Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LES ARTS DE VIVRE

High-tech in France

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Nouveau road trip

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Réchauffement climatique : la planète bientôt sous l'eau?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jacob Desvarieux, l'ambassadeur international du Zouk!

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

FOCUS

À la rencontre des étudiants étrangers à Paris

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ioannis Kasoulides, ministre chypriote des Affaires étrangères

En savoir plus

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Air France : la grève entre dans sa deuxième semaine

En savoir plus

  • Le report du projet de Transavia Europe ne suffit pas aux pilotes d'Air France

    En savoir plus

  • Vidéo : les villages repris à l'EI portent les stigmates des combats

    En savoir plus

  • Ebola : sept questions sur le virus

    En savoir plus

  • Apple bat des records de ventes avec ses nouveaux iPhone

    En savoir plus

  • Ebola : pourquoi les femmes sont-elles les premières victimes du virus ?

    En savoir plus

  • Mort d’Albert Ebossé : la JS Kabylie suspendue deux ans par la CAF

    En savoir plus

  • Préservatifs trop petits : un problème de taille pour les Ougandais

    En savoir plus

  • Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

    En savoir plus

  • Foot européen : le Real cartonne, Manchester United sombre

    En savoir plus

  • Ligue 1 : l’OM vire en tête, Paris cale encore

    En savoir plus

  • Yémen : Sanaa contraint de partager le pouvoir avec la rébellion chiite

    En savoir plus

  • Syrie : plus de 100 000 Kurdes ont fui en Turquie l'avancée de l'EI

    En savoir plus

FRANCE

Enquêtes après la diffusion sur YouTube des fiches de police de plusieurs rappeurs

© YouTube

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 04/01/2013

Après la divulgation des fiches de police de plusieurs rappeurs français, dont Booba et Rohff, à la suite d'un canular téléphonique, la police de Paris a ouvert des enquêtes.

La préfecture de police de Paris a annoncé, ce vendredi, l’ouverture de plusieurs enquêtes après la diffusion de canulars téléphoniques, le 22 décembre. Se faisant passer pour des policiers, les animateurs d’une plateforme nommée "ViolVocal" ont réclamé les fiches de police de plusieurs rappeurs français célèbres, tels que Booba et Rhoff. Les antécédents judiciaires - extraits de fiches du système de traitement des infractions constatées (Stic) - de La Fouine, Cortex, ou encore Morsay ont également été dévoilés. Les informations divulguées par téléphone ont été enregistrées et diffusées sur YouTube.

"Allô, collègue !"

Se faisant passer pour des policiers, les farceurs ont réclamé à leurs interlocuteurs de se connecter au Stic pour "sortir le casier judiciaire" de personnes qu'ils auraient interpellées.

L'enregistrement des canulars téléphoniques

"Vous allez être dans la merde parce qu’on va vous balancer à votre commissariat", lance, hilare, l’un des auteurs à une employée de police à la fin d’un canular diffusé sur le Web. "Tu viens de donner le casier judiciaire de Rhoff en direct."

Une affaire sérieuse

"On prend cette affaire très au sérieux", a réagi jeudi la préfecture de police de Paris, rappelant que "les données des fichiers comme le Stic ne sont pas communicables".

Les enquêtes visant des faits d'usurpation de la fonction de policier, de collecte frauduleuse de données sensibles et de divulgation de données à caractère personnel ont été confiées à la brigade d'enquête sur les fraudes aux technologies de l'information. Simultanément, l'Inspection générale des services (IGS, police des polices parisienne) a été saisie afin de déterminer si des faits pouvaient être reprochés aux policiers victimes de ces canulars.

Ces dernières années, plusieurs policiers ont été mis en cause pour avoir consulté illégalement ou détourné des données issues du Stic. Un rapport de la Commission nationale de l'informatique et des libertés (Cnil) de 2009 soulignait les problèmes de rigueur du fichier informatique, qui inclut 6,5 millions de mis en cause.

FRANCE 24 avec dépêches

Première publication : 04/01/2013

COMMENTAIRE(S)