Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Adèle Haenel, nouveau visage du cinéma français

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : le Cameroun ferme ses frontières avec le Nigeria

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Moins d'un Français sur deux est imposable

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Vers une police sous surveillance ?

En savoir plus

DÉBAT

Syrie, la guerre oubliée

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Irak : au coeur des monts Sinjar

En savoir plus

DÉBAT

Centrafrique : comment sortir de l'impasse ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'écureuil et le serpent"

En savoir plus

FOCUS

El Hierro, première île 100 % énergies renouvelables, peut-elle être un modèle pour la planète ?

En savoir plus

  • Fabius veut coordonner avec l'Iran la lutte contre l'État islamique

    En savoir plus

  • Ce qu'il faut retenir de la vidéo de la décapitation de James Foley par l'EI

    En savoir plus

  • Darius, ce jeune Rom lynché en juin et SDF en août

    En savoir plus

  • Heurts à Bangui entre soldats français et individus armés

    En savoir plus

  • Vidéo : après une nuit plus calme, la situation reste tendue à Ferguson

    En savoir plus

  • Hollande : "La situation internationale est la plus grave depuis 2001"

    En savoir plus

  • Gaza : la trêve une nouvelle fois rompue, Israël vise un chef du Hamas

    En savoir plus

  • La Fifa interdit au FC Barcelone de recruter

    En savoir plus

  • Au bord de l'éruption, le volcan islandais Bardarbunga menace le trafic aérien

    En savoir plus

  • Quand l’Égypte sermonne Washington sur les émeutes de Ferguson

    En savoir plus

  • RDC : le retour tant espéré des réfugiés angolais dans leur pays

    En savoir plus

  • Reportage : les combattants kurdes reprennent le barrage de Mossoul

    En savoir plus

  • Présidentielle 2017 : Alain Juppé candidat à la primaire de l'UMP

    En savoir plus

  • Glissements de terrain meurtriers à Hiroshima

    En savoir plus

  • Steve Ballmer, le directeur général de Microsoft, annonce son retrait

    En savoir plus

Afrique

"Les Jeunes Patriotes Centrafricains", des défenseurs controversés

© FRANCE 24 | Au QG des jeunes patriotes centrafricains à Bangui

Vidéo par Sarah SAKHO

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 07/01/2013

Alors que les rebelles du Séléka poursuivent leur offensive à la veille de l’ouverture des négociations avec le gouvernement centrafricain, certains ont créé leur propre mouvement de défense à Bangui. Une initiative qui ne fait pas l'unanimié.

C’est une nouvelle démonstration de force. Alors que des négociations doivent s’ouvrir au Gabon ce mardi 8 janvier, les rebelles du Séléka ont pris, le 4 janvier, deux nouvelles villes Alindao et Kouango au centre du pays. 

Reportage aux côtés des jeunes patriotes centrafricains à Bangui

Mais d’après le premier ministre centrafricain, Faustin-Archange Touadéra, lesdites négociations ne sont pas mises en péril par cette nouvelle avancée du Séléka. "Le président de la République, le gouvernement, nous sommes en train de travailler aujourd'hui pour nous préparer à la rencontre de Libreville parce que nous voulons la paix dans notre pays. Nous voulons une République centrafricaine unie derrière ses dirigeants", a-t-il déclaré lors d’une manifestation pour la paix.

 

En attendant, la situation en Centrafrique continue de se détériorer jour après jour. Signe que l’anarchie s’installe progressivement, un couvre-feu vient d’être instauré pour limiter les débordements. Mais à Bangui, certains ont décidé de s’unir afin de sécuriser la ville par eux-mêmes. Ils se font appeler les jeunes patriotes centrafricains.

Les rebelles à 12 km de Damara

Les rebelles centrafricains de la Séléka sont à 12 kilomètres de Damara, une ville située à 75 km au nord de Bangui considérée comme le dernier verrou protégeant la capitale et où est stationnée la force d'interposition d'Afrique centrale, a déclaré à l'AFP le ministre de l'Administration territoriale Josué Binoua.

Par ailleurs, le président François Bozizé a reçu le renfort d'un important contingent de soldats sud-africains. Le contingent, composé de 200 militaires "bien équipés", est basé non loin de la résidence du président, selon une source militaire.

Bien décidés à inscrire leur mouvement dans la durée, les jeunes patriotes centrafricains disent n’utiliser ni armes ni machettes. "Notre seule présence suffit, notre arme c’est notre propre barrière", affirme l’un d’entre eux depuis leur QG de fortune installé dans une paillote au cœur du quartier de Boyrabé. Leur but : débusquer "les complices de notre ennemi juré qui est le Séléka." 

Malgré leur volonté affichée de défendre la population, selon notre correspondante RFI pour FRANCE 24, des témoins accusent les jeunes patriotes d’être armés et de profiter de la situation pour les racketter. "Nous allons mettre en place des comités de vigilance dans les quartiers et alléger le dispositif de nos barrières car nous pensons que les choses vont revenir à la normale progressivement", défend toutefois le leader du mouvement qui, lui aussi, attend beaucoup des négociations de Libreville. 

La situation centrafricaine est d’autant plus urgente que les conditions sanitaires se dégradent et les menaces de pénurie commencent à planer, particulièrement dans les villes du centre du pays.

 

Première publication : 06/01/2013

  • CENTRAFRIQUE

    Les rebelles centrafricains poursuivent leur avancée

    En savoir plus

  • CENTRAFRIQUE

    La Force multinationale sécurise Damara, dernier rempart contre les rebelles

    En savoir plus

  • CENTRAFRIQUE

    La rébellion du Séléka suspend son offensive et accepte le dialogue

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)