Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle : Le Gabon suspendu à la décision de la Cour Constitutionnelle

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentats aux États-Unis: la peur du terrorisme ravivée (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Mort d'un homme noir tué par la police aux États-Unis: racisme ou dérapage ? (partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Quelle politique mener à l'égard des réfugiés en Europe ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget de l'État 2017 : le grand bluff ?

En savoir plus

TECH 24

La dictature des algorithmes

En savoir plus

FOCUS

Adulé ou conspué : Jeremy Corbyn, une figure qui divise le Labour au Royaume-Uni

En savoir plus

#ActuElles

Pénélope Bagieu raconte en BD l'histoire de 15 héroïnes culottées

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Djihad" ou l'art comme rempart à l'extrémisme

En savoir plus

Afrique

"Les Jeunes Patriotes Centrafricains", des défenseurs controversés

© FRANCE 24 | Au QG des jeunes patriotes centrafricains à Bangui

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 07/01/2013

Alors que les rebelles du Séléka poursuivent leur offensive à la veille de l’ouverture des négociations avec le gouvernement centrafricain, certains ont créé leur propre mouvement de défense à Bangui. Une initiative qui ne fait pas l'unanimié.

C’est une nouvelle démonstration de force. Alors que des négociations doivent s’ouvrir au Gabon ce mardi 8 janvier, les rebelles du Séléka ont pris, le 4 janvier, deux nouvelles villes Alindao et Kouango au centre du pays. 

Reportage aux côtés des jeunes patriotes centrafricains à Bangui

Mais d’après le premier ministre centrafricain, Faustin-Archange Touadéra, lesdites négociations ne sont pas mises en péril par cette nouvelle avancée du Séléka. "Le président de la République, le gouvernement, nous sommes en train de travailler aujourd'hui pour nous préparer à la rencontre de Libreville parce que nous voulons la paix dans notre pays. Nous voulons une République centrafricaine unie derrière ses dirigeants", a-t-il déclaré lors d’une manifestation pour la paix.

 

En attendant, la situation en Centrafrique continue de se détériorer jour après jour. Signe que l’anarchie s’installe progressivement, un couvre-feu vient d’être instauré pour limiter les débordements. Mais à Bangui, certains ont décidé de s’unir afin de sécuriser la ville par eux-mêmes. Ils se font appeler les jeunes patriotes centrafricains.

Les rebelles à 12 km de Damara

Les rebelles centrafricains de la Séléka sont à 12 kilomètres de Damara, une ville située à 75 km au nord de Bangui considérée comme le dernier verrou protégeant la capitale et où est stationnée la force d'interposition d'Afrique centrale, a déclaré à l'AFP le ministre de l'Administration territoriale Josué Binoua.

Par ailleurs, le président François Bozizé a reçu le renfort d'un important contingent de soldats sud-africains. Le contingent, composé de 200 militaires "bien équipés", est basé non loin de la résidence du président, selon une source militaire.

Bien décidés à inscrire leur mouvement dans la durée, les jeunes patriotes centrafricains disent n’utiliser ni armes ni machettes. "Notre seule présence suffit, notre arme c’est notre propre barrière", affirme l’un d’entre eux depuis leur QG de fortune installé dans une paillote au cœur du quartier de Boyrabé. Leur but : débusquer "les complices de notre ennemi juré qui est le Séléka." 

Malgré leur volonté affichée de défendre la population, selon notre correspondante RFI pour FRANCE 24, des témoins accusent les jeunes patriotes d’être armés et de profiter de la situation pour les racketter. "Nous allons mettre en place des comités de vigilance dans les quartiers et alléger le dispositif de nos barrières car nous pensons que les choses vont revenir à la normale progressivement", défend toutefois le leader du mouvement qui, lui aussi, attend beaucoup des négociations de Libreville. 

La situation centrafricaine est d’autant plus urgente que les conditions sanitaires se dégradent et les menaces de pénurie commencent à planer, particulièrement dans les villes du centre du pays.

 

Première publication : 06/01/2013

  • CENTRAFRIQUE

    Les rebelles centrafricains poursuivent leur avancée

    En savoir plus

  • CENTRAFRIQUE

    La Force multinationale sécurise Damara, dernier rempart contre les rebelles

    En savoir plus

  • CENTRAFRIQUE

    La rébellion du Séléka suspend son offensive et accepte le dialogue

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)