Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gaza: les larmes d'un responsable de l'ONU

En savoir plus

DÉBAT

"Fonds vautours" en Argentine : et après le défaut de paiement ?

En savoir plus

DÉBAT

Boko Haram : une menace incontrôlable ?

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Quelle diplomatie économique pour la France ? Avec Hubert Védrine et Pascal Lamy

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée : cohue meurtrière lors d'un concert à Conakry

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Crash du vol AH5017 : Hommage à 2 cinéastes disparus

En savoir plus

FOCUS

Birmanie : la transition démocratique piétine

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les people et le conflit israélo-palestinien

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Matshidiso Moeti, ancienne Directrice régionale adjointe de l'OMS pour l'Afrique

En savoir plus

  • John Kerry arrache un cessez-le-feu de 72 heures à Gaza

    En savoir plus

  • En images : rassemblement pro-Israël à Paris sous haute protection policière

    En savoir plus

  • Carte : l’opération Barkhane de l’armée française au Sahel

    En savoir plus

  • Devant les juges, Karim Wade se considère "prisonnier politique"

    En savoir plus

  • Free veut racheter T-mobile, poids lourd de la téléphonie américaine

    En savoir plus

  • Ebola : l’OMS débloque 100 millions de dollars

    En savoir plus

  • Gaza : un responsable de l'ONU fond en larmes en direct

    En savoir plus

  • Royaume-Uni : HSBC ferme les comptes de plusieurs clients musulmans

    En savoir plus

  • Ils ont fait plier l'Argentine : qui sont ces fonds "vautours" ?

    En savoir plus

  • La dissolution de la Ligue de défense juive à l’étude

    En savoir plus

  • Israël mobilise de nouveaux réservistes et obtient des munitions américaines

    En savoir plus

  • Avec "Lucy", Luc Besson domine le box-office américain

    En savoir plus

  • MH17 : les enquêteurs de l'OSCE accèdent au site du crash

    En savoir plus

  • Vidéo : reportage au cœur des tunnels creusés par le Hamas à Gaza

    En savoir plus

  • La clôture frontalière, nouvelle pomme de discorde entre le Maroc et l’Algérie

    En savoir plus

  • Moscou condamné à verser 1,86 milliard d'euros aux ex-actionnaires de Ioukos

    En savoir plus

  • Mort de Paul Jean-Ortiz, conseiller diplomatique de François Hollande

    En savoir plus

Moyen-orient

En Syrie, l'effondrement de l'économie menace

© AFP

Texte par Amara MAKHOUL-YATIM

Dernière modification : 10/07/2013

Après presque deux ans de guerre civile, l'économie syrienne est à bout de souffle. Enlèvements, vols et contrebandes sont le lot de plus en plus de Syriens qui se débrouillent pour survivre, quitte à tomber dans l'illégalité.

Après vingt-deux mois de conflit et de violences, la Syrie est dévastée, mais la vie doit néanmoins suivre son cours pour les habitants du pays qui ne combattent pas. Au vu de l'ampleur des destructions matérielles et de la flambée des prix, les difficultés quotidiennes ne manquent pas. Même le carburant et l'électricité sont devenus des denrées rares. L'État syrien semble certes parvenir à maintenir un semblant d'économie. Selon plusieurs sources concordantes sur place, il continue pour ce faire de remplir ses obligations : les impôts sont collectés dans les régions sous contrôle de l'État et les salaires sont envoyés à tous les fonctionnaires, dont ceux qui vivent dans les zones rebelles où les banques ont fermé et qui doivent venir les encaisser dans les secteurs gouvernementaux.

"À Alep, un avion transporte les fonds de la Banque centrale et les sommes sont distribuées dans les banques. Cela permet à tous les fonctionnaires de retirer leur salaire dans les distributeurs", assure à l'AFP Samer, employé dans une banque publique du centre-ville. Selon les chiffres officiels du gouvernement syrien, l'inflation était de 40 % en Syrie en août dernier. "La livre syrienne a perdu 50 %  de sa valeur par rapport au dollar", rappelle Jihad Yazigi, directeur de la revue économique en ligne Syria Report.

À cela s'ajoute le fait que des milliards de dollars ont fui la Syrie. Au vu de la dégradation de la situation économique, les investisseurs et hommes d'affaires syriens ont en effet rapidement cherché à préserver leur  capital. L'hebdomadaire britannique "The Economist" citait, en juin 2011, le chiffre de 20 milliards de dollars, montant des fonds sortis de Syrie. Une perte qui n'a pas aidé la livre syrienne.

