Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle algérienne: Abdelaziz Bouteflika vote en fauteuil roulant

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Bouteflika dans un fauteuil

En savoir plus

DÉBAT

Présidentielle en Algérie : un vote, quels changements ? (Partie 1)

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Guillaume Poitrinal, co-président du conseil de la simplification

En savoir plus

FOCUS

Bitcoin, une révolution monétaire?

En savoir plus

SUR LE NET

Nigeria : les internautes mobilisés contre les violences

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sur les traces d'Agatha Christie : l'Orient Express fait escale à Paris

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Mansouria Mokhefi, spécialiste de l’Algérie

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... le pays inquiet (partie 1)

En savoir plus

  • Le camp Bouteflika crie victoire, l'opposant Ali Benflis dénonce des fraudes

    En savoir plus

  • Mort de Gabriel Garcia Marquez, géant de la littérature sud-américaine

    En savoir plus

  • Cinq humanitaires maliens libérés par des troupes françaises

    En savoir plus

  • À Genève, un accord commun conclu pour une issue à la crise ukrainienne

    En savoir plus

  • En images : un condamné à mort iranien gracié par la mère de sa victime

    En savoir plus

  • Les oranges de Floride victimes d'une bactérie, le prix du jus s'envole

    En savoir plus

  • Un conseiller de François Hollande épinglé pour ses conflits d'intérêts

    En savoir plus

  • Le 67e Festival de Cannes signe le retour de Jean-Luc Godard

    En savoir plus

  • La justice sénégalaise décide du maintien de Karim Wade en détention

    En savoir plus

  • En images : mince espoir de retrouver des survivants du ferry en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Étape cruciale des élections législatives en Inde

    En savoir plus

  • Coupe du Roi : le Real Madrid enfonce le FC Barcelone

    En savoir plus

  • Jacques Servier, le père du Mediator, est décédé

    En savoir plus

  • Vidéo : les Algérois partagés entre fatalisme et peur de l’avenir

    En savoir plus

  • RD Congo : qui en veut au directeur du parc des Virunga, blessé par balles ?

    En savoir plus

  • Transfert d'argent : l'Afrique perd près de 2 milliards de dollars par an

    En savoir plus

  • Daniel Cohn-Bendit fait ses adieux au Parlement européen

    En savoir plus

Asie - pacifique

Au Pakistan, la liberté d’expression se paye au prix de la vie

© Capture d'écran du reportage de Julien Fouchet

Vidéo par Julien FOUCHET

Texte par Sarah LEDUC

Dernière modification : 07/01/2013

Encore sous le choc de la tentative d’assassinat par les Taliban de la jeune blogueuse Malala Yousafzai, le Pakistan reste l’un des pays les plus dangereux pour les journalistes, menacés par les islamistes comme par l'armée.

En novembre 2012, Hamid Mir, l’un des journalistes vedettes du Pakistan, échappe à la mort de justesse. Un demi-kilo d’explosif avait été dissimulé sous son véhicule mais, repérée à temps, la charge avait pu être désamorcée. Au Pakistan, la liberté d’expression se paye au prix de la vie.

Le journaliste avait entre autre dénoncé la tentative d’assassinat de la blogueuse de 14 ans Malala Yousafzai, blessée par balles en octobre dernier. Tehrik-i-Taliban Pakistan, la branche pakistanaise des Taliban, avait revendiqué les faits et lancé un avertissement à l’encontre de tous les jeunes qui prendraient l'exemple de la jeune fille. 
 
Le Pakistan est  l’un des pays les plus dangereux au monde pour les journalistes, pris en étau entre les Taliban qui multiplient les agressions et les forces de sécurité qui n’ont pas renoncé à leurs méthodes de harcèlement.  Dix journalistes on été tués en 2011, huit en 2012. En 10 ans, 89 sont morts et les coupables courent toujours.
 
Selon le classement annuel de Reporters sans frontières de la liberté de la presse, le Pakistan se situe à la 151e place sur 179 pays.
 
