Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Enlèvement en Algérie

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : à quel jeu joue la Turquie ?

En savoir plus

DÉBAT

Manuel Valls à Berlin : prendre exemple sur le modèle allemand ?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : Catherine Samba Panza en quête de soutien à l'ONU

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : "nous avons devant nous l’une des pires épidémies", dit Douste-Blazy

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Les nouveaux road trip

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Le succès du high-tech "made in France"

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Réchauffement climatique : la planète bientôt sous l'eau?

En savoir plus

  • Qui est Hervé Gourdel, l’otage français aux mains des jihadistes algériens ?

    En savoir plus

  • Menaces contre la France : "l’EI a décidé d’exporter le conflit en Occident"

    En savoir plus

  • Présidentielle tunisienne : le point sur les candidats

    En savoir plus

  • Un million de bébés européens nés grâce à Erasmus

    En savoir plus

  • Le Mondial-2022 ne se jouera pas au Qatar, selon un membre de la Fifa

    En savoir plus

  • Apple bat des records de ventes avec ses nouveaux iPhone

    En savoir plus

  • Face aux jihadistes de l'EI, "on ne comprend pas l'attitude d'Ankara"

    En savoir plus

  • À Berlin, Manuel Valls promet des réformes à Angela Merkel

    En savoir plus

  • Mort d’Albert Ebossé : la JS Kabylie suspendue deux ans par la CAF

    En savoir plus

  • Hong Kong : les étudiants en grève pour dénoncer la mainmise de Pékin

    En savoir plus

  • Selon Bernard Cazeneuve, "la France n’a pas peur" face à la menace jihadiste

    En savoir plus

  • Ebola : sept questions sur le virus

    En savoir plus

  • Le report du projet de Transavia Europe ne suffit pas aux pilotes d'Air France

    En savoir plus

  • Préservatifs trop petits : un problème de taille pour les Ougandais

    En savoir plus

Afrique

Le groupe armé Ansar Dine annonce la reprise des hostilités

© AFP

Vidéo par Mounia Ben Aïssa

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 04/01/2013

L’un des groupes armés présents dans le nord du Mali, Ansar Dine, a annoncé qu’il mettait fin au cessez-le-feu négocié le mois dernier. L’organisation islamiste accuse le gouvernement malien de ne pas avoir promis de son côté l’arrêt des violences.

"Ansar Dine (Les défenseurs de l'islam) a décidé de refuser la proposition de cessez-le-feu conclue lors des négociations de Ouagadougou”, a annoncé le Numéro 1 de l’organisation armée islamiste du nord-Mali, Iyad Ag Ghaly, dans un communiqué diffusé jeudi 3 janvier par l’agence de presse Sahara Medias.

Les négociations de Ouagadougou ont été menées, en novembre dernier, sous l’égide du président burkinabè Blaise Compaoré, médiateur de la crise au Mali, où les islamistes ont pris le contrôle du nord du pays dans la foulée du coup d’Etat du 22 mars 2012. Depuis, ils ont imposé une forme très dure de la charia (la loi islamique) dans la région.
             
Dans cette déclaration, le leader d’Ansar Dine fustige aussi le gouvernement malien, qui n’aurait  rien proposé en échange de la promesse de mettre fin aux violences. Selon l’organisation islamiste, Bamako était occupé à "recruter des mercenaires" pour combattre dans le nord du Mali.

Ansar Dine veut "mettre la pression" sur Bamako

“C’est le signe qu’Ansar Dine est très mécontent des négociations. J’ai l’impression qu’il veut mettre la pression. Dans la région de Tombouctou, plusieurs véhicules du mouvement auraient avancé vers le sud. S’il n’y a pas un geste des médiateurs, il est vraisemblable qu’Ansar Dine poursuive son offensive”, souligne Ahmedou Ould Abdallah, président de l’Institut d’études sur le Sahel, sur l’antenne de FRANCE 24.  

L'analyse de l'Institut d'études sur le Sahel



Lors de sa réunion du 20 décembre, le Conseil de sécurité de l’ONU a approuvé le déploiement d’une force internationale pour reconquérir la région sans toutefois préciser le calendrier d’envoi des troupes. Les Nations unies ont néanmoins insisté sur l’importance du dialogue avec les différentes forces présentes dans la région.

Depuis que le nord du Mali est tombé aux mains des islamistes en mars dernier, les puissances occidentales craignent que cette zone, grande comme le Texas, ne devienne la base arrière de toutes les offensives lancées contre leurs intérêts.
 

Bamako montre les muscles

Au lendemain de la décision des Nations unies, Ansar Dine, tout comme un autre mouvement touareg séparatiste, le MNLA, a annoncé qu’il était prêt à déposer les armes et ouvrir des pourparlers avec le gouvernement malien. Jeudi, le chef Ansar Dine a expliqué dans sa déclaration que la promesse de mettre fin aux hostilités avait été “arrachée” à sa délégation au cours de “négociations difficiles”. Il a par ailleurs souligné qu’Ansar Dine était prêt à de nouvelles discussions, bien que l’organisation n’ait “jamais senti de volonté réciproque” chez le gouvernement malien.


             
Lundi 31 décembre, le président du Mali par intérim, Dioncounda Traoré, avait déclaré que le pouvoir central n’attendrait pas “plusieurs mois”, avant de lancer une attaque. “La guerre contre les terroristes sera déclenchée plus tôt que prévue et l’armée malienne sera en première ligne”, avait-il prévenu à l’occasion de ses vœux.

FRANCE 24 avec dépêches

 

Première publication : 03/01/2013

  • MUSIQUE

    Tiken Jah Fakoly écrit une chanson pour "soutenir le Mali dans l'épreuve"

    En savoir plus

  • MALI

    Ansar Dine et le MNLA prêts à cesser toute hostilité et à négocier avec Bamako

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)