Pour tenter de  pallier à la fuite de capitaux, l'État syrien n'a pas hésité à mener campagne en envoyant des SMS aux Syriens pour les inviter à réapprovisionner leurs comptes en Syrie en devises. Et s’il peut continuer de fonctionner, c'est aussi qu'il a "très rapidement réduit ses dépenses", explique Jihad Yazigi à FRANCE 24. "L'État a cessé tout investissement, ce qui représentait 50 % de ses dépenses. Désormais, il ne répare plus rien, il ne fait que payer les salaires", poursuit-t-il.


Une mosaïque d'économies

Mais selon Jihad Yazigi, bien que les indicateurs formels restent significatifs, ils ne suffisent pas pour refléter la réalité économique. "On ne peut plus parler d'une économie en Syrie, mais d'une mosaïque, observe-t-il. Les observateurs continuent à suivre les indicateurs formels, comme le taux d'inflation ou le cours de la monnaie, mais en réalité, la plus grande partie de l'économie ne correspond plus à ces chiffres."

La situation économique est donc bien plus précaire qu'il n'y parait. "À l'heure actuelle, l'économie syrienne se porte très mal, et si le conflit ne s'arrête pas cela ne fera qu'empirer, déplore Jihad Yazigi. Déjà on voit les mendiants se multiplier par tout. À court terme, on va vers un appauvrissement généralisé de la population." Une dégradation dont les conséquences pourraient être lourdes. "À long terme, les conséquences sont très graves : c'est la santé des enfants qui est en jeu", indique Jihad Yazigi.

Si la révolte n'a pas encore abouti à la chute du régime de Bachar al-Assad, elle a néanmoins contribué à changer la donne sociale. "Le mur de la peur est brisé", témoigne un habitant d'Alep interrogé par FRANCE 24. Personne ne craint en effet plus la police, ce qui donne libre cours à la multiplication des crimes crapuleux. On assiste ainsi au développement de véritables économies parallèles. "L'enlèvement contre rançons, les vols, la contrebande et le marché noir se sont beaucoup développés", rapporte Jihad Yazigi. Ainsi "si un responsable pro-régime reçoit du pain ou du mazout, par exemple, il va le réquisitionner et le revendre au prix le plus fort", explique-t-il.

Certains sont même contraints, pour pouvoir circuler en sécurité entre les villes, "d'acheter la route", comme le racontent à FRANCE 24 des habitants de la province de Homs, obligés de payer tant les militaires que les rebelles pour franchir les barrages.

Système D

Le prix du pain, aliment de base de la plupart des Syriens, a été multiplié par 30 en décembre à Alep.
Les difficultés économiques varient selon l'endroit du pays où l'on se trouve. À Alep, ville sous le feu des bombes depuis le 20 juillet, 10 pains, aliment de base de la majorité des Syriens, se vendaient à plus de 700 livres syriennes début décembre, alors que le prix normal ne dépassaient pas les 20 ou 30 livres à Damas.  "On a dû limiter notre consommation de pain, explique une habitante d'Alep. Des recettes circulent même sur les réseaux sociaux pour apprendre à faire du pain soi-même. Mais encore faut-il trouver de la farine..."

Si dans certains quartiers de  Homs ou Alep la situation est très difficile, Damas, où l'armée reste en position de force, est davantage épargnée. Là les fruits et légumes venant de toute la Syrie, voire d'Egypte et de Jordanie, convergent vers l'immense Souk al-Hal, dans l'est de la capitale. Même si les prix ont flambés, les produits ne manquent pas.

Reste que les pénuries et la flambée des prix des denrées de première nécessité se font partout durement ressentir."Les deux principaux problèmes c'est le pain, l'électricité et le carburant", explique F., originaire de Homs. L’homme a dû tout quitter quand les bombardements ont touché sa rue. Avec sa famille, il vit désormais dans la périphérie de Damas. Partout, dit-il, c'est le système D qui prévaut. "Comme il est très difficile de trouver du mazout, on a acheté des chauffages électriques, mais l'électricité était coupée 10 heures par jour, alors on a acheté des poêles à bois, mais le bois aussi coûte cher et tout le monde a les mêmes idées alors on finira aussi par en manquer", explique-t-il. Et sur YouTube et Facebook, les habitants des grandes villes syriennes excédés continuent de lancer des appels à l’aide.  


Un habitant d'Alep témoigne sur la vie quotidienne à Alep (en arabe uniquement)


 

Première publication : 04/01/2013

  • PHOTOGRAPHIE

    Syrie : à 77 ans, le photographe Don McCullin repart en guerre

    En savoir plus

  • SYRIE

    Syrie : plus de 60 000 morts en 21 mois de conflit, selon les Nations unies

    En savoir plus

  • SYRIE

    "Nous avions le sentiment de tuer le peuple syrien avec nos mots"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)