce Springsteen avait, quant à lui, perdu son procès en 2001 contre le propriétaire de l’adresse internet BruceSpringsteen.com qui affirmait ne pas faire de profit personnel avec cette adresse. Même la Maison Blanche a dû négocier à la fin des années 90 pour empêcher des petits malins d’exploiter les noms de domaine whitehouse.com et whitehouse.org.
 

 

Première publication : 03/01/2013

  • FOOTBALL

    Vahid Halilhodzic plus fort que Zlatan Ibrahimovic !

    En savoir plus

  • FOOTBALL

    Mercato : la signature d'"Ibra" propulse le PSG dans une nouvelle dimension

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)