Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

A Gaza, Israël et le Hamas revendiquent la victoire

En savoir plus

DÉBAT

Cessez-le-feu Israël - Hamas : un espoir pour la paix ?

En savoir plus

DÉBAT

Manuel Valls: le Premier ministre en opération séduction

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

La French Touch, avec le chef Thierry Marx et le mathématicien Cédric Villani

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Cameroun : la famille d'Albert Ebossé pleure le joueur tué en Algérie

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Immigration : 170 corps retrouvés près des côtes libyennes

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Coup d’envoi de la 71ème Mostra de Venise

En savoir plus

SUR LE NET

Après "l'Ice Bucket Challenge", place au "Rice Bucket Challenge"

En savoir plus

FOCUS

Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

En savoir plus

  • La déclaration d'amour de Valls aux entreprises françaises

    En savoir plus

  • Bloquer l'avancée de l'EI, le casse-tête d'Obama

    En savoir plus

  • Le "califat" de Boko Haram : "Un simple coup médiatique"

    En savoir plus

  • Samuel Eto’o met un terme à sa carrière internationale avec le Cameroun

    En savoir plus

  • Cessez-le-feu à Gaza : qui d'Israël ou du Hamas sort vainqueur ?

    En savoir plus

  • Macron vs Montebourg : deux styles opposés mais une même politique ?

    En savoir plus

  • Ronaldo, Robben, Neuer : qui sera sacré joueur européen de l'année ?

    En savoir plus

  • Zara retire de la vente une marinière flanquée d'une étoile jaune

    En savoir plus

  • Affaire Tapie : Christine Lagarde mise en examen pour "négligence"

    En savoir plus

  • France : le chômage atteint un nouveau record en juillet

    En savoir plus

  • Un rapport de l’ONU accuse Damas et l’EI de crimes contre l’humanité

    En savoir plus

  • Ebola : le Liberia sanctionne ses ministres réfugiés à l'étranger

    En savoir plus

  • Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

    En savoir plus

  • Theo Curtis, ex-otage américain en Syrie, est arrivé aux États-Unis

    En savoir plus

  • Syrie : l'unique passage menant au Golan tombe aux mains des rebelles

    En savoir plus

Economie

Le Comité de Bâle assouplit les règles de liquidités des banques

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 07/01/2013

Cette autorité de règlementation des banques internationales a décidé dimanche d'assouplir les règles concernant l'adoption du ratio de liquidité à un mois (LCR), notamment pour ne pas freiner le crédit.

C'est ce qui s'appelle revoir sa copie. Le Comité de Bâle, autorité de règlementation des banques internationales, a accepté dimanche d'assouplir les règles de liquidités auxquelles les établissements bancaires seront soumis à partir de 2015. L'objectif est de faire face aux éventuelles grandes crises.

Le Comité de Bâle a ainsi entendu les critiques du secteur qui reprochait à la réforme de placer la barre trop haut. Désormais, la définition du ratio de couverture de liquidité, qui doit permettre aux établissements bancaires de faire face à une période de crise aiguë pendant 30 jours, est élargie.

La base des actifs qui pourront entrer en compte inclut désormais des obligations, des actions et certains types d'emprunts hypothécaires.

Une décision "unanime"

Dans sa mouture initiale, le projet s'appuyait sur des actifs beaucoup plus stricts, tels que les liquidités ou les emprunts d'État.

Le calendrier d'application de ce ratio a par ailleurs été rééchelonné. Comme prévu, ce ratio entrera en vigueur le 1er janvier 2015. Mais, à cette date, les banques ne devront néanmoins réunir que 60 % des montants initialement requis.

Le matelas de liquidités pourra alors être graduellement augmenté à hauteur de 10 % par an pour atteindre 100 % à l'horizon 2019.

"Cette décision a été adoptée de manière unanime aujourd'hui", s'est félicité Mervyn King, le gouverneur de la Banque d'Angleterre, qui préside le comité des gouverneurs et des régulateurs, lors d'une conférence de presse.

Ces ajustements ont nécessité plus d'une année de travail en raison du niveau de détail nécessaire pour parvenir à un accord sur un ratio qui puisse être mis en œuvre de "manière réaliste", a-t-il précisé.

"Cela valait d'y passer le temps nécessaire pour que cela soit juste car c'est un accord qui va affecter les banques pour un certain nombre d'années", a-t-il précisé.

Le détail des dispositions adoptées par le comité de Bâle sera publié lundi.

Le Comité de Bâle, qui regroupe le comité de contrôle bancaire, le groupe des gouverneurs et de régulateurs, cherche à améliorer la liquidité des banques pour leur permettre de faire face à d'importantes sorties de fonds en période de crise.

La réforme, qui s'est profilée à la suite de la faillite de l'établissement américain Lehman Brothers, avait cependant suscité de vives critiques dans les milieux financiers, dans la mesure où celle-ci augmentait significativement les besoins de liquidités des banques.

Une réponse aux inquiétudes du FMI

Dans un rapport publié en avril, le Fonds monétaire international (FMI) avait estimé que l'application de ce ratio pourrait se traduire par un doublement de la demande d'actifs sans risque qui aurait pu passer de 2 000 à 4 000 milliards de dollars au niveau mondial.

Les critiques avaient cependant été encore plus vives à l'encontre d'un second ratio, le Net Stable Funding Ratio (NSFR), qui doit entrer en vigueur en 2018.

Ce second ratio imposera à chaque banque de détenir des actifs permettant de faire face à une crise spécifique à l'établissement pendant un an.

De nombreux banquiers ont cependant fait valoir que le niveau d'exigences les empêchera de faire leur métier en limitant drastiquement les fonds qu'ils pourront mettre à disposition pour accorder des prêts.

Stefan Ingves, le gouverneur de la Banque centrale de Suède qui préside le Comité de Bâle, a néanmoins souligné que l'avancée sur le ratio de couverture de liquidité va permettre au Comité de Bâle de se concentrer désormais sur ce dossier.

"L'achèvement de ces travaux va permettre au Comité de Bâle de tourner son attention sur l'affinement de l'autre composant des nouveaux standards de liquidités, le ratio net de financement stable", a-t-il déclaré.
 

FRANCE 24 avec dépêches

Première publication : 07/01/2013

  • SUISSE

    La plus vieille banque suisse cesse d'exister

    En savoir plus

  • UNION EUROPÉENNE

    Renforcement de la zone euro : les Européens revoient leur ambition à la baisse

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)