Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

FOCUS

À la rencontre des étudiants étrangers à Paris

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ioannis Kasoulides, ministre chypriote des Affaires étrangères

En savoir plus

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Air France : la grève entre dans sa deuxième semaine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La revanche de David Cameron"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

SUR LE NET

Le "Blood Bucket Challenge", nouvelle tendance en Ukraine

En savoir plus

FOCUS

Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

En savoir plus

  • Le report du projet de Transavia Europe ne suffit pas aux pilotes d'Air France

    En savoir plus

  • Vidéo : les villages repris à l'EI portent les stigmates des combats

    En savoir plus

  • Ebola : sept questions sur le virus

    En savoir plus

  • Ebola : pourquoi les femmes sont-elles les premières victimes du virus ?

    En savoir plus

  • Foot européen : le Real cartonne, Manchester United sombre

    En savoir plus

  • Préservatifs trop petits : un problème de taille pour les Ougandais

    En savoir plus

  • Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

    En savoir plus

  • Ligue 1 : l’OM vire en tête, Paris cale encore

    En savoir plus

  • Yémen : Sanaa contraint de partager le pouvoir avec la rébellion chiite

    En savoir plus

  • Syrie : plus de 100 000 Kurdes ont fui en Turquie l'avancée de l'EI

    En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Ebola : après trois jours de confinement, la vie reprend en Sierra Leone

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • À la rencontre des étudiants étrangers à Paris

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

Afrique

Le sac plastique indésirable en Afrique

© AFP

Texte par Sophie PILGRIM

Dernière modification : 04/01/2013

Le Mali et la Mauritanie ont adopté cette semaine l’interdiction de produire et d’utiliser des sacs plastique, considérés comme nocifs pour l’environnement. Une mesure déjà prise par différents pays.

Pour 2013, la Mauritanie et le Mali ont pris une résolution. Depuis le 1er janvier, la production, la commercialisation et l’usage de sachets plastique sont désormais interdits. Une mesure qui fait de l’Afrique le continent le plus répressif envers ces sacs nocifs pour l’environnement. La Tanzanie, l’Ouganda, l’Afrique du Sud et le Kenya ont d’ores et déjà banni les sachets de petite taille. Plus radicaux, le Rwanda et la Somalie les ont, quant à eux, totalement interdits.

La mesure d'interdiction prévoit des peines de prison ferme pouvant aller jusqu'à un an et des amendes atteignant un million d'ouguiyas (2 500 euros) pour les fabricants, importateurs et utilisateurs de sachets plastiques, a affirmé l'Agence mauritanienne d'information (AMI), citant le ministre mauritanien de l'Environnement, Amedi Camara.

En cause : les effets nocifs des sacs en polyéthylène sur l’environnement. Ces derniers ont même été qualifiés de "fléau désastreux" et de "menace à la santé publique" par les autorités maliennes. Au Mali justement, comme ce fut le cas au Bangladesh - premier pays abolitionniste en la matière - les sachets jetés dans la nature bloquent les systèmes d’évacuation, entraînant des inondations dans les villes.

Un danger pour les animaux

L’autre raison invoquée par les autorités est l’impact sur le milieu naturel. Le ministre mauritanien de l’Environnement a ainsi indiqué que "la quasi-totalité (des) déchets d'emballages plastiques se retrouvent dans le milieu naturel, terrestre et marin, où ils sont parfois ingérés par quelques espèces marines et le bétail, entraînant leur mort".

Parmi les victimes, les tortues de mer qui confondent les sacs plastique avec des méduses, mais aussi les chameaux. Aux Émirats arabes unis, environ la moitié des animaux à bosses périssent des suites de famine causée par la consommation de plastique. En Mauritanie, même problème. "Près de 80 % des bovins tués aux abattoirs de Nouakchott sont porteurs de sacs plastiques dans leur panse", a déclaré le ministre mauritanien de l’Environnement.

Aux Émirats arabes unis, désormais, seuls les sacs plastiques biodégradables sont autorisés.

“Partie immerge de l’iceberg”

L’interdiction, saluée par les groupes écologistes, est néanmoins l’arbre qui cache la forêt, selon les défenseurs de l’environnement. "Les gens pensent qu’en se débarrassant des sacs plastique, on va régler tous les problèmes liés aux déchets, mais les sacs plastique, ce n’est que la partie immergée de l’iceberg. Ils ne sont qu’une petite part de l’immense quantité de déchets," confie à FRANCE 24 Neil Verlander, membre des Amis de la terre. La matière plastique représente 25 % des 56 000 tonnes de déchets produits annuellement par la ville de Nouakchott, selon des statistiques officielles.

Pour Neil Verlander, il est d’ailleurs purement impossible de bannir totalement le sac plastique, objet du quotidien. Mamadou Fall, le propriétaire d’une auberge de jeunesse dans la ville de Rosso, située dans le sud de la Mauritanie, interrogé par FRANCE 24, témoigne de la perplexité des locaux envers cette mesure. "Nous ne sommes pas complètement opposés à l’idée mais cela ne pourra pas fonctionner tant que le gouvernement n’aura pas mis en place une solution alternative. Comment on va faire pour transporter notre sucre, vendu au poids, sans sac plastique ?"

Selon les écologistes, l’argument d’une alternative ne tient pas. Les sacs en papier, bien que plus écologiques, nécessitent plus de temps, d’énergie et de ressources naturelles pour être fabriqués. Pour ce qui est des sacs réutilisables, qui ne sont eux pas biodégradables, ils doivent être utilisés correctement, c’est-à-dire gardés à vie.

Et pour faire du plastique jetable un lointain souvenir, l’interdiction la plus efficace n’implique pas une suppression du sac, mais plutôt une taxe. La loi initiée en Irlande en 2002 impose aux consommateurs de payer 15 centimes d’euro par sachet. En quelques semaines, l’utilisation de ce dernier avait chuté de 15 % et 90 % des clients apportaient leur propre sac pour faire leurs courses.

Première publication : 04/01/2013

  • ENVIRONNEMENT

    Une ferme 100 % verte, vitrine écologique du Qatar

    En savoir plus

  • JUSTICE INTERNATIONALE

    L’affaire du cargo-poubelle Probo-Koala refait surface

    En savoir plus

  • FRANCE

    Greenpeace ne participera pas au débat national sur l'énergie

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)