Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Dans l'ombre de Bouteflika"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le Nigéria face à Boko Haram

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ali Benflis répond aux attaques d’Abdelaziz Bouteflika

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Booty Looting", un pillage chorégraphié de Wim Vandekeybus

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Bras de fer entre Washington et Téhéran autour d’un ambassadeur

En savoir plus

SUR LE NET

San Francisco : une nouvelle agression liée aux Google Glass

En savoir plus

FOCUS

Les Taïwanais divisés vis-à-vis de la Chine

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Cuisine durable

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Déficit public : la France tiendra-t-elle ses engagements?

En savoir plus

  • En images : des centaines de disparus après le naufrage d’un ferry en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Vladimir Poutine : "L'Ukraine est au bord de la guerre civile"

    En savoir plus

  • La police de New York ferme une unité secrète chargée d'espionner les musulmans

    En savoir plus

  • Démission du puissant chef des renseignements saoudiens

    En savoir plus

  • "Injustices et corruption alimentent le cycle de violences au Nigeria"

    En savoir plus

  • Violences sexuelles dans l'armée : Le Drian prône la "tolérance zéro"

    En savoir plus

  • La justice indienne reconnaît l’existence d’un troisième genre

    En savoir plus

  • Kiev passe à l'offensive contre les pro-russes dans l'Est

    En savoir plus

  • Ali Benflis : "La présidence à vie en Algérie, c’est terminé"

    En savoir plus

  • Les prisonniers d'Abou Ghraib transférés face à la menace djihadiste

    En savoir plus

  • Des travaux d'intérêt général pour Silvio Berlusconi

    En savoir plus

  • Vidéo : Yasmina Khadra appelle les Algériens à "chasser" le régime

    En savoir plus

  • Réforme des régions : la Bourgogne et la Franche-Comté sur la voie de la fusion

    En savoir plus

  • Reportage : à Horlivka, les insurgés s'emparent des bâtiments officiels

    En savoir plus

  • Un an après les attentats, Boston rend hommage à ses victimes

    En savoir plus

  • L'incendie de Valparaiso pourrait encore durer plusieurs jours

    En savoir plus

  • Hillsborough : 25 ans après, Liverpool demande toujours justice pour les victimes

    En savoir plus

  • Amnesty International accuse l'Algérie de violer les droits de l'Homme

    En savoir plus

FRANCE

Enquêtes après la diffusion sur YouTube des fiches de police de plusieurs rappeurs

© YouTube

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 04/01/2013

Après la divulgation des fiches de police de plusieurs rappeurs français, dont Booba et Rohff, à la suite d'un canular téléphonique, la police de Paris a ouvert des enquêtes.

La préfecture de police de Paris a annoncé, ce vendredi, l’ouverture de plusieurs enquêtes après la diffusion de canulars téléphoniques, le 22 décembre. Se faisant passer pour des policiers, les animateurs d’une plateforme nommée "ViolVocal" ont réclamé les fiches de police de plusieurs rappeurs français célèbres, tels que Booba et Rhoff. Les antécédents judiciaires - extraits de fiches du système de traitement des infractions constatées (Stic) - de La Fouine, Cortex, ou encore Morsay ont également été dévoilés. Les informations divulguées par téléphone ont été enregistrées et diffusées sur YouTube.

"Allô, collègue !"

Se faisant passer pour des policiers, les farceurs ont réclamé à leurs interlocuteurs de se connecter au Stic pour "sortir le casier judiciaire" de personnes qu'ils auraient interpellées.

L'enregistrement des canulars téléphoniques

"Vous allez être dans la merde parce qu’on va vous balancer à votre commissariat", lance, hilare, l’un des auteurs à une employée de police à la fin d’un canular diffusé sur le Web. "Tu viens de donner le casier judiciaire de Rhoff en direct."

Une affaire sérieuse

"On prend cette affaire très au sérieux", a réagi jeudi la préfecture de police de Paris, rappelant que "les données des fichiers comme le Stic ne sont pas communicables".

Les enquêtes visant des faits d'usurpation de la fonction de policier, de collecte frauduleuse de données sensibles et de divulgation de données à caractère personnel ont été confiées à la brigade d'enquête sur les fraudes aux technologies de l'information. Simultanément, l'Inspection générale des services (IGS, police des polices parisienne) a été saisie afin de déterminer si des faits pouvaient être reprochés aux policiers victimes de ces canulars.

Ces dernières années, plusieurs policiers ont été mis en cause pour avoir consulté illégalement ou détourné des données issues du Stic. Un rapport de la Commission nationale de l'informatique et des libertés (Cnil) de 2009 soulignait les problèmes de rigueur du fichier informatique, qui inclut 6,5 millions de mis en cause.

FRANCE 24 avec dépêches

Première publication : 04/01/2013

Comments

COMMENTAIRE(S)