Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande, un président en campagne

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Année noire pour le tourisme en Turquie

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Après neuf ans de travaux, le canal de Panama prêt à accueillir des navires géants

En savoir plus

LE DÉBAT

Sommet européen : les Vingt-Sept préparent l'après-Brexit (partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Sommet européen : les Vingt-Sept préparent l'après-Brexit (partie 1)

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Erdogan et l'effet boomerang"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les électeurs britanniques ne sont pas tous des vieux cons racistes"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

#PrayForIstanbul : le spectre de Daech

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Mali, 2 500 hommes vont renforcer le contingent de la mission de l'ONU

En savoir plus

Economie

Le patron de Google et un ex-diplomate en visite à Pyongyang

© AFP | Eric Schmidt, patron de Google

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 07/01/2013

L'ancien diplomate américain Bill Richardson a réaffirmé que son déplacement, lundi, dans la capitale nord-coréenne aux côtés du patron de Google, Eric Schmidt (photo), n'avait aucun caractère officiel.

L'ancien diplomate américain Bill Richardson n'en finit plus de se justifier. Attendu lundi 7 janvier, avec le patron de Google Eric Schmidt, en Corée du Nord, il a de nouveau affirmé que son déplacement était "indépendante du gouvernement américain".

"Il s'agit d'une mission humanitaire privée, indépendante du gouvernement américain", a-t-il déclaré aux journalistes, après que le département d'État américain a émis de sérieuses réticences sur ce voyage.

"Nous resterons à Pyongyang probablement deux jours et demi. Il se pourrait qu'on sorte de la ville. On le saura à notre arrivée", a ajouté Bill Richardson, un ancien ambassadeur américain auprès des Nations unies, juste avant de prendre son vol vers Pyongyang.

"Ce n'est pas un déplacement de Google. Il s'intéresse aux affaires étrangères, c'est un ami et j'ai jugé important d'élargir la portée de notre visite avec la présence d'Eric et d'autres membres de nos équipes" a également dit Bill Richardson.

Le département d'État réservé

L'ancien gouverneur du Nouveau-Mexique (sud-ouest des États-Unis), est familier de la Corée du Nord pour y avoir négocié la libération de plusieurs ressortissants américains depuis une vingtaine d'années.

Au cours de cette visite, l'ancien diplomate veut ainsi évoquer avec les autorités nord-coréennes le cas d'un Américain d'origine coréenne, Kenneth Bae, arrêté par Pyongyang depuis le mois dernier.

Le département d'État a émis, jeudi, de sérieuses réserves sur le bien-fondé de sa visite en Corée du Nord. "Honnêtement, nous ne pensons pas que le calendrier [de cette visite] soit particulièrement constructif", avait déclaré la porte-parole, Victoria Nuland.

Bill Richardson donnera une conférence de presse jeudi à Pékin, selon son bureau.

France 24 avec dépêches

Première publication : 07/01/2013

  • CORÉE DU NORD

    Kim Jong-un prône la fin de la confrontation avec la Corée du Sud

    En savoir plus

  • CORÉE DU NORD

    Les Nord-Coréens rendent hommage à Kim Jong-il, un an après sa mort

    En savoir plus

  • INTERNET

    Google sort gagnant de son face-à-face avec l'Autorité américaine de la concurrence

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)