Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Une série télé irakienne se moque de l'organisation de l'État islamique

En savoir plus

DÉBAT

Hong Kong se révolte : le pouvoir de Pékin face au défi démocratique

En savoir plus

FOCUS

Irak : quand la téléréalité confronte des jihadistes de l’EI à leurs victimes

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Début des audiences de Charles Blé Goudé devant la CPI

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jacques Weber, un colosse du théâtre français

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Papa Wemba, invité du Journal de l'Afrique !

En savoir plus

REPORTERS

Vidéo : elle filme au péril de sa vie à Raqqa, fief de l'EI en Syrie

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Les sports oubliés dans le vent

En savoir plus

SUR LE NET

Instagram bloqué en Chine

En savoir plus

  • Londres a mené ses premières frappes aériennes contre l’EI en Irak

    En savoir plus

  • Le PSG s'offre un succès de prestige face au Barça

    En savoir plus

  • Des ravisseurs d'Hervé Gourdel, décapité en Algérie, ont été identifiés

    En savoir plus

  • Manifestations à Hong Kong : Pékin prive les Chinois d’informations sur Internet

    En savoir plus

  • Barack Obama salue un accord de sécurité "historique" avec Kaboul

    En savoir plus

  • Ebola : l'expérience "désespérée" d'un médecin libérien

    En savoir plus

  • Terrorisme : pour Marine Le Pen, les Français musulmans sont "pris au piège"

    En savoir plus

  • Ello, le réseau social qui se la joue anti-Facebook

    En savoir plus

  • Fonds "vautours" : l’Argentine défie les États-Unis sur sa dette

    En savoir plus

  • Quinze ans de prison requis contre le leader de Sharia4Belgium

    En savoir plus

  • Irak : quand la téléréalité confronte des jihadistes de l’EI à leurs victimes

    En savoir plus

  • À Montpellier, des pluies diluviennes créent la pagaille

    En savoir plus

  • Mafalda, une héroïne éprise de paix et de justice

    En savoir plus

  • Vidéo : les Kurdes de Turquie tentent de rallier Kobani, assiégée par l’EI

    En savoir plus

Afrique

Le groupe armé Ansar Dine annonce la reprise des hostilités

© AFP

Vidéo par Mounia Ben Aïssa

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 04/01/2013

L’un des groupes armés présents dans le nord du Mali, Ansar Dine, a annoncé qu’il mettait fin au cessez-le-feu négocié le mois dernier. L’organisation islamiste accuse le gouvernement malien de ne pas avoir promis de son côté l’arrêt des violences.

"Ansar Dine (Les défenseurs de l'islam) a décidé de refuser la proposition de cessez-le-feu conclue lors des négociations de Ouagadougou”, a annoncé le Numéro 1 de l’organisation armée islamiste du nord-Mali, Iyad Ag Ghaly, dans un communiqué diffusé jeudi 3 janvier par l’agence de presse Sahara Medias.

Les négociations de Ouagadougou ont été menées, en novembre dernier, sous l’égide du président burkinabè Blaise Compaoré, médiateur de la crise au Mali, où les islamistes ont pris le contrôle du nord du pays dans la foulée du coup d’Etat du 22 mars 2012. Depuis, ils ont imposé une forme très dure de la charia (la loi islamique) dans la région.
             
Dans cette déclaration, le leader d’Ansar Dine fustige aussi le gouvernement malien, qui n’aurait  rien proposé en échange de la promesse de mettre fin aux violences. Selon l’organisation islamiste, Bamako était occupé à "recruter des mercenaires" pour combattre dans le nord du Mali.

Ansar Dine veut "mettre la pression" sur Bamako

“C’est le signe qu’Ansar Dine est très mécontent des négociations. J’ai l’impression qu’il veut mettre la pression. Dans la région de Tombouctou, plusieurs véhicules du mouvement auraient avancé vers le sud. S’il n’y a pas un geste des médiateurs, il est vraisemblable qu’Ansar Dine poursuive son offensive”, souligne Ahmedou Ould Abdallah, président de l’Institut d’études sur le Sahel, sur l’antenne de FRANCE 24.  

L'analyse de l'Institut d'études sur le Sahel



Lors de sa réunion du 20 décembre, le Conseil de sécurité de l’ONU a approuvé le déploiement d’une force internationale pour reconquérir la région sans toutefois préciser le calendrier d’envoi des troupes. Les Nations unies ont néanmoins insisté sur l’importance du dialogue avec les différentes forces présentes dans la région.

Depuis que le nord du Mali est tombé aux mains des islamistes en mars dernier, les puissances occidentales craignent que cette zone, grande comme le Texas, ne devienne la base arrière de toutes les offensives lancées contre leurs intérêts.
 

Bamako montre les muscles

Au lendemain de la décision des Nations unies, Ansar Dine, tout comme un autre mouvement touareg séparatiste, le MNLA, a annoncé qu’il était prêt à déposer les armes et ouvrir des pourparlers avec le gouvernement malien. Jeudi, le chef Ansar Dine a expliqué dans sa déclaration que la promesse de mettre fin aux hostilités avait été “arrachée” à sa délégation au cours de “négociations difficiles”. Il a par ailleurs souligné qu’Ansar Dine était prêt à de nouvelles discussions, bien que l’organisation n’ait “jamais senti de volonté réciproque” chez le gouvernement malien.


             
Lundi 31 décembre, le président du Mali par intérim, Dioncounda Traoré, avait déclaré que le pouvoir central n’attendrait pas “plusieurs mois”, avant de lancer une attaque. “La guerre contre les terroristes sera déclenchée plus tôt que prévue et l’armée malienne sera en première ligne”, avait-il prévenu à l’occasion de ses vœux.

FRANCE 24 avec dépêches

 

Première publication : 03/01/2013

  • MUSIQUE

    Tiken Jah Fakoly écrit une chanson pour "soutenir le Mali dans l'épreuve"

    En savoir plus

  • MALI

    Ansar Dine et le MNLA prêts à cesser toute hostilité et à négocier avec Bamako

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)