Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

La RDC fête son indépendance mais toujours pas de calendrier pour les élections

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentat à l'aéroport d'Istanbul : 41 victimes, la Turquie pointe du doigt le groupe EI

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

La sixième extinction : comment sauver les espèces ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Salia Sanou chorégraphie son désir d'horizons

En savoir plus

TECH 24

Viva Tech : Paris se rêve en capitale de l'innovation

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

La Camargue dans le sillage de ses gardiens

En savoir plus

FOCUS

À Taïwan, la démocratie se conjugue au féminin

En savoir plus

MODE

Les collections masculines 2017 tentent d’égayer un monde traumatisé

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Boris Johnson "exécuté par le Brexit"

En savoir plus

Economie

Google sort gagnant de son face-à-face avec l'Autorité américaine de la concurrence

© Quinn Anya/Flickr

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 04/01/2013

La Federal Trade Commission (FTC) et Google ont conclu, jeudi, un accord qui met un terme à deux ans d'enquête de l'Autorité américaine de la concurrence. Le géant de l'Internet s'en sort quasiment indemne.

La Federal Trade Commission (FTC) - le gendarme américain de la concurrence -  a beau claironner dans son communiqué publié jeudi 4 janvier que Google a "accepté de changer ses pratiques commerciales", personne n'est dupe. L'accord conclu après deux ans d'enquête sur les pratiques commerciales du moteur de recherche marque une importante victoire pour le géant de l'Internet. "La conclusion [de cette enquête, ndlr] est claire : les services Google sont bons pour les utilisateurs et bons pour la concurrence", a ainsi claironné David Drumond, vice-président de Google en charge des questions légales.

Dans ses conclusions, la FTC n'est, en effet, pas loin de donner raison à 100 % au géant de l'Internet. L'Autorité américaine de la concurrence reconnaît ainsi que les pratiques commerciales de Google "ne violent pas le droit américain de la concurrence". En clair, elle n'a pas trouvé trace d'abus de position dominante dans le domaine de la recherche en ligne comme le soutenait notamment Microsoft.

Elle souligne simplement que le moteur de recherche "a pris des initiatives agressives pour prendre l'ascendant sur ses concurrents". Mais, comme le rappelle Beth Wilkinson, un conseiller pour la FTC, dans le magazine américain "Time", "la mission de l'organisme est de protéger les consommateurs et non pas les concurrents de Google".

Reste que ce gendarme de la concurrence n'a pas non plus voulu absoudre le géant de Mountain View (Californie) de tous ses prétendus pêchés. La FTC a obtenu que Google mette fin à des restrictions liées à sa plateforme de publicité en ligne AdWords, pour donner plus de flexibilité aux annonceurs désirant coordonner leur campagne publicitaire entre ses sites et des plateformes concurrentes.

Bruxelles en embuscade

Un bien maigre butin pour Microsoft qui apparaît comme le grand perdant de cette affaire. L'adversaire historique de Google, qui tente d'imposer son propre moteur de recherche Bing, espérait que la FTC arrive à la conclusion que Google avantage illégalement ses propres services dans les résultats de son moteur de recherche. Microsoft s'est d'ailleurs déclaré "décu" des résultats cette enquête. Ce serait "une opportunité manquée" de rétablir une réelle concurence et une "décision très faible" , a analysé dans un billet de blog Dave Heiner, vice-président de Microsoft.

Mais que Microsoft et les autres concurrents du roi des moteurs de recherche se rassurent. Google n'est pas encore tiré d'affaire en Europe. En parallèle à la FTC, la Commission européenne mène depuis 2010 sa propre enquête sur les pratiques commerciales du géant américain de l'Internet. Et de ce côté-ci de l'Atlantique, Google pourrait s'en tirer à moins bon compte. 

Les autorités européennes ont, ainsi, trouvé insuffisant en juillet dernier les efforts envisagés par le moteur de recherche pour échapper à une sanction pour abus de position dominante. Le Commission européenne attend, courant janvier, de nouvelles propositions. A défaut d'accord, la sanction infligée par Bruxelles pour abus de position dominante peut atteindre jusqu'à 10 % du chiffre d'affaires de Google.

FRANCE 24 avec dépêches

Première publication : 04/01/2013

  • INTERNET

    L'Europe vent debout contre les règles de confidentialité de Google

    En savoir plus

  • INTERNET

    Google écope d'une amende record pour avoir surveillé les utilisateurs de Safari

    En savoir plus

  • INTERNET

    Bruxelles pourrait clore son enquête pour abus de position dominante contre Google

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)