Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

France - migrants illégaux : l'impasse calaisienne

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : l'Iran réaffirme son soutien à l'Irak : à quel prix ?

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Entretien exclusif avec José Manuel Barroso, président de la Commission européenne

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Magic in the moonlight" : la magie opère dans le dernier Woody Allen

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Total, premier groupe pétrolier en Afrique, a perdu son PDG Christophe de Margerie

En savoir plus

FACE À FACE

Martine Aubry, la gauche et ses frondeurs

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Ces étrangers qui partent combattre avec les Kurdes en Irak et en Syrie

En savoir plus

DÉBAT

La sentence de Pistorius est-elle "satisfaisante" ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Prisonnier Pistorius"

En savoir plus

Moyen-orient

Ankara ouvre le dialogue avec le chef du PKK en détention

Texte par FRANCE 24 avec dépêches

Dernière modification : 07/01/2013

La Turquie a entamé un dialogue avec Abdullah Öcalan, le chef du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) en détention. Ankara souhaite mettre fin à un conflit armé vieux de plus de 30 ans.

Pour la première fois depuis son incarcération il y a 13 ans, le chef du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), Abdullah Öcalan, a rencontré des membres de sa famille et ses avocats et a pu recevoir jeudi 3 janvier la visite de deux députés du principal parti pro-kurde BDP (Parti pour la paix et la démocratie). L’un d’eux n’est autre qu'Ahmet Türk, un ancien compagnon de route d'Öcalan et figure modérée du militantisme kurde.

À l’origine de cette initiative historique, le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan. Il a en outre révélé que des discussions entre Öcalan, qui purge une peine de prison à vie sur l’île d’Imrali dans le nord-ouest de la Turquie, et les services secrets turcs sont en cours depuis fin décembre. Objectif : le désarmement des milliers de rebelles du PKK qui luttent contre les forces d'Ankara depuis 1984.

À l’issue de sa rencontre avec Abdullah Öcalan, Ahmet Türk s’est montré optimiste. "J’ai vraiment de l’espoir", a-t-il confié à ses proches selon les journaux. Contacté par l’AFP, son parti, le BDP, a qualifié la rencontre de positive.

Pervin Buldan, figure influente du BDP, s'est déclarée pour sa part convaincue que ce dialogue aura une issue favorable pour mettre fin aux combats entre les forces turques et le mouvement kurde dans le sud-est majoritairement kurde de la Turquie. "Je pense que ces pourparlers vont continuer sur une voie très positive", a-t-elle dit à la presse.

"L'abandon des armes n'est pas suffisant"

Pour l’heure, l'optimisme domine en Turquie quant à l’initiative du gouvernement islamo-conservateur pour en terminer avec les violences qui ont fait plus de 45 000 morts. "L’atmosphère est positive", relève ainsi dans son éditorial Murat Yetkin, rédacteur en chef du quotidien "Hurriyet", qui observe que l’optimisme qui prévaut dans la classe politique est également présent au sein des médias.

Mais l’issue des négociations reste pour le moins incertaine. Le gouvernement turc avait déjà tenté en 2009 une précédente négociation avec des dirigeants du PKK, qui fut un un échec. Yalçin Akdogan, conseiller politique du chef du gouvernement turc, a admis qu'Öcalan était incontournable dans ce dossier, mais a émis un doute quant à son influence sur les 2 000 militants retranchés dans la montagne irakienne.

"Il faut voir comment Qandil, localité du nord de l’Irak où se trouve le commandement du PKK, va réagir à ce processus", a-t-il récemment déclaré. Par le passé, ce dernier s’était déjà écarté des conseils d’Öcalan au profit d’une ligne plus dure.

Reste que selon les observateurs, même si le PKK décidait de renoncer aux armes, cela ne suffirait pas à résoudre le problème de la minorité kurde vivant en Turquie. La communauté kurde, qui représente 10 à 12 millions de personnes sur une population de 74 millions, attend des mesures politiques en sa faveur.

"L'abandon des armes est nécessaire pour résoudre la question kurde mais n'est pas une condition suffisante", estime ainsi le politologue Fuat Keyman de l'université stambouliote Sabanci, cité par l’AFP. Comme nombre d'analystes, il répète que le problème ne pourra être résolu qu'en accordant aux Kurdes leur "identité politique et démocratique" au sein d'une société leur reconnaissant pleinement ces droits.

FRANCE 24 avec dépêches
 

Première publication : 07/01/2013

  • FRANCE

    Les Kurdes de France victimes d'un "amalgame ethnique" avec le PKK ?

    En savoir plus

  • TURQUIE

    Près de 30 morts dans des heurts entre Kurdes du PKK et soldats turcs

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)