La presse, cible des Taliban et de l’armée
 
Les intimidations sont quotidiennes pour ceux qui tentent d’informer de manière objective et indépendante. Et derrière ces menaces se dessinent bien souvent l'ombre des Taliban dont l’objectif est "de transformer le Pakistan en trou noir de l'information", selon l’expression d’Hamid Mir. "Les journalistes au Pakistan ne doivent pas critiquer les extrémistes. Ils ne doivent pas poser des questions sur eux ; ils ne doivent pas montrer les liens entre les extrémistes et nos services secrets", témoigne le journaliste sur l’antenne de FRANCE 24.
 
L’armée pakistanaise, notamment les services secrets (ISI et Military Intelligence), menace également les journalistes qui enquêtent sur les abus de pouvoir, les disparitions ou encore les exécutions sommaires, comme ce fut le cas lors de l’offensive militaire dans la vallée du Swat, fief taliban au nord du pays, en 2009.
 
Prière en soutien à Malala Yousafzai, militante pour le droit à l'éducation ayant survécu à un attentat perpétré en octobre par les Taliban. © AFP


"Media Town"
 
Le gouvernement lui-même veille au grain pour s'assurer le contrôle de l'information. "Il est extrêmement difficile d’enquêter sur le nucléaire, de révéler des liens entre les extrémistes et les services secrets ou de parler du budget de l’État. Si l’on aborde ces questions, on est rapidement qualifié d’ennemi d’État", estime Julien Fouchet, le correspondant de FRANCE 24 à Islamabad.
 
Pour échapper à la menace qui pèse sur la profession, il n’y a guère d’autres solutions que l’exil, le renoncement ou… la corruption. Les autorités pakistanaises distribuent leurs faveurs sans compter à des journalistes qui acceptent de taire de trop gênants scandales. Mushtaq Ghumman, journaliste pakistanais qui travaille pour le quotidien "Business Recorder", fait par exemple partie des 1 200 journalistes détenteurs de la carte de presse "officielle" qui vivent à Media Town, le bien nommé quartier d’Islamabad. Les autorités pakistanaises y cèdent des terrains à des prix dérisoires aux journalistes de presse écrite, de télévision ou aux photographes.
 
"Pourquoi il n'y aurait que ceux qui travaillent pour le gouvernement qui recevraient des terrains ? On est des citoyens aussi, on a les mêmes droits", explique sans une once d'ironie ni de remords Mushtaq Ghumman, qui ne voit pas où est le mal. Certains de ses collègues ont eux préféré spéculer sur le cadeau de l’État. "Certains ont revendu leur terrain pour 50 000 euros. On est vraiment plein de gratitude envers le gouvernement qui nous a donné ces terrains", poursuit Mushtaq Ghumman.
 
La déontologie enseignée dans les écoles de journalisme ne fait pas le poids dans un pays où le salaire mensuel moyen des journalistes avoisine les 200 euros.
 
L’existence d’un contre-pouvoir
 
Un contre-pouvoir de plus en plus efficace se met néanmoins en place aujourd’hui au Pakistan. La Cour suprême d’Islamabad a notamment défié en octobre les puissants généraux pakistanais, jugeant que l’armée et les renseignements devaient cesser de se mêler de politique. Elle continue depuis à demander des comptes à l’armée pour des affaires de corruption, d’arrestations arbitraires ou d'exécutions sommaires.
 
"Même s’ils n’enquêtent pas, les journalistes couvrent abondamment les travaux de la Cour suprême et jouent ainsi un rôle fondamental dans le jeu démocratique pakistanais", conclut Julien Fouchet.
 
L’Union fédérale des journalistes du Pakistan (PFUJ) dénonce quant à elle régulièrement les conditions salariales des professionnels des médias qui affaiblissent l’indépendance de la profession, tandis que les dizaines de télévisions et de radio privées couvrent de manière de plus en plus agressives les problèmes politiques et socio-économiques du pays, malgré des dangers persistants.

 

© Reporters sans frontières

Première publication : 07/01/2013

  • PAKISTAN

    Malala, blogueuse de 14 ans, prise pour cible par les Taliban pakistanais

    En savoir plus

  • PAKISTAN

    Des milliers de personnes réclament le prix Nobel de la paix 2013 pour Malala

    En savoir plus

  • PAKISTAN

    Film anti-islam : un ministre pakistanais met à prix la tête du réalisateur

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)