Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Argentine : OGM et pesticide, un tandem toxique ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Maréma, nouvelle voix du Sénégal

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Meriam Rhaiem : "Il voulait faire de ma fille une future endoctrinée"

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Ethiopie: le défi vert

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Pour Cécile Kyenge, la demande d'asile en Europe doit être simplifiée

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Handicap : l'Europe à la traîne ?

En savoir plus

LIGNE DIRECTE

Étudiants d'Abidjan, la colère gronde

En savoir plus

REPORTERS

Antiquités syriennes : sur les routes du trafic

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Viols présumés en Centrafrique : des zones d'ombre dans l'affaire

En savoir plus

EUROPE

L’Allemagne compte mettre fin au dispositif des "boîtes à bébé"

© AFP

Vidéo par Anne MAILLIET

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 04/01/2013

Le gouvernement allemand a décidé de remplacer d’ici trois ans le système des boîtes à bébé - dans lesquelles les mères en détresse peuvent déposer leur enfant - par une loi autorisant les femmes à accoucher de manière anonyme.

Le compte à rebours a commencé pour les boîtes à bébé en Allemagne, ce dispositif qui permet aux mères d’abandonner leur progéniture anonymement et en toute sécurité.

Face aux critiques relayées par l’ONU – qui estime que le droit des enfants à connaître leurs origines prime sur le droit de la mère à l’anonymat – les autorités allemandes ont annoncé qu’elles mettraient fin au dispositif dans trois ans.

L’objectif de Berlin est de mettre en place d’ici là un système permettant aux femmes  d'accoucher dans un hôpital ou une maternité tout en gardant l’anonymat pendant 16 ans.

Le principe des boîtes à bébé est largement toléré Outre-Rhin, où plus de 250 bébés y ont été déposés depuis 1999. L’idée était alors de lutter contre les infanticides ou les abandons de nouveaux-nés dans des lieux aussi sordides que des bennes à ordure.

En pratique, le dispositif se présente sous la forme de caissons chauffés à proximité d’hôpitaux ou d’associations. La mère en détresse peut y abandonner son enfant tout en récupérant un bracelet, qui représente dès lors son seul lien de reconnaissance avec le bébé. Une fois la boîte refermée, la mère dispose d’une minute pour s’éclipser tandis que le personnel soignant est alertée par une sonnerie d’alarme. Si la génitrice ne se manifeste pas dans les deux mois, l’enfant pourra être adopté.

Une décision qui fait polémique

La décision de mettre fin au dispositif a provoqué une levée de boucliers de certains personnels soignants. Le directeur de l’hôpital de Reinbek, Lothar Obst, accuse ainsi les autorités de se voiler la face en supprimant ce qui apparaît souvent comme le dernier recours des mères en détresse.

"La réalité, ce sont ces mères qui ont besoin d’aide et qui ne trouvent pas de solutions. Les boîtes à bébé ne sont en fait que ce que furent au Moyen Âge les tours d’abandon, qui permettaient aux femmes d’abandonner leur bébé mais surtout de leur donner l’assurance de les déposer dans un lieu sûr", affirme Lothar Obst.

La question de l’anonymat de la mère se trouve également au cœur du débat. Pour les partisans des boîtes à bébé, le dispositif futur garantissant 16 années d’anonymat aux génitrices ne sera pas suffisant pour convaincre les futures mères en situation de grande détresse.

Les détracteurs du système actuel insistent en revanche sur les conditions de l’accouchement en lui-même pour soutenir le projet des autorités allemandes. C’est ainsi que Martin Gurtler, de l’association Terre des Hommes, justifie la mise au ban des boîtes à bébé :

"L’essentiel est qu’aucune femme ne devrait jamais se trouver seule quand elle accouche. Ces femmes devraient pouvoir accoucher dans un hôpital et faire adopter leur enfant dans le cadre d’un accouchement confidentiel".

 

Première publication : 04/01/2013

  • FRANCE

    La mort d'un nouveau-né en Corrèze relance le débat sur les déserts médicaux

    En savoir plus

  • FRANCE

    "Il faut arrêter ce discours alarmant sur les pilules de 3e génération"

    En savoir plus

  • FRANCE

    Les congés maternité pris en compte dans la réforme des retraites

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)