Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Mort d'un patron baroque"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Christophe de Margerie, entre hommages et polémiques

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : le Nigeria n'est plus touché par l'épidémie

En savoir plus

FOCUS

Londres, capitale des ultra-riches

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

France - Allemagne : vers un accord sur l'investissement

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Le groupe Total frappé au coeur par le décès de son PDG

En savoir plus

SUR LE NET

États-Unis : des costumes "Ebola" pour Halloween critiqués en ligne

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Ce que veut la Turquie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les yeux doux d'Angela Merkel"

En savoir plus

Economie

Le Comité de Bâle assouplit les règles de liquidités des banques

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 07/01/2013

Cette autorité de règlementation des banques internationales a décidé dimanche d'assouplir les règles concernant l'adoption du ratio de liquidité à un mois (LCR), notamment pour ne pas freiner le crédit.

C'est ce qui s'appelle revoir sa copie. Le Comité de Bâle, autorité de règlementation des banques internationales, a accepté dimanche d'assouplir les règles de liquidités auxquelles les établissements bancaires seront soumis à partir de 2015. L'objectif est de faire face aux éventuelles grandes crises.

Le Comité de Bâle a ainsi entendu les critiques du secteur qui reprochait à la réforme de placer la barre trop haut. Désormais, la définition du ratio de couverture de liquidité, qui doit permettre aux établissements bancaires de faire face à une période de crise aiguë pendant 30 jours, est élargie.

La base des actifs qui pourront entrer en compte inclut désormais des obligations, des actions et certains types d'emprunts hypothécaires.

Une décision "unanime"

Dans sa mouture initiale, le projet s'appuyait sur des actifs beaucoup plus stricts, tels que les liquidités ou les emprunts d'État.

Le calendrier d'application de ce ratio a par ailleurs été rééchelonné. Comme prévu, ce ratio entrera en vigueur le 1er janvier 2015. Mais, à cette date, les banques ne devront néanmoins réunir que 60 % des montants initialement requis.

Le matelas de liquidités pourra alors être graduellement augmenté à hauteur de 10 % par an pour atteindre 100 % à l'horizon 2019.

"Cette décision a été adoptée de manière unanime aujourd'hui", s'est félicité Mervyn King, le gouverneur de la Banque d'Angleterre, qui préside le comité des gouverneurs et des régulateurs, lors d'une conférence de presse.

Ces ajustements ont nécessité plus d'une année de travail en raison du niveau de détail nécessaire pour parvenir à un accord sur un ratio qui puisse être mis en œuvre de "manière réaliste", a-t-il précisé.

"Cela valait d'y passer le temps nécessaire pour que cela soit juste car c'est un accord qui va affecter les banques pour un certain nombre d'années", a-t-il précisé.

Le détail des dispositions adoptées par le comité de Bâle sera publié lundi.

Le Comité de Bâle, qui regroupe le comité de contrôle bancaire, le groupe des gouverneurs et de régulateurs, cherche à améliorer la liquidité des banques pour leur permettre de faire face à d'importantes sorties de fonds en période de crise.

La réforme, qui s'est profilée à la suite de la faillite de l'établissement américain Lehman Brothers, avait cependant suscité de vives critiques dans les milieux financiers, dans la mesure où celle-ci augmentait significativement les besoins de liquidités des banques.

Une réponse aux inquiétudes du FMI

Dans un rapport publié en avril, le Fonds monétaire international (FMI) avait estimé que l'application de ce ratio pourrait se traduire par un doublement de la demande d'actifs sans risque qui aurait pu passer de 2 000 à 4 000 milliards de dollars au niveau mondial.

Les critiques avaient cependant été encore plus vives à l'encontre d'un second ratio, le Net Stable Funding Ratio (NSFR), qui doit entrer en vigueur en 2018.

Ce second ratio imposera à chaque banque de détenir des actifs permettant de faire face à une crise spécifique à l'établissement pendant un an.

De nombreux banquiers ont cependant fait valoir que le niveau d'exigences les empêchera de faire leur métier en limitant drastiquement les fonds qu'ils pourront mettre à disposition pour accorder des prêts.

Stefan Ingves, le gouverneur de la Banque centrale de Suède qui préside le Comité de Bâle, a néanmoins souligné que l'avancée sur le ratio de couverture de liquidité va permettre au Comité de Bâle de se concentrer désormais sur ce dossier.

"L'achèvement de ces travaux va permettre au Comité de Bâle de tourner son attention sur l'affinement de l'autre composant des nouveaux standards de liquidités, le ratio net de financement stable", a-t-il déclaré.
 

FRANCE 24 avec dépêches

Première publication : 07/01/2013

  • SUISSE

    La plus vieille banque suisse cesse d'exister

    En savoir plus

  • UNION EUROPÉENNE

    Renforcement de la zone euro : les Européens revoient leur ambition à la baisse

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)