Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

ICI L'EUROPE

Grèce, Allemagne, Espagne… L'Agriculture européenne réformée

En savoir plus

ICI L'EUROPE

La France, principale bénéficiaire de la PAC

En savoir plus

FOCUS

Chine : vers de meilleures conditions pour les travailleurs migrants de Pékin

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Vieux Farka Touré, le blues du désert

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Islamisme radical, comment prévenir et guérir ?

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Michel Barnier : "Le grignotage de l’Ukraine n’est pas acceptable"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Francis Collomp, ancien otage au Nigeria, raconte son évasion

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Charlie Hebdo, "c'est reparti"... comme avant ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Syrie : Assad, interlocuteur incontournable ?

En savoir plus

Economie

Le dépôt de bilan de Virgin en discussion

Texte par Charlotte OBERTI

Dernière modification : 07/01/2013

Une réunion consacrée au projet de dépôt de bilan du distributeur de biens culturels Virgin Megastore s’est ouverte lundi, à Paris. Criblé de dettes, le groupe craint la liquidation.

"Sérénité et détermination." Les syndicats de l’enseigne Virgin Megastore, menacée par une cessation de paiement, affichaient un état d’esprit combatif, ce lundi, peu avant l’ouverture, à Paris, du comité d'entreprise (CE) extraordinaire consacré au projet de dépôt de bilan du distributeur de biens culturels.

"[La direction va] justifier le trou (dans les finances du groupe) et nous, on va vouloir comprendre pourquoi on en est arrivé à cette situation", a expliqué Ahcene Bouzit, délégué syndical FO, précisant que "si le CE refuse de donner un avis et motive sa non réponse, la direction ne peut pas se rendre devant le juge" pour déclarer le dépôt de bilan.

Du côté de la CGT, on se veut confiant. "On va étudier les documents de la direction. Nous, on croit tout à fait à la viabilité de l'entreprise sur la définition d'un nouveau projet", a indiqué à l’AFP Guy Olharan. Ce nouveau projet pourrait ressembler, selon Loïc Delacourt, élu CFE-CGC, à la mutation de Virgin en un vendeur "multicanal", c’est-à-dire couplant les achats en ligne et la vente en magasin. "Rien n'est trop tard. On est super motivés", a-t-il souligné.

Une concurrence redoutable

Comme d'autres distributeurs spécialisés tel que la Fnac, Virgin est victime de l’essor des marchés "virtuels" du disque et du DVD, comme le site Amazon, le ténor du marché, ou iTunes, la plateforme d’Apple.

Criblée de dettes, acculée par les retards de paiement, Virgin, propriétaire de 26 magasins en France, voit se profiler un avenir sombre. Symptôme criant du mal être de l’entreprise : le bail de l’emblématique Virgin des Champs-Élysées - dont le chiffre d’affaires représente 20 % du total des bénéfices du groupe - est désormais trop élevé et Virgin envisagerait de le céder. Ces deux dernières années, la société s’est déjà délestée de 200 salariés après avoir procédé à des fermetures de magasins. En cas de liquidation de l'entreprise, 1 000 salariés se retrouveraient sur le carreau.
 

Avec dépêches

Première publication : 07/01/2013

  • DISTRIBUTION

    Les magasins Virgin vont déposer le bilan

    En savoir plus

  • FRANCE

    Distribution : PPR se prépare à lâcher la Fnac

    En savoir plus

  • CONSOMMATION

    La grande distribution divisée face au constat d'Unilever d'un "retour de la pauvreté en Europe"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)