Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REPORTERS

Argentine : le bilan Kirchner

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les "MarocLeaks" inquiètent le pouvoir marocain

En savoir plus

#ActuElles

Jouets sexistes : le marketing des fabricants en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Joyeux Noël... laïc !

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Cuba - États-Unis : la fin de la guerre froide ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La Grèce fait trembler les marchés

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La personnalité tourmentée de "Mr. Turner"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : colère à Peshawar lors des funérailles des écoliers assassinés

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande, un recentrage à gauche ?

En savoir plus

FRANCE

La police française veut interroger l'auteur de la fusillade du Valais

Texte par Dépêche

Dernière modification : 04/01/2013

Des policiers français enquêtant sur la tuerie de Chevaline ont fait une demande auprès des autorités suisses pour interroger l'auteur de la fusillade de Daillon, dans le canton du Valais, sur des crimes non élucidés en Haute-Savoie.

La gendarmerie française de Haute-Savoie, qui enquête sur la tuerie de Chevaline, près d'Annecy, veut interroger l'auteur de la tuerie de Daillon, dans le canton suisse du Valais, survenue mercredi soir, a-t-on appris vendredi de source policière à Sion (canton du Valais).
              
"La police française de Haute-Savoie, qui s'interroge sur un éventuel rapport entre cette tuerie et les homicides non élucidés survenus ces dernières années dans la région, a déposé une demande en ce sens", a déclaré à l'AFP le porte-parole de la police cantonale. Le tueur de Daillon, blessé par la police suisse au moment de son interpellation, est hospitalisé dans le canton.
              
Selon le porte-parole de la police cantonale, il s'agit "d'un contact de police à police", et la demande a été faite auprès du Centre de coopération police-douane à Genève.
              
Le journal britannique The Telegraph, dans son édition de vendredi estime qu'il y a des similitudes entre la tuerie de Daillon, qui a fait trois morts et deux blessés, et celle de Chevaline (Haute-Savoie), le 5 septembre 2012, qui a fait quatre morts et un blessé.
              
Selon le journal, le profil psychologique du tueur recherché par la gendarmerie française ressemble à celui du tueur suisse, qui a fait un séjour en psychiatrie.
              
Le procureur français Eric Maillaud, en charge du dossier, a en effet indiqué qu'une des pistes était celle d'un tueur fou. Les gendarmes français sont ainsi à la recherche dans les hôpitaux psychiatriques de la région, mais aussi en Suisse et en Italie, d'un éventuel "tueur fou".
              
Par ailleurs, l'arme du crime de Chevaline est un ancien Luger PO-6, une arme utilisée dans les années 30 dans l'armée suisse. Or, le tueur de Daillon s'est également servi d'une ancienne arme de l'armée suisse, un mousqueton.
              
Enfin, les quatre victimes d'Annecy ont été tuées de deux balles, ce qui laisse à penser qu'il s'agissait d'un tireur entraîné.
              
Or, le tueur de Daillon, passionné par l'armée, a voulu y faire carrière, avant d'en être exclu. Selon un de ses anciens camarades, interrogé par le journal valaisan Le Nouvelliste, depuis son exclusion de l'armée, le tueur n'était "plus du tout le même".

AFP

Première publication : 04/01/2013

  • SUISSE

    Fusillade mortelle dans le canton suisse du Valais

    En savoir plus

  • FRANCE

    Tuerie de Chevaline : Zainab, la petite rescapée, n'a vu qu'un seul "méchant"

    En savoir plus

  • FRANCE

    Tuerie de Chevaline : le cycliste qui a découvert les corps témoigne pour la première fois

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)