Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Le F-35 grand absent de Farnborough

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Collectif"

En savoir plus

SUR LE NET

Le recyclage devient high-tech

En savoir plus

SUR LE NET

La guerre au Proche-Orient attise la Toile

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'invité: Colonel Badjeck, porte-parole du ministère de la défense camerounais

En savoir plus

MODE

Paris, Haute Couture automne-hiver 2014-2015.

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Vers une offensive terrestre sur Gaza ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

  • En direct : le défilé du 14-Juillet sur les Champs Élysées

    En savoir plus

  • EN IMAGES : les meilleurs moments du Mondial

    En savoir plus

  • À Paris, un rassemblement pro-palestinien entaché de heurts

    En savoir plus

  • L'Allemagne est championne du monde pour la 4e fois de son histoire

    En savoir plus

  • Scènes de liesse à Berlin, tristesse et violences à Buenos Aires

    En savoir plus

  • Les civils fuient leurs habitations dans le nord de la bande de Gaza

    En savoir plus

  • À Vienne, les négociations sur le nucléaire iranien teintées de pessimisme

    En savoir plus

  • La Russie menace l'Ukraine "de conséquences irréversibles"

    En savoir plus

  • Tour de France 2014 : Tony Gallopin endosse le premier maillot jaune français

    En savoir plus

  • Sahara occidental : le torchon brûle entre Rabat et Alger

    En savoir plus

  • Nigeria : le chef de Boko Haram soutient al-Baghdadi, le "calife" de l'EIIL

    En savoir plus

  • Fin de Serval au Mali, lancement de l’opération "Barkhane" au Sahel

    En savoir plus

  • Combats entre milices libyennes autour de l'aéroport de Tripoli

    En savoir plus

  • Décès du célèbre chef d’orchestre américain Lorin Maazel

    En savoir plus

  • Nouvelle humiliation pour le Brésil battu par les Pays-Bas (3-0)

    En savoir plus

  • "Wissous plage" : l’interdiction du port du voile suspendue par la justice

    En savoir plus

  • Après une opération commando à Gaza, Tsahal intensifie ses frappes

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : les candidats s'accordent sur un audit des votes

    En savoir plus

  • "Boules puantes" et règlements de compte : la débandade de l’UMP

    En savoir plus

FRANCE

Les meurtriers du fils du président tchadien Brahim Déby de nouveau devant la justice

© AFP

Texte par Charlotte OBERTI

Dernière modification : 08/01/2013

Le procès en appel pour le meurtre en 2007 de Brahim Déby, fils du président tchadien, s’est ouvert lundi à Versailles. Retour sur la vie écourtée d’un privilégié ulta-riche et au tempérament violent.

On prend les mêmes et on recommence. Le procès en appel pour le meurtre du fils du président tchadien, Brahim Déby, à Courbevoie, en 2007, s’est ouvert pour deux semaines lundi 7 janvier devant le Tribunal de grande instance de Versailles. Quatre personnes, dont un proche de la victime, avaient été condamnées en 2011 à des peines allant de 5 à 13 ans de réclusion pour "vol avec violence ayant entraîné la mort sans intention de la donner" et "complicité". Une cinquième avait été acquittée. Pour le parquet général, qui avait fait appel du verdict, les sentences prononcées alors n’étaient pas assez lourdes.

Le 2 juillet 2007, le fils aîné du président tchadien Idriss Déby avait été mortellement agressé au pistolet à impulsion électrique - aussi appelé "Taser" - par quatre hommes dans le parking de sa résidence à Courbevoie, en banlieue parisienne. Brahim Déby, ivre et drogué, est mort asphyxié après que ses agresseurs l’ont aspergé de poudre d'extincteur. Les auteurs du crime ont également fouillé l’appartement de la victime à la recherche d’argent, en vain. La somme de 50 000 euros a néanmoins été dérobée dans les poches du fils Déby.

Train de vie dispendieux

À 27 ans, le Tchadien était riche et ne s’en cachait pas. Champagne à flots, rails de cocaïne et belles filles : ses soirées rimaient avec faste. La veille de sa mort, le fils de président avait dépensé 20 000 euros dans des boîtes de nuit et des restaurants parisiens.

Ses vacances, c’est dans une villa de luxe à Saint-Tropez, louée 40 000 euros la semaine, qu’il les passait. Une vie à l’image du clan Déby. Fin décembre 2012, une vidéo tournée lors de la cérémonie de mariage en 2011 d’un autre fils du président tchadien, Adam Déby, avait fuité sur Internet. Témoignant d’une fête fastueuse, les images avaient choqué au Tchad, pays au taux de pauvreté élevé.

À peu près à la même époque, Adam Déby témoignait lors du premier procès pour le meurtre de son grand frère : "Tout le monde était intéressé par son argent et puis il était très généreux". Et d’ajouter : "Beaucoup voyaient en mon frère le (futur) président du Tchad".

Disgrâce du père et démêlés avec la justice

Pourtant, le "petit président", d’un tempérament violent et imprévisible, était tombé en disgrâce alors qu’il vivait encore au Tchad. Diplômé en gestion, il avait été rétrogradé du poste de secrétaire particulier d’Idriss Déby à celui de conseiller technique à l’aménagement du territoire, après avoir été remplacé par la nouvelle épouse de son père. Un camouflet qu’il avait mal encaissé.

"Il était imbu de sa personne et tenait des propos sexuels et désobligeants sur les femmes", avait raconté, lors du premier procès Sabrina, une jeune femme qui accompagnait la victime lors de sa dernière soirée.

En France, Brahim Déby était connu des services de police, notamment pour des affaires de trafic de stupéfiants. En juin 2006, il avait été condamné à six mois de prison avec sursis par le tribunal correctionnel de Paris, après avoir été surpris en possession d’une arme à la sortie d’une boîte de nuit branchée des Champs-Élysées. Ce faux pas n’avait pas été toléré par le président tchadien. Ce dernier avait mis fin aux fonctions de son fils aîné, qui s’était reconverti en businessman, faisant office d’intermédiaire entre hommes d’affaires français et tchadiens.

Première publication : 07/01/2013

  • PRÉSIDENTIELLE TCHADIENNE

    Idriss Déby Itno réélu sans surprise dès le premier tour avec plus de 88 % des voix

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)