Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

10 ans de prison requis contre Simone Gbagbo en Côte d'Ivoire

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Fessée: une tradition française?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le président tchadien promet d'anéantir le chef de Boko Haram et savoir où il se trouve

En savoir plus

DÉBAT

Interdiction de la fessée ? La France se prend une claque par le conseil de l'Europe

En savoir plus

DÉBAT

Nucléaire iranien : accord en vue ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"L'abri" : plongée dans un centre d'hébergement pour SDF

En savoir plus

FOCUS

À Toulon, la communauté musulmane tente de lutter contre "l'islamalgame"

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Irak : les enfants soldats de l'EI

En savoir plus

DÉBAT

Virus Ebola : un an après le début de l'épidémie, quel bilan tirer ?

En savoir plus

FRANCE

La polémique sur le mariage gay et l’école continue de faire couler de l'encre

Vincent Peillon, ministre de l'Éducation

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 06/01/2013

Suite à l’appel du ministre de l'Éducation, le 4 janvier, à plus de neutralité dans les écoles privées autour du débat sur le mariage pour tous, la classe politique continue de s’enflammer, à quelques jours d'une manifestation antimariage gay.

La polémique n’en finit pas d’enfler autour du débat sur le mariage gay dans les établissements scolaires, après l’appel du ministre de l’Éducation nationale Vincent Peillon à plus de neutralité dans les écoles privées. Représentants politiques de gauche et de droite se renvoient la balle, à quelques jours d’une manifestation des opposants au projet prévue le 13 janvier.

"Veut-on ressusciter la guerre scolaire ?"

Dans l’édition du 6 janvier du "Journal du Dimanche", l’ancien ministre socialiste Jack Lang, qui fut un temps en charge du portefeuille de l’Éducation nationale, estime que Vincent Peillon a "fait son devoir." Pour le député du Pas-de-Calais, pas besoin d’ajouter du "feu à l’incendie". "Il n'est pas anormal que le ministre rappelle, sous une forme ou sous une autre, l'exigence de neutralité."

Une vision contrebalancée par l’ex-ministre de l’Éducation UMP, Luc Chatel, selon qui la France en crise n'a "pas besoin que l'on ressorte de vieux clivages" que la société "a dépassés", faisant référence à la différence privé-public. "Le gouvernement veut-il ressusciter la guerre scolaire ?", se demande-t-il, également interrogé par le "Journal du Dimanche".

"Je suis surpris que, d'un côté, on trouve normal d'organiser des débats dans les établissements publics avec toutes les associations partenaires de l'Éducation nationale, sur tous les sujets, sans jamais dans ces cas-là invoquer la neutralité pour les empêcher, et que, de l'autre, on refuse que les établissements privés sous contrat organisent des débats sur l'évolution de la famille et le mariage homosexuel", poursuit-il.

Najat Vallaud-Belkacem dans le viseur de Christine Boutin

Dans la même veine, la chef de file du Parti chrétien-Démocrate, Christine Boutin, s’est déclarée "scandalisée", samedi 5 janvier, par l’initiative de Vincent Peillon.

"Comme si, dans l'enseignement privé on n'avait pas un souci de pédagogie et du respect des enfants. Comme si, dans l'enseignement privé on était obligatoirement sectaire, alors que le même jour de la lettre, Mme Vallaud-Belkacem est dans un collège public, en compagnie d'associations lesbiennes et gays, pour faire la promotion de ce texte", a-t-elle déclaré.

La porte-parole du gouvernement n’a pas tardé à répondre, se défendant de toute promotion du mariage gay dans les collègues et jugeant Christine Boutin "très mal informée, ou alors très approximative".

"Sans doute l'ignore-t-elle, mais je suis en charge depuis plusieurs mois pour le compte du gouvernement, d'un large plan de lutte contre l'homophobie", a-t-elle fait valoir. "À ce titre, en effet, j'ai assisté à l'action de sensibilisation à la lutte contre l'homophobie qui était menée par une association dans la classe d'un collège du Loiret", a rétorqué la ministre du Droit des femmes. "Il m'a été, à un moment, posé la question de la loi sur le mariage pour tous à venir, et je me suis contentée de répondre à la question d'un élève sans aucun prosélytisme et en laissant évidemment chacun libre de son opinion."

FRANCE 24 avec dépêches

Première publication : 06/01/2013

  • FRANCE

    Mariage gay : Wauquiez accuse le gouvernement de stigmatiser les chrétiens

    En savoir plus

  • DIAPORAMA

    Manifestation à Paris : "Je suis hétéro mais je soutiens le mariage pour tous"

    En savoir plus

  • FRANCE

    Des milliers de partisans du mariage gay défilent à travers la France

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)