Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Le recyclage devient high-tech

En savoir plus

SUR LE NET

La guerre au Proche-Orient attise la Toile

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'invité: Colonel Badjeck, porte-parole du ministère de la défense camerounais

En savoir plus

MODE

Paris, Haute Couture automne-hiver 2014-2015.

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Vers une offensive terrestre sur Gaza ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

  • À Vienne, les négociations sur le nucléaire iranien teintées de pessimisme

    En savoir plus

  • Les Brésiliens, supporters malgré eux, de leurs bourreaux allemands

    En savoir plus

  • Gaza : des frappes israéliennes "sans précédent" depuis le début du conflit

    En savoir plus

  • La Russie menace l'Ukraine "de conséquences irréversibles"

    En savoir plus

  • Alejandro Sabella, un "Mister Nobody" au sommet du foot argentin

    En savoir plus

  • Sahara occidental : le torchon brûle entre Rabat et Alger

    En savoir plus

  • Nigeria : le chef de Boko Haram soutient al-Baghdadi, le "calife" de l'EIIL

    En savoir plus

  • Fin de Serval au Mali, lancement de l’opération "Barkhane" au Sahel

    En savoir plus

  • Combats entre milices libyennes autour de l'aéroport de Tripoli

    En savoir plus

  • Nouvelle humiliation pour le Brésil battu par les Pays-Bas (3-0)

    En savoir plus

  • "Wissous plage" : l’interdiction du port du voile suspendue par la justice

    En savoir plus

  • Après une opération commando à Gaza, Tsahal intensifie ses frappes

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : les candidats s'accordent sur un audit des votes

    En savoir plus

  • "Boules puantes" et règlements de compte : la débandade de l’UMP

    En savoir plus

  • Au Caire, juifs, chrétiens et musulmans célèbrent ensemble la rupture du jeûne

    En savoir plus

  • Vidéo : à Casablanca, trois immeubles s'effondrent sur leurs habitants

    En savoir plus

  • Tour de France 2014 : le Français Blel Kadri remporte la 8e étape

    En savoir plus

  • Décès de Tommy Ramone, le dernier survivant des Ramones

    En savoir plus

  • En mal de soutien, Vladimir Poutine rencontre Fidel Castro à Cuba

    En savoir plus

  • Brève alerte au tsunami après un fort séisme au Japon

    En savoir plus

Moyen-orient

Bachar al-Assad propose une "solution politique", l'opposition la rejette

© AFP

Vidéo par Antoine MARIOTTI

Texte par FRANCE 24 avec dépêches

Dernière modification : 07/01/2013

Le président Bachar al-Assad a dévoilé, dimanche, lors d'un rare discours, une "solution politique" pour mettre fin à la guerre civile en Syrie. Une initiative rejetée par ses opposants qui y voient un nouveau subterfuge du pouvoir.

La Coalition de l'opposition syrienne a rejeté dimanche la "solution politique" proposée par Bachar al-Assad lors d'un rare discours du président syrien. Cette initiative, comprenant notamment une conférence de réconciliation excluant "ceux qui ont trahi la Syrie", ne fait que "recycler" des propositions déjà rejetées par ses adversaires depuis le début du soulèvement armé (mars 2011), estime la Coalition nationale syrienne (CNS).

Réaction des Syriens après le discours de Assad

"Jamais nous n'accepterons de dialoguer avec lui", a d'ailleurs affirmé Monzer Makhous, l'ambassadeur du CNS, sur FRANCE 24.

Une réaction ferme suivie à l'unisson par le CNS. "Nous avons dit, lors de la formation de la Coalition, que nous souhaitions une solution politique, mais l'objectif pour les Syriens est de le sortir (du pays) et ils ont déjà perdu pour cela plus de 60 000 martyrs ", a déclaré à l'AFP le porte-parole de la Coalition, Walid al-Bounni, joint par téléphone. "Ils n'ont pas fait tous ces sacrifices pour permettre le maintien du régime tyrannique".

M. Bounni a encore accusé M. Assad "d'écarter toute possibilité de dialogue avec les forces révolutionnaires. (...) Il veut dialoguer avec des interlocuteurs qu'il a choisis et refuse toute initiative reprenant les aspirations du peuple syrien et conduisant au final à son départ et au démantèlement de son régime".

"Le plan d'Assad est "déconnecté de la réalité" (Washington)

La solution politique exposée ce dimanche par Bachar al-Assad pour sortir la Syrie de la guerre civile est "déconnectée de la réalité", a affirmé le département d'Etat américain, appelant à la démission du président syrien.

Le discours de M. Assad "est une nouvelle tentative du régime pour s'accrocher au pouvoir et ne fait rien pour faire avancer le but du peuple syrien vers une transition politique. Son initiative est déconnectée de la réalité", a affirmé, dans un communiqué, la porte-parole de la diplomatie américaine, Victoria Nuland

Pour lui, M. Assad n'acceptera "aucune initiative qui ne garantit pas la stabilité de son régime et ne prévoit pas qu'il conserve le contrôle de la Syrie".

M. Bounni a, en outre, estimé que le discours de M. Assad s'adressait principalement "à la communauté internationale car il est clair qu'il y a de véritables efforts (au niveau international) pour aboutir à une solution politique reprenant les exigences du peuple syrien (qui souhaite) la fin de la tyrannie et, à sa tête, le régime du clan Assad".

D'autre part, "le régime n'est pas en mesure d'entrer dans des zones (tenues par les rebelles, NDLR) distantes de quelques kilomètres de Damas (...) et il envoie un message", avec ce discours, à ses partisans "qui souffrent désormais", selon M. Bounni, car ils redoutent la chute proche du régime.

Dans un communiqué, la Coalition a ensuite estimé que ce discours, prononcé "au moment même où ses milices commettent des massacres contre des civils", "confirme l'incompétence de Bachar al-Assad" et montre qu'il est "incapable d'initier une solution politique" assurant "une sortie avec un minimum de pertes à son régime".

Et cela, "parce qu'il ne s'imagine pas (...) autrement qu'au pouvoir, même s'il est rejeté par son peuple et ses alliés traditionnels".

"Le peuple syrien, l'Armée syrienne libre (ASL, rebelles), le mouvement révolutionnaire et les forces civiles répondront en resserrant encore plus les rangs et en libérant le territoire syrien toujours occupé (...) jusqu'à l'effondrement total du régime", a ajouté le CNS.

La Coalition a, de son côté, posé comme condition sine qua non à tout dialogue le départ du chef d'Etat contesté depuis près de deux ans.

FRANCE 24 avec dépêches


Première publication : 06/01/2013

  • SYRIE

    Bachar al-Assad refuse de discuter avec les "marionnettes de l'Occident"

    En savoir plus

  • SYRIE

    Syrie : plus de 60 000 morts en 21 mois de conflit, selon les Nations unies

    En savoir plus

  • SYRIE

    En Syrie, l'effondrement de l'économie menace

